mer. Avr 17th, 2024

Des émissions de gaz à effet de serre en hausse de 2 % au cours des trois dernières années, des énergies renouvelables en baisse de 2 % l’année dernière, une décarbonisation non conforme aux nouveaux objectifs européens : l’économie verte en Italie connaît des difficultés, des retards et peu de données positives.  

Pourtant, en atteignant les objectifs du paquet européen de décarbonisation « Fit for 55 », selon l’Agence internationale de l’énergie, l’Italie pourrait générer une augmentation de la valeur ajoutée de pas moins de 689,1 milliards sur 10 ans et une économie de coûts pour le seul secteur de l’énergie de 66 milliards, avec des revenus plus élevés pour l’État de 529,5 milliards. La mise en œuvre des mesures européennes pour l’économie circulaire permettrait à l’Italie, d’ici 2030, d’économiser 82,5 milliards de matériaux importés, d’augmenter la valeur des activités de recyclage des déchets de 4 milliards et de réduire le coût de la mise en décharge des déchets de 7,3 milliards.

« Des simplifications, un cadre réglementaire plus sûr pour la décarbonisation, une réduction des coûts énergétiques et un développement plus important des sources renouvelables, qui sont moins chères et plus sûres pour la pénétration de l’électricité, un renforcement de la circularité de l’économie, et un renforcement des secteurs industriels nationaux de transition : avec ces engagements, nous pourrions promouvoir la relance de l’économie italienne, qui entre au contraire dans une phase de stagnation inquiétante », c’est la recette d’Edo Ronchi, président de la Fondation pour le développement durable.

La photo de la l’économie verte en Italie  a eu lieu à Rimini à l’occasion de la conférence sur l’économie verte en Italie. Ecomondo l’événement phare du bassin méditerranéen pour les technologies de l’économie circulaire. Des États généraux de l’économie verte, organisés par la Fondation pour le développement durable, émerge une Italie à deux vitesses. D’un côté, il y a celle qui est loin de l’objectif de 40 % (d’ici 2030) pour les énergies renouvelables, qui est passée de 21 % à 19 % l’année dernière, et qui a vu la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports grimper de 5 %. D’autre part, il y a la productivité des ressources du pays qui, en 2022, reste l’une des meilleures de l’UE, avec 3,3 euros de PIB par kg de ressources consommées (mais en baisse par rapport aux 3,5 de 2019). Le niveau du pourcentage de recyclage de tous les déchets est également bon : 72 % en 2020, contre une moyenne européenne de 58 %. En 2021, le taux d’utilisation des matières issues du recyclage était de 18,4 %, un bon niveau par rapport à la moyenne européenne, mais en baisse par rapport à 2020.

Selon les données du Consortium national de l’emballage (Conai) présentées à Rimini, en 2022, sur 14,5 millions de tonnes d’emballages mis à la consommation, 10,4 millions de tonnes auront trouvé une seconde vie, ce qui représente 71,5 % des déchets d’emballages en Italie. . Les chiffres de 2022 confirment que l’Italie est l’un des pays de l’UE où l’on recycle le plus d’emballages et à moindre coût. Les textiles constituent une nouvelle frontière pour le recyclage. Lors d’Ecomondo, Confcooperative Federsolidarietà a lancé le modèle de coopération sociale à l’échelle nationale. Une action qui pourrait déboucher sur la création de 50 000 emplois et sur des parcours d’insertion pour 15 000 personnes défavorisées. « Sur les 150 000 tonnes de déchets textiles collectés aujourd’hui en Italie, plus d’un tiers l’est grâce à des coopératives sociales, explique Katia Gulino, responsable sociale de Confcooperative Romagna, des entreprises qui adoptent un modèle d’entreprise durable et inclusif, qui garantit déjà l’emploi de plus de 5 000 travailleurs, dont environ 1 500 personnes handicapées et défavorisées.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *