ven. Mai 24th, 2024

L’entreprise CYRTA vient d’achever la restauration du manteau de sortie de la Soledad de San Lorenzo, l’une des plus grandes pièces de broderie du XIXe siècle de la Semaine Sainte sévillane. La pièce, déposée dans les ateliers en avril dernier, retournera dans les locaux de la corporation du Samedi Saint après presque sept mois de travail, au cours desquels des techniques exigeantes ont été employées et qui ont constitué un défi pour les restaurateurs. La cape peut désormais être utilisée normalement après ce processus, qui redonne à ce joyau textile toute sa splendeur.

La restauration a été financée grâce à la subvention accordée par le département de la culture, du tourisme et du sport du gouvernement régional andalou, qui apporte un soutien financier important à différents projets des confréries sévillanes, tels que la restauration du Simpecado de la Macarena, le retable principal de la chapelle du musée ou le carreau du Santísimo Cristo del Amor de la rue Villegas.



À l’année 1866 l’exécution d’un manteau brodé pour Nuestra Señora de la Soledad a commencé à prendre forme. Son auteur était inconnu jusqu’à des recherches récentes, bien qu’il ait été attribué, sans aucun fondement, à Teresa del Castillo. Dès 1998, il a été suggéré qu’elle aurait pu être signée par Josefa Antúnez, comme l’a montré un article du journal El Porvenir du 28 mars 1867 mentionne l’auteur suivant « la Señora de Muñiz » (Mme Muñiz) et la brodeuse susmentionnée signait parfois son nom en tant que « Josefa Antúnez de Muñiz ». L’apparition de documents à la Hermandad de la Columna y Azotes dans lesquels Antonio Muñiz signe des reçus pour des œuvres de l’artiste en tant qu’époux de Josefa Antúnez corrobore la théorie et certifie clairement que c’est l’aînée des sœurs Antúnez qui a exécuté l’œuvre, dont l’achèvement a duré huit ans.

En raison de difficultés financières, le vêtement n’a pas été achevé et sa première, le vendredi saint 1867, n’a été que partielle. Les paiements se sont prolongés dans le temps jusqu’en 1872, la broderie n’a pas été poursuivie et une souscription a été ouverte auprès des frères pour achever l’œuvre. Enfin, en 1875, le manteau est achevé.Les ateliers de Guillermo Carrasquilla en 1954 et de Rosario Bernardino en 1988 y ont travaillé.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *