mer. Avr 24th, 2024

Ils investissent davantage, mais ils privilégient la sécurité, en se réfugiant sous le parapluie de la Btp. Les Italiens, c’est bien connu, sont un peuple d’épargnants. Et même dans un contexte difficile comme celui que nous connaissons actuellement, avec une inflation élevée, des taux d’intérêt en hausse et un climat général d’incertitude lié à la situation géopolitique, ils font preuve d’une étonnante capacité de résilience. Ils continuent d’épargner et choisissent avec soin où placer leur argent. La hausse des taux d’intérêt a eu pour effet positif de rendre accessibles des instruments d’investissement sûrs et à rendement attractif, ce qui a permis de remettre les obligations d’État sur le devant de la scène. En 2023, le niveau de vie des ménages italiens s’est légèrement amélioré, retrouvant ses niveaux d’avant la pandémie, et surtout, un certain optimisme est revenu. C’est ce qui ressort de l’étudeenquête annuelle réalisée par l’Acri (association des fondations bancaires et des caisses d’épargne) et Ipsos, à l’occasion de la 99e journée de l’épargne.  qui sera célébrée demain, intitulée « Choix conscients, éducation, responsabilité : le défi de l’épargne pour les nouvelles générations ».

Ils améliorent en particulier les perspectives économiques personnelles, avec un solde positif de 11 % entre ceux qui pensent que leur situation s’améliorera au cours des trois prochaines années et ceux qui pensent qu’elle se dégradera . Ce sont les moins de 30 ans qui envisagent l’avenir avec sérénité, suivis par les Millennials. L’inquiétude sur la situation économique du pays reste forte, avec 54 % de pessimistes et un petit 17 % d’optimistes. En 2023, malgré une inflation élevée, les Italiens ont augmenté leur capacité d’épargne : 48 % de l’échantillon de l’enquête déclarent avoir réussi à épargner, contre 43 % en 2022,  et affirment avoir eu moins besoin de puiser dans leur épargne pour faire face à des dépenses imprévues.  

36 % des Italiens (2 % de plus qu’en 2022) choisissent de faire des investissements, mais seulement s’ils sont peu risqués.  Pourtant, prévient l’enquête,  » la propension à dépenser de l’argent ou à le garder disponible sur le compte courant concerne 62 % des Italiens  » et reste plus ou moins stable : elle était de 63 % en 2022 et de 61 % en 2021. En particulier, souligne l’Acri, le choix vers des produits sûrs comme les obligations d’État se fait au détriment de la liquidité, qui passe de 35 % à 26 %, et des instruments plus risqués comme les actions, qui passent de 10 % l’an dernier à 7 % en 2023 . Lorsqu’on investit, on s’intéresse au caractère risqué de l’investissement (28 %) et à la solidité de l’investisseur (21 %). D’autre part, la part de ceux qui investiraient dans des activités ayant un impact positif sur l’environnement et la société diminue (20 %), revenant aux niveaux antérieurs à la pandémie.

Le concept d’épargne conserve une signification positive et incite les gens à penser à l’avenir. En même temps, pour un Italien sur trois, épargner aujourd’hui, plus qu’il y a un an, implique de faire des sacrifices. Ceux qui éprouvent la capacité d’épargner avec moins d’anxiété et sans trop de sacrifices sont de plus en plus nombreux : 53 % contre 49 % en 2022. L’épargne accumulée, également grâce à la période de blocage, permet à de nombreux Italiens de faire face aux dépenses imprévues avec leurs propres moyens et avec une certaine tranquillité d’esprit pour les petits montants. 77 % des ménages sont en mesure de faire face à une dépense imprévue de mille euros (contre 75 % auparavant), mais lorsqu’il s’agit de montants plus importants, à partir de 10 000 euros, le pourcentage diminue de moitié pour atteindre 36 %.

« Après une année 2021 d’enthousiasme post-pandémique et une année 2022 marquée par la déception et les craintes liées à l’invasion russe de l’Ukraine et à l’inflation, un retour à un optimisme prudent est observé en 2023. L’étude souligne que ce retour à un optimisme prudent s’explique par une certaine « normalisation/absorption » du niveau élevé des prix, par l’espoir d’une baisse de l’inflation à court terme et par la perception d’être capable de faire face à un monde complexe. L’amélioration du niveau de vie des ménages, qui a retrouvé son niveau d’avant la pandémie, contribue également à l’amélioration de la perception. Selon l’enquête Acri, les ménages dont le niveau de vie s’est amélioré sont en augmentation. Cela s’accompagne d’une baisse du niveau d’insatisfaction : la part de ceux qui semblent en grande difficulté passe de 17% à 14%.

72 % des Italiens sont préoccupés par le conflit en Ukraine, qui semble devoir durer encore longtemps. La crainte d’une éventuelle augmentation des coûts de l’énergie et des prix des matières premières reste élevée, notamment en raison de l’instabilité au Moyen-Orient. L’augmentation des taux d’intérêt par la BCE pour lutter contre l’inflation « a mis en difficulté de nombreux ménages et entreprises, qui se sont retrouvés à payer des taux d’intérêt plus élevés sur les hypothèques, les prêts et les financements, et qui sont désormais parmi les plus critiques à l’égard de l’UE ». L’étude souligne l’affaiblissement de la confiance dans l’Union européenne et dans l’euro, soutenu toutefois par les jeunes générations. En matière d’épargne, les jeunes sont les plus intéressés par l’apprentissage de la gestion de l’argent, même s’ils n’ont pas confiance en leurs propres capacités. Enfin, la dimension sociale de l’épargne a été analysée : la proportion d’Italiens qui font au moins un don en espèces par an est passée de 59 % en 2022 à 64 %, tandis que la participation à des activités bénévoles est restée stable pour 50 % de l’échantillon, bien qu’elle soit moins fréquente que par le passé.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *