mer. Mai 22nd, 2024

L’infrastructure de télécommunications fait désormais partie intégrante de la vie quotidienne, des activités commerciales et de l’administration publique du pays. Les câbles en cuivre et en fibre, les réseaux sans fil et les connexions mobiles 5G permettent aux gens de rester connectés, d’accéder à d’importants services de communication, de santé et de sécurité.  

Un écosystème central, stratégique et sensible, car toutes les communications et tous les transferts de données et d’informations passent par le réseau. . Les réseaux constituent l’épine dorsale de la connectivité mondiale, facilitant la communication omniprésente, promouvant la collaboration et stimulant la croissance économique. Au fur et à mesure que ces réseaux évoluent et adoptent de nouvelles technologies, le monde devient de plus en plus interconnecté, créant des opportunités illimitées pour les individus et les entreprises.

D’une part, la crainte d’un monopole industriel et, d’autre part, la demande croissante de capacités de mise en réseau et de connectivité, qui a émergé en particulier au cours de la période Covid-19, ainsi que l’essor du travail intelligent et des services internet pour l’éducation et le travail, ont fait prendre conscience de l’importance de l’interconnexion des réseaux et de la connectivité. la nécessité d’un réseau stable, fiable et rapide . Dans notre pays, le réseau de télécommunications est dans le collimateur de Tim depuis plus de 25 ans, c’est-à-dire depuis 1997, lorsque le groupe, qui s’appelait encore Telecom Italia à l’époque, est devenu public à la suite de la privatisation décidée par le gouvernement Prodi de l’époque. Ces dernières années, cependant, l’intérêt du gouvernement pour le réseau a changé : un opérateur privé en situation de monopole (qui avait entre-temps accumulé une dette nette d’environ 25 milliards d’euros, devenant ainsi l’entreprise de télécommunications européenne la plus endettée) n’était pas la voie à suivre pour un réseau fiable, compétitif et efficace. L’idée était donc d’avoir un opérateur unique – avec la participation du public – pour développer une infrastructure de réseau en fibre optique dans tout le pays.  C’est la raison pour laquelle Open Fiber, une société initialement détenue par Enel et Cassa Depositi e Prestiti, a été fondée dans le but de développer la technologie Ftth (fibre optique pure) pour offrir un service de gros et fournir un réseau autonome auquel pourraient accéder jusqu’à 20 opérateurs différents dans chaque zone desservie, augmentant ainsi les offres et la compétitivité. 

Après cette décision, les opérateurs en charge de l’infrastructure du réseau en Italie sont devenus deux : d’une part Tim-NetCo, maintenant en cours de vente à Kkr, et d’autre part Open Fiber, qui en août 2021 a vu la sortie d’Enel avec le transfert de ses actions au fonds australien Macquarie Asset Management. Deux opérateurs qui apportent désormais une forte participation étrangère dans une infrastructure de réseau indispensable à l’Italie. Notre réseau a donc toujours été une exception sur la scène internationale : alors que dans d’autres pays il y avait et il y a des réseaux de télévision par câble et des réseaux téléphoniques, en Italie les premiers sont absents. Les câbles de télévision auraient en effet pu constituer une alternative aux câbles du réseau téléphonique : des réseaux, des trous d’homme, des voies souterraines à partir desquels on aurait pu faire passer des câbles à large bande. C’est pourquoi, lorsque l’internet a commencé à exiger une capacité de données de plus en plus importante par rapport à ce que le réseau téléphonique pouvait garantir à lui seul, les problèmes ont commencé.

Dans de nombreux pays, l’infrastructure des télécommunications a permis le développement de véritables écosystèmes de services et les opérateurs de télécommunications se sont transformés en un canal de distribution attrayant pour ces solutions, enregistrant également une augmentation considérable de leurs revenus. Mais au-delà des recettes supplémentaires, un réseau performant devient aujourd’hui le moteur de la croissance d’un pays, car il peut avoir un impact significatif sur la sécurité, l’économie et les droits. et dont l’approche stratégique définit la création d’un marché intérieur fort, résilient et équitable, capable de rivaliser sur un pied d’égalité avec d’autres pays. En outre, une infrastructure de réseau robuste et omniprésente permet de répondre à d’importants défis sociaux, en éliminant les inégalités générées par ceux qui ont accès aux services et ceux qui restent coupés du monde parce qu’ils vivent dans des zones rurales ou isolées, ce que l’on appelle encore dans le discours sur les réseaux les « zones blanches » ou les « échecs du marché ».

Dans ce contexte, Un réseau unique ne signifie pas nécessairement un réseau plus performant. Au contraire, l’Italie serait un unicum en Europe. tandis qu’un précédent mondial est celui de l’Australie, avec un plan visant à favoriser une plus grande omniprésence de la connexion dans le pays. Un plan qui s’est traduit par des dépassements de coûts et des délais incontrôlés, mais qui n’a pas totalement comblé le profond retard technologique de l’Australie, où la diffusion des services à bande ultralarge est toujours ralentie. Aujourd’hui, notre pays, au-delà de la vente de Tim et du projet Single Network, avec le nouveau Ultra Broadband Plan 2023-2026, veut dépasser les limites des projets et des investissements commencés dès 2015. Les ressources en jeu, grâce aussi au PNR, sont abondantes : 2,8 milliards d’euros, dont la plupart sont déjà disponibles (2,4 milliards d’euros), mais elles ne suffisent pas. Ce qu’il faut, c’est un autre pas et la prise de conscience que le réseau, avant d’être unique, doit être réellement disponible pour tous et capable de permettre des services indispensables aujourd’hui, tels que la santé, la sécurité, le travail et la durabilité sociale.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *