sam. Mai 18th, 2024

Il y a au moins deux étapes à franchir pour assumer les crimes de son passé : premièrement, reconnaître sa responsabilité et, deuxièmement, agir pour essayer, au moins en partie, de se racheter. En Grande-Bretagne, c’est maintenant au tour de la Lloyd’s of London d’assumer une histoire encombrante, liée aux liens passés du géant de l’assurance avec l’esclavage. Selon une étude publiée par Black Beyond Data, basée à l’université Johns Hopkins, le groupe Lloyd’s, dont l’histoire remonte à 335 ans, a longtemps fait partie, aux XVIIIe et XIXe siècles, d’un réseau d’intérêts financiers qui a rendu possible la traite des esclaves. Un rôle pour lequel le groupe d’assurance a déjà demandé pardon en 2020 : « Nous ne pouvons pas changer les erreurs du passé, mais nous pouvons faire la différence aujourd’hui », a déclaré le numéro un Bruce Carnegie-Brown.

Une première réponse a été apportée par la décision d’investir 40 millions de livres sterling (environ 45 millions d’euros) dans les régions touchées par la traite des esclaves et 12 millions de livres sterling supplémentaires pour améliorer le recrutement d’employés noirs et d’autres minorités ethniques, y compris des bourses d’études pour les étudiants universitaires. La Lloyd’s investira 25 millions d’euros dans une obligation de la Banque africaine de développement et 25 millions d’euros dans une autre obligation de la Banque interaméricaine de développement, afin de soutenir les objectifs de développement durable des Nations unies visant à « réduire les inégalités ». La Lloyd’s s’est engagée à embaucher au moins une personne sur trois issue d’une minorité ethnique, soit deux fois plus qu’en 2022.

Les historiens ont estimé qu’entre un et deux tiers du marché britannique de l’assurance maritime étaient basés sur la traite des esclaves au XVIIIe siècle, une conclusion à laquelle les experts sont également parvenus en consultant des documents provenant des archives de la Lloyd’s, notamment des registres dans lesquels les assureurs enregistraient les polices d’assurance pour les navires quittant Liverpool. Les recherches ont montré qu’au moins un tiers de tous les voyages d’esclaves quittant la Grande-Bretagne en 1807 passaient par la Lloyd’s pour garantir des itinéraires particuliers ou l’ensemble du voyage. Pour de nombreux observateurs, les initiatives de la Lloyd’s constituent un bon point de départ, même s’il est insuffisant. Le débat reste ouvert, l’Église d’Angleterre elle-même s’étant engagée à verser 100 millions de livres sterling pour réparer les torts « honteux » de ses liens avec l’esclavage.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *