dim. Avr 14th, 2024

L’Italie a perdu sa place de premier producteur mondial de vin cette année, dépassée par la France, qui revient sur le podium pour la première fois depuis 9 ans.
Il s’agit des estimations de l’Organisation internationale de la vigne et du vin, qui indique que production mondiale de vin  est est tombé à son niveau le plus bas depuis 1961 Il s’agit d’un record négatif depuis plus de 60 ans, qui s’explique par le fait que les vignobles touchés par des événements climatiques extrêmes ont précisément limité leur production . En détail, la production mondiale a atteint 244,1 millions d’hectolitres, soit une baisse de 7 % par rapport à l’année dernière.

En Italie, en revanche, la production de vin a chuté plus fortement, de 12 %, pour atteindre son niveau le plus bas depuis 2017 . Pire encore, l’Espagne, frappée par la sécheresse, a atteint son niveau le plus bas depuis 20 ans (14 % depuis 2022), mais a conservé sa place de troisième producteur de vin.

Les chiffres de cette année doivent cependant être pris avec prudence, a souligné le chef du département des statistiques et de la transformation numérique, Giorgio Delgrosso, en anticipant les estimations, puisque pour certains grands pays comme la Chine, les données ne sont pas encore disponibles . De plus, la forte volatilité des volumes de production observée ces dernières années, tant au niveau national que régional, rend l’exercice de prévision encore plus difficile.

Ce scénario négatif peut être attribué à des baisses significatives dans les principaux pays producteurs de vin dans les deux hémisphères. Alors que dans l’hémisphère sud, l’Australie, l’Argentine, le Chili, l’Afrique du Sud et le Brésil ont enregistré des variations annuelles comprises entre -10% et -30%, dans l’hémisphère nord, l’Italie, l’Espagne et la Grèce sont les pays qui ont le plus souffert des mauvaises conditions météorologiques pendant la saison de croissance. Seuls les États-Unis et certains pays de l’UE comme l’Allemagne, le Portugal et la Roumanie ont connu des conditions météorologiques favorables qui ont permis d’atteindre des volumes moyens ou supérieurs à la moyenne.

Lire aussi:  Données. Revenu de citoyenneté, le nombre de ménages bénéficiaires tombe à un million

Une fois de plus, les conditions climatiques extrêmes, telles que les gelées précoces, les fortes pluies et les sécheresses, ont eu un impact significatif sur la production viticole mondiale. . Toutefois, dans un contexte où la consommation mondiale est en baisse et où les stocks sont élevés dans de nombreuses régions du monde, la faible production attendue pourrait rééquilibrer le marché mondial.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *