lun. Juil 22nd, 2024

Dans une Italie où 80 % des familles vivent dans leur propre maison, l’achat d’une propriété devient de plus en plus une tâche impossible pour des millions de jeunes. La hausse des taux d’intérêt depuis un an et demi a entraîné une chute du marché hypothécaire qui, confiné aux moins de 36 ans, est devenu une véritable débâcle.  Si, en effet, au cours des neuf premiers mois de 2023, comme il ressort des données du Crif publiées ces derniers jours, on observe une évolution négative de 19,4 % des demandes de prêts hypothécaires de la part des familles italiennes, dans le même laps de temps, les demandes pour les catégories dites « prioritaires » qui peuvent bénéficier de prêts bonifiés pour l’achat d’un premier logement se sont littéralement effondrées. Selon les données compilées par le bureau des statistiques de Consap (Concessionaria servizi assicurativi pubblici), qui gère le Fonds de garantie du premier logement, l’évolution du nombre de garanties publiques à 80 % admises de janvier à septembre a enregistré une baisse d’environ 37 % par rapport à la même période en 2022. En effet, la mise à jour demandée par Avvenire à Consap montre que l’on est passé d’environ 53 400 garanties admises à 33 400.  

Cette tendance à la baisse », explique la Consap, « est due à l’augmentation significative des taux d’intérêt sur les prêts hypothécaires. Cette tendance s’est amorcée en novembre 2022 et s’est progressivement intensifiée au cours des mois suivants. Enfin, il est noté qu’au cours des deux derniers trimestres (juillet/septembre 2023 et avril/juin 2023), cette baisse semble s’être stabilisée par rapport aux mêmes périodes en 2022. Le Fonds de garantie du premier logement s’adresse aux citoyens qui ne possèdent aucun autre bien à usage résidentiel en Italie ou à l’étranger et dont l’Isee ne dépasse pas 40 000 euros par an.  Le bien immobilier pour lequel le prêt bonifié est demandé doit également être utilisé comme résidence principale et ne doit pas appartenir aux catégories A1 (demeures seigneuriales), A8 (villas) et A9 (châteaux ou bâtiments entiers). En outre, le financement demandé ne peut excéder 250.000 euros.

Il s’agit d’une mesure visant à favoriser l’achat de logements pour les catégories potentiellement les plus en difficulté : les moins de 36 ans, les familles monoparentales avec enfants mineurs cohabitants, les jeunes couples mariés ou cohabitants depuis au moins deux ans et les locataires de logements sociaux.  La forte diminution du nombre de garanties à 80 % dès le début de l’année 2023 montre à quel point la hausse des taux d’intérêt est devenue un obstacle souvent insurmontable pour de nombreux citoyens dans l’acquisition de leur premier logement, et ce malgré la réglementation sur les prêts hypothécaires subventionnés. Du côté de Consap, on souligne toutefois l’importance de la mesure, sans laquelle l’accès aux prêts hypothécaires serait encore plus restreint. En comparant les données sur les prêts hypothécaires décaissés et garantis par le First Home Fund avec le nombre total de prêts hypothécaires contractés (source : Istat), en 2022, la garantie de 80% (introduite en mai 2021) a contribué à soutenir le décaissement des prêts hypothécaires pour la première maison, atteignant environ 25% du nombre total de prêts hypothécaires contractés.

« Le Fonds s’est avéré être un soutien important pour l’accès au crédit au profit de la communauté », souligne le président de la Commission européenne. le président de Consap Sestino Giacomoni  -. L’introduction de la garantie à 80%, en plus de réduire considérablement le risque de défaillance de la banque dans l’octroi de l’hypothèque, a ouvert des espaces inexplorés pour certaines catégories de citoyens, en premier lieu pour les jeunes de moins de 36 ans pour lesquels il aurait été très difficile dans le passé de contracter une hypothèque pour l’achat de leur première maison ». M. Giacomoni se félicite de la volonté du gouvernement de renouveler la mesure pour l’année prochaine également, comme le prévoit le texte provisoire de la manœuvre : « Malgré le ralentissement observé au début de l’année, la capacité du Fonds pour le premier logement à soutenir la demande dans cet important segment de marché, en stabilisant son poids sur le nombre total de demandes, reste cruciale. C’est pourquoi la décision du gouvernement de refinancer la mesure avec 282 millions d’euros supplémentaires, en la prolongeant jusqu’à la fin de 2024, doit être saluée. Lors de l’approbation de la manœuvre, une discussion avec l’Abi serait utile pour évaluer si, compte tenu de la garantie accordée par la Consap pour le compte de l’État, un moyen pourrait être trouvé pour contenir l’augmentation des taux ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *