lun. Mai 20th, 2024

Mais qui contrôle l’activité des influenceurs ? Qui vérifie, c’est-à-dire qu’ils ont vraiment mille mille followers et que leurs conseils sont authentiques, et non de la simple et pure publicité ? Personne, évidemment. Et ce n’est pas l’envieux, mais l’autorité antitrust, qui a mis Asia Valente (qui était-elle ?) et sa suite de (apparemment) faux followers dans son collimateur. De plus, Meta, l’entreprise de Mark Zuckerberg, est également mise en cause, coupable de ne pas avoir empêché la publication sur Instagram de « messages potentiellement trompeurs ».

Dans la société de l’image et des likes, de temps en temps, un voile se déchire. L’Autorité de la concurrence et du marché, notamment, a ouvert une enquête sur les posts d’Asia Valente, originaire de Bénévent, ancienne candidate à des émissions télévisées telles que La Pupa e il Secchione Show. Rien d’exceptionnel, en somme, sur le plan télévisuel. Sauf que la jeune femme de 27 ans, flairant le vent, s’est mise à poster sur Instagram des photos et vidéos de restaurants, spas, hôtels et autres infrastructures touristiques. Dommage qu’elle ait omis de préciser qu’elle était payée pour ces posts et qu’il s’agissait précisément de contenu promotionnel. De la publicité, en somme, à destination de ses admirateurs. Pour l’autorité antitrust, des « messages potentiellement trompeurs ». Et l’on parle d’un « nombre substantiel de followers, environ 2 millions, dont la plupart sembleraient inauthentiques ». Des chiffres gonflés, une bulle utile, sans doute, pour exiger des chiffres plus importants en échange des mêmes messages.

Et Meta-Instagram ? Pour l’Autorité antitrust, « elle ne fournirait pas d’informations adéquates sur l’existence et les modalités d’utilisation de l’outil de marquage des contenus de marque ni ne contrôlerait l’utilisation effective et correcte de cet outil, notamment en ce qui concerne les contenus promotionnels publiés par des utilisateurs extrêmement populaires, tels que les influenceurs ». En outre, « l’entreprise n’effectuerait pas de contrôles sur l’authenticité des interactions sur sa plateforme afin d’éviter la collecte artificielle de « likes » et de « followers » ». En bref, Meta ne contrôlerait pas ce qui se passe sur ses réseaux sociaux, ne s’intéressant manifestement qu’à son propre rendement commercial. Nous ne l’aurions pas cru.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *