mer. Mai 22nd, 2024

La semaine de quatre jours dans le secteur public ne plaît pas au gouvernement britannique, qui a demandé jeudi aux administrations locales d’arrêter et de supprimer les initiatives autorisées pour tester le modèle « alternatif » d’organisation du travail. Lee Rowley, sous-secrétaire parlementaire chargé des relations avec les autorités régionales et locales, l’a dit sans ambages : réduire le temps de travail des employés tout en maintenant les salaires inchangés « n’est pas rentable pour les contribuables ».

La campagne de promotion de la semaine courte de quatre jours au lieu de cinq a débarqué outre-Manche l’année dernière par l’intermédiaire de l’association « 4 Days Week Global » qui, en collaboration avec l’Association européenne pour la promotion de la semaine courte de quatre jours, a lancé une campagne d’information sur la semaine courte de quatre jours. groupe de réflexion Autonomy, accompagne les entreprises du monde entier dans l’adaptation du modèle développé en 2019 par Andrew Barnes, un entrepreneur britannique, et Charlotte Lockhart, une consultante en marketing néo-zélandaise. Une solution innovante de gestion du personnel qui mise sur la réduction du temps de travail pour assurer une meilleure qualité de vie aux salariés, voire une augmentation de la productivité. L’essai de six mois lancé au Royaume-Uni, trois ans après celui lancé aux États-Unis, a rencontré un vif succès. Plus de 70 entreprises ont participé au programme avec un total de 3300 travailleurs. Parmi eux, ceux d’une brasserie londonienne et d’un magasin de fish and chips à Wells-nextthe- Sea.


Si les tests effectués dans le secteur privé ont donné de bons résultats, ceux effectués sur les employés municipaux n’ont pas été satisfaisants


Seules trois entreprises ont abandonné l’initiative avant la fin de la période d’essai de six mois ; 56 l’ont prolongée au-delà de la date limite et 18 l’ont rendue permanente. En janvier 2023, le plan a également été adopté par le district de South Cambridgeshire, administré par les libéraux démocrates. L’autorité basée à Cambourne, dans le sud de l’Angleterre, a été la première et la seule du secteur public à s’ouvrir au modèle des 32 heures. Elle a été autorisée directement par le gouvernement, d’abord pour trois mois, puis pour un an. Le feu vert a été donné dans l’espoir que la semaine courte attirerait (et retiendrait) les employés que les services des ressources humaines recherchent en permanence. Et qu’elle aurait surtout permis d’économiser des centaines de milliers de livres sterling sur les embauches beaucoup plus coûteuses que les embauches directes réalisées par les agences d’intérim. Environ 2 millions de livres par an pour 23 employés. Les résultats certifiés par le Bennet Institute de l’Université de Cambridge à l’issue du premier trimestre de l’expérimentation, qui portait sur les éboueurs, avaient été mitigés. Avec quelques améliorations, en termes de coût-bénéfice, mais pas dans tous les domaines. Le « non » du gouvernement à la semaine de travail courte dans les autorités locales est arrivé jeudi et est plutôt catégorique. L’exécutif, souligne la note, « ne s’attend pas à ce que les municipalités l’adoptent » parce qu’elle « ne garantit pas un bon rapport qualité-prix pour les contribuables locaux ».

« Si cette indication n’est pas prise en compte », poursuit la note, le ministère sera appelé à « surveiller de près les performances » et à envisager des options pour corriger sa mise en œuvre. C’est une menace, plutôt qu’une indication, qui a agité le cœur de ceux qui, au niveau local, revendiquent une plus grande marge de manœuvre en faveur de l’innovation. Le ministre Rowley a souligné qu’il « respecte » le droit des municipalités à prendre leurs propres décisions sur des questions pertinentes telles que la gestion du personnel. Mais il a ajouté qu’il y a des moments, « celui-ci en est un », où le gouvernement doit intervenir pour protéger les intérêts des contribuables. Il a même pris la peine de souligner qu’il « explore d’autres mesures » pour éviter que la semaine de travail de quatre jours ne soit appliquée dans la fonction publique. Du moins pour le moment. Des sanctions pourraient être envisagées à l’encontre de ceux qui ne s’y plieraient pas. Le procès, qui risque de devenir le front d’une nouvelle confrontation politique, a également fait l’objet d’un débat au conseil municipal de Norwich, dans le comté anglais de Norfolk. La question est également au centre des débats dans les rangs de l’exécutif écossais, qui pourrait ouvrir le secteur public au modèle controversé d’ici la fin de l’année.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *