sam. Fév 24th, 2024

Un potentiel de 50 000 nouveaux emplois et des voies d’accès à l’emploi pour 15 000 personnes défavorisées.  Autant d’éléments qui pourraient être générés par une chaîne d’approvisionnement textile qui s’engage à donner une nouvelle vie aux vêtements usagés grâce à la récupération et à la réutilisation des déchets textiles et à l’implication des coopératives sociales fortes de leurs 30 ans d’expérience. Estimation de Confcooperative Federsolidarietà  qui a organisé l’événement à Ecomondo à Rimini Durables et inclusives : la valeur des coopératives sociales dans la chaîne d’approvisionnement textilepour favoriser les synergies et créer un modèle national capable de générer de l’économie, de l’emploi et de réduire les déchets. Federsolidarietà rappelle qu’aujourd’hui déjà, sur les 150 000 tonnes de déchets textiles collectés, plus d’un tiers est fabriqué par des coopératives sociales, garantissant ainsi l’emploi de plus de 5 000 travailleurs, dont environ 1 500 personnes handicapées et défavorisées. Cette économie de la réutilisation a de bonnes chances de se développer. Selon l’Institut supérieur pour la protection et la recherche environnementales (Ispra), chaque année dans notre pays, environ 630 000 tonnes de déchets textiles finissent de manière inappropriée dans des décharges ou des incinérateurs. « Dans ce secteur, les coopératives sociales ont été en avance sur leur temps », affirme le Stefano Granata président de Confcooperative Federsolidarietà -. Il y a eu de véritables entrepreneurs sociaux éclairés qui ont construit une chaîne vertueuse étape par étape, en convainquant les administrations locales individuelles de la bonté de cette voie. Nos entreprises ont ainsi pu gérer environ 35 % de tous les vêtements collectés en Italie. Il s’agit de 40 entreprises opérant dans toute la botte, qui se sont spécialisées, ont obtenu des certifications et ont créé des parcours de qualité. Elles sont prêtes, c’est maintenant aux institutions de le faire. Il n’est pas nécessaire d’aller loin pour trouver des solutions. L’application du modèle adopté par les coopératives sociales dans la collecte de vêtements présente un grand potentiel, qui a également été reconnu par la Commission européenne soutient l’importance de promouvoir les entreprises sociales actives dans le secteur du réemploi, car elles ont un potentiel considérable pour créer des entreprises et des emplois locaux, verts et inclusifs dans l’Union. En moyenne, une entreprise sociale crée entre 20 et 35 emplois pour 1 000 tonnes de textiles collectés en vue de leur réutilisation ».

Lire aussi:  L'avancée. Ewiva (dans tous les sens du terme) : la recharge se fait enfin par carte de crédit

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *