jeu. Mai 23rd, 2024

La mobilisation des travailleurs de l’habillement au Bangladesh se poursuit sans relâche et hier, avec la mort d’un ouvrier, le nombre de victimes de l’affrontement avec la police, qui dure depuis onze jours, est passé à quatre. De nombreux blessés sont à déplorer dans ces nouveaux affrontements, qui touchent également des zones densément peuplées d’immigrés attirés par la possibilité de travailler dans les usines. Cependant, conscients également de l’approche des élections générales de janvier, les syndicats des travailleurs du secteur, le principal parmi ceux dédiés à l’exportation et le deuxième après l’agriculture en termes de valeur globale (16%) du PIB annuel du pays, ont rejeté une augmentation de 56% du salaire minimum proposée par la délégation gouvernementale mardi. Il s’agit certes d’une amélioration substantielle, la première en cinq ans, qui aurait fait passer le salaire mensuel de 8.000 taka, équivalent à moins de 70 euros, à 12.500 taka, mais on est encore loin des 23.000 taka demandés par les représentants des travailleurs. L’augmentation demandée par les leaders des protestations qui ont commencé il y a 11 jours en même temps qu’une manifestation massive de l’opposition, qui a été dispersée par la force, est motivée par l’augmentation du coût de la vie dans le pays et les énormes profits des multinationales qui produisent au Bangladesh, en profitant des bas salaires versés aux travailleurs.

Le dialogue semble difficile et le déploiement d’une cinquantaine de pelotons des redoutables paramilitaires Border Guard dans les principales zones de production (Ashulia, Mirpur, Savar et autres) entourant la capitale Dacca le prouve.

Alors que des dizaines de milliers de travailleurs sont descendus dans la rue, bloquant souvent la circulation sur les principales artères, des centaines d’entreprises ont suspendu leur production par manque de main-d’œuvre ou par crainte des dégâts et des incendies après la dévastation des premiers jours.

Comme par le passé, la situation risque de dégénérer. Si les syndicats ont encore quelques cartes pour faire pression sur le gouvernement dirigé par Sheikh Hasina Wazed, la première ministre – dont la Ligue Awami contrôle le Parlement sortant avec 303 sièges sur 350 – a bel et bien annulé toute possibilité d’action publique même pour le principal antagoniste politique, le Parti Jatiya, et plus encore pour le Parti nationaliste du Bangladesh dirigé par sa grande rivale Khaleda Zia, ainsi que pour les partis d’inspiration religieuse islamique – et surtout n’a pas l’intention de céder du terrain aux oppositions.

Au niveau international, les bonnes relations établies par l’administration avec la Chine, l’Inde et la Russie, au contraire, ne sont pas affectées par l’attitude autoritaire avec laquelle le Premier ministre gouverne le pays, tandis que les éventuelles positions critiques des États-Unis et de l’Europe, qui ont déjà été exprimées, ne représentent pas un levier suffisant en partant du constat que d’éventuelles actions de sanction puniraient avant tout les plus de quatre millions de travailleurs de l’industrie de l’habillement et des accessoires qui travaillent dans 4 000 entreprises de différentes tailles qui fournissent en produits finis de grandes marques internationales telles que American Eagle, Gap, H&M, Zara, Walmart.

Sur le plan économique, en revanche, les protestations prolongées d’un secteur manufacturier stratégique pourraient inquiéter les investisseurs et affecter la croissance du pays (7,1 % en 2022), qui est l’une des plus fortes de ces dernières années sur le continent asiatique.

Reste que cette même croissance, soutenue en partie seulement par l’ajustement des ressources publiques, la protection sociale et des salaires adéquats, a d’abord poussé à la hausse les prix du logement, des transports, de l’alimentation et des carburants (10,8 % au total l’an dernier), accentuant les inégalités d’opportunités et de revenus. L’inflation, qui a frôlé les 10 % en octobre, contribue à éroder la capacité de dépense des ménages. Une situation insoutenable qui a également mis en difficulté la classe moyenne urbaine, et nombreux sont ceux qui, ayant déménagé dans la campagne bengalie attirés par les possibilités de travail, ne sont pas en mesure de se garantir des revenus adaptés à la nouvelle situation.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *