sam. Mai 25th, 2024

Le géant des bureaux partagés WeWork connaît de graves difficultés financières depuis des années, à commencer par la pandémie qui a réduit à néant la demande d’espaces de travail partagés, a annoncé qu’elle s’était mise en faillite pour tenter de négocier la réduction de sa dette. La société a précisé que cette mesure aurait un impact sur ses activités aux États-Unis et au Canada. mais « les opérations mondiales devraient se poursuivre normalement ».

« Le moment est venu pour nous d’aller de l’avant en nous attaquant énergiquement à nos baux préexistants et en améliorant considérablement notre bilan », a déclaré David Tolley, PDG de l’entreprise, dans une note. « Nous avons défini une nouvelle catégorie de travail et ces mesures nous permettront de rester un leader mondial du travail flexible. » Début août, WeWork a prévenu le régulateur boursier américain Sec qu’il craignait pour sa survie : « Il y a des doutes substantiels sur la capacité de l’entreprise à poursuivre son activité. » En cause selon l’entreprise : des pertes financières, des besoins de liquidités et un nombre de locataires en baisse. Elle avait expliqué avoir perdu des milliards de dollars au premier semestre 2023, en raison d’une baisse de la demande liée à la mauvaise conjoncture économique.

Il y a quatre ans, WeWork était l’espace de coworking disposant du plus grand nombre de bureaux dans tout Manatthan. Un véritable rêve américain qui s’est effondré sous les coups de boutoir du changement d’époque provoqué par Covid19, à savoir l’introduction massive du smartworking. Cette faillite intervient après des années de difficultés financières évidentes, qui ont d’ailleurs commencé en 2019. En l’espace de quelques mois, en effet, l’entreprise est passée de la planification d’une entrée en bourse, plus tard en 2021, au licenciement de milliers de personnes et au renflouement de plusieurs milliards de dollars. La semaine dernière, des rumeurs dans le Wall Street Journal avaient anticipé la demande de protection du groupe contre ses créanciers sous le chapitre 11 et l’action avait perdu 50%.

Elle est arrivée à une valorisation de 47 milliards de dollars avant la tentative infructueuse de cotation à Wall Street,  où elle a atterri deux ans plus tard avec une valeur beaucoup plus faible (8 milliards de dollars), WeWork a été mise en crise, ainsi que son modèle d’entreprise et la demande d’espaces de bureaux, par la pandémie. Les taux d’intérêt élevés, qui ont rendu le coût de la dette insoutenable, ont également pesé sur les performances économiques.

Fondée en 2010 à New York  avec l’idée de créer des environnements où les entreprises et les employés de différentes réalités pourraient travailler ou se réunir, l’entreprise est devenue un fournisseur mondial d’espaces flexibles et technologiquement avancés. Au 30 juin 2023, son portefeuille immobilier se composait de 777 sites dans 39 pays à travers le monde, avec plus de 900 000 postes de travail.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *