ven. Avr 19th, 2024

L’effet de l’inflation sur la consommation ne s’arrête pas aux dépenses des ménages, y compris pour l’alimentation. En septembre, les ventes au détail ont baissé de 0,3% en valeur par rapport au mois précédent et de 0,6% en volume selon les données de l’Istat. Tendance similaire dans la zone euro  basé sur les données d’Eurostat.

Par rapport à l’année précédente, on observe une augmentation de 1,3% des dépenses en valeur, contre une diminution de 4,4% des quantités achetées en volume.  L’augmentation en valeur ne concerne que les ventes de produits alimentaires. Au troisième trimestre 2023, par rapport au trimestre précédent, les ventes au détail sont stationnaires en valeur et diminuent en volume (-1,3 %). Il s’agit du premier coup d’arrêt après cinq trimestres d’expansion. La baisse conjoncturelle des ventes au détail en septembre est « portée par les deux secteurs de produits », explique l’institut statistique : l’alimentaire (-0,2 % en valeur et -0,6 % en volume) et le non-alimentaire (respectivement -0,5 % et -0,6 %).

Les ventes de biens alimentaires ont augmenté de 5,5% en valeur et ont baissé de 3,1% en volume, d’une année sur l’autre ; les ventes de biens non alimentaires ont baissé à la fois en valeur (-1,8%) et en volume (-5,2%). Parmi les biens non alimentaires, la plus forte hausse a été enregistrée par la parfumerie et les produits de soins personnels (+5,3%), tandis que les appareils ménagers, les radios, les téléviseurs et les magnétophones ont connu la plus forte baisse (-7,9%), suivis par les équipements informatiques, de télécommunication et de téléphonie et par les vêtements.

Le commerce électronique est le plus pénalisé  par la faiblesse de la consommation en septembre. Par rapport à l’année précédente, a perdu 2,6% de ses ventes en valeur,  soit encore plus que les petits magasins (-1,2 %). Pour le commerce électronique, il s’agit de la première contraction depuis plus d’un an, à compter de juin 2022, tandis que pour les entreprises opérant sur de petites surfaces, il s’agit de la troisième baisse consécutive. En revanche, les ventes au détail progressent dans la grande distribution (+4% en septembre) et en dehors des magasins, par exemple dans le commerce ambulant (+1,6%). Les supermarchés, pour ce mois, devancent les discounters avec une augmentation des recettes de 6,8% contre 6,3%.

Associations de consommateurs  soulignent le changement des habitudes des familles qui ont également commencé à économiser de l’argent sur les achats. C’est ainsi qu’Assoutenti explique la forte croissance des achats à prix réduits, qui ont augmenté de 9,2 % au cours des neuf premiers mois de l’année. Pour Confcommercio, la baisse de septembre est un signal d’alarme pour la possibilité d’une reprise dans les derniers mois de 2023. Actuellement, la réduction des volumes achetés est un phénomène largement répandu tant au niveau des produits que des formats de distribution, souligne le bureau d’études de l’association, ajoutant que le ralentissement de l’inflation est encore mal perçu par les consommateurs qui continuent à maintenir une attitude extrêmement prudente.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *