ven. Avr 19th, 2024

Et ainsi de suite il y a une banque qui finira par la payer, cette taxe sur les surprofits  de la discorde, une mesure annoncée par le gouvernement en été à grand renfort de trompettes et flétrie à l’automne comme une feuille jaunissante ? Après des protagonistes tels que Unicredit, Intesa et Mediobanca ont choisi l’option B, la mise en réserve de l’excédent. préférant cette option au paiement de la taxe, est-il vraiment concevable que d’autres institutions choisissent la gabelle ? Mal née, mal gérée au milieu de mille controverses et de l’opposition prévisible du monde bancaire, la taxe aurait dû servir, dans les intentions du gouvernement, à constituer un trésor utile aussi pour certaines mesures de la loi de finances. Parmi celles-ci, la réduction d’impôt pour les familles et le soutien aux premières hypothèques : au lieu de cela, elle risque de se terminer dans une impasse.

Avec la flambée des taux d’intérêt, c’est le raisonnement public de départ, les banques ont gagné plus cette année, par exemple en augmentant les échéances des prêts hypothécaires à taux variable, sans être aussi diligentes dans l’augmentation de la rémunération des dépôts de leurs clients. D’un côté, en somme, les hypothèques et les prêts sont devenus plus chers ; de l’autre, les banques n’ont pas fait gagner autant d’argent à leurs épargnants. Les membres de l’exécutif ont parlé d' »équité sociale » pour justifier le prélèvement supplémentaire à la charge des banques annoncée en août et puis profondément modifié. Modifié à tel point que, précisément, aucune banque, ou presque, ne le paiera. 

Mardi, c’était Unicredit  pour annoncer ses intentions. Face à des bénéfices de 6,7 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de l’année, en hausse de 67,7 % par rapport à la même période de l’année précédente, principalement en raison de la hausse des taux d’intérêt, l’institution a décidé de se retirer du marché. a choisi de ne pas payer l’impôt extraordinaire et d’affecter « aux réserves propres non distribuables » une part égale à deux fois et demie l’impôt. dans son cas 1,1 milliard d’euros . Nous avions la double option », le choix « le plus rationnel et le plus cohérent avec notre stratégie » a été fait », a expliqué le PDG Andrea Orcel. Vingt-quatre heures plus tard, il était Intesa Sanpaolo  de dévoiler à nouveau ses intentions avec la décision d’affecter 2,5 fois le montant de l’impôt, soit environ 797 millions d’euros, à la réserve non distribuable , mettant ainsi de côté un montant d’environ 1,9 milliard d’euros . Jeudi, enfin, une annonce dans le même sens a été faite par Mediobanca dont le conseil d’administration « a proposé à l’assemblée des actionnaires la création d’une réserve de bénéfices non distribuables de 210 millions d’euros ».

Les trois banques ont toutefois tenu à souligner que le non-paiement de la taxe ne se traduirait pas par un manque d’engagement en faveur de la protection sociale. . Intesa Sanpaolo et Mediobanca l’ont fait en choisissant dans leurs notes respectives exactement la même formule : la banque « continuera à soutenir les initiatives visant à répondre aux besoins sociaux, à combattre les inégalités et à promouvoir l’inclusion financière, sociale, éducative et culturelle ». L’engagement d’Unicredit est similaire, parlant du « soutien du Groupe aux familles et aux communautés pendant la crise du coût de la vie », qui « reste un impératif ». En résumé, ce sont les banques qui peuvent décider des initiatives socioculturelles dans lesquelles s’engager, « désavouant » implicitement l’utilité de la taxe pour les objectifs d' »équité sociale » qui lui ont été présentés.

À l’origine, la taxe, introduite par le gouvernement avec un décret-loi du 7 août dernier était censé frapper les marges d’intérêt des banques. Le résultat a été, entre autres, de l’ébranlement des marchés ainsi que le rejet par la BCE « Une séparation claire entre la nature extraordinaire des recettes et les ressources budgétaires d’un gouvernement est nécessaire afin d’éviter leur utilisation à des fins de réorganisation générale », avait notamment déclaré la BCE. Les amendements introduits au cours de la procédure parlementaire proposaient aux banques une augmentation de leur capitalisation comme alternative. La prévision actuelle de recettes fiscales de 3,248 milliards d’euros, le montant maximum que les autorités fiscales pourraient théoriquement percevoir après les changements, s’avère totalement irréalisable. Mercredi, c’est le sous-secrétaire à l’économie Federico Freni qui a expliqué à l’Assemblée générale des Nations Unies que les recettes fiscales de l’UE s’élèvent à 3,248 milliards d’euros. Financial Times que la taxe sur les bénéfices supplémentaires avait été « mal communiquée ». Dans quelques temps, plus personne ne se souviendra de cette taxe et personne n’en revendiquera la paternité.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *