jeu. Mai 23rd, 2024

Il a commencé avec quatre salles et en compte aujourd’hui dix. Alors que le conseil municipal de Séville étudie actuellement l’emplacement d’un nouveau musée pour l’exposition d’art sacré de la ville de Séville, le musée du Saint-Ange est en cours de rénovation. ; futur musée d’art sacré   (qui sera installé dans le Castillo de San Jorge, à Triana), Séville dispose depuis 2015 d’une exposition permanente de pièces d’art religieux de premier plan, visibles presque tous les jours. Il s’agit de la Musée du couvent du Saint-Angequi a récemment inauguré de nouveaux locaux avec orfèvrerie et broderies conservés par l’ordre des carmélites.

« L’ensemble de l’espace rassemble quelques 5 000 pièces » dit le prieur du Saint Ange, Frère Juan Dobadoexpert en art et promoteur du principal musée du couvent dans la capitale andalouse aujourd’hui. Elles sont de toutes sortes et de tous types. Des peintures de grand mérite, très appréciées par les spécialistes qui visitent les salles individuellement, aux œuvres à caractère populaire qui enchantent les groupes de visiteurs qui ont pris rendez-vous pour voir l’exposition.



La dernière nouveauté est l’exposition d’objets de la vie quotidienne dans l’église du couvent, située dans la rue Rioja. Deux salles ont été réaménagées au cours de l’été afin de les rendre plus fonctionnelles. La première s’appelle Sancta Sanctorum. Elle contient des pièces d’orfèvrerie de grand intérêt. Parmi elles, il faut souligner le Devant d’autel en argent du XIXe siècle utilisé pour les grandes célébrations. Il ne faut pas oublier l’importante collection d’objets d’art et d’artisanat de l’Union européenne. calices et ciboires. Le plus important d’entre eux est le « cogollito », ainsi appelé en raison de l’incrustation de 120 émeraudes dans ce bijou du XVIIe siècle.

Les cinq ostensoirs

Il ne faut pas non plus que le tutelles à cinq siègesdatant de 1650 jusqu’au milieu du siècle dernier. On y trouve des styles baroque, rococo et néogothique, ainsi que celui issu de l’atelier de sculpture Granda de Madrid au XXe siècle. La salle comprend également la couronne de la Vierge du Carmenun excellent travail de Juan Borrero et qui a été placée sur le saint patron de l’église en octobre 2015 par l’archevêque de Séville de l’époque, Monseigneur Juan José Asenjolors du couronnement canonique pontifical.

La deuxième salle inaugurée est consacrée à la collection de broderies rassemblées par l’ordre des Carmélites. Elle recrée également un autel, dans ce cas avec une façade en bois sculpté et doré et avec des une broderie philippine du 18e siècle. Plusieurs tuniques brodées de l’Ordre sont également exposées, ainsi que le sac bordeaux de l’Ordre. Vierge de la santéle responsable de l’association des Le Cristo de los Desamparados qui réside dans ce couvent et qui est récemment sorti dans le rosaire du soir.

Il ne faut pas non plus négliger la vitrine contenant une importante collection d’objets d’art. chasubles brodées et de brocartCes chasubles changent en fonction des saisons liturgiques. Les premières à être exposées sont celles utilisées pour les grandes célébrations, comme les chasubles brodées utilisées pour la veillée pascale et Noël. Une autre vitrine présente les rideaux brodés du tabernacle, et dans une autre encore, les vêtements brodés de l’église. une reconstitution de la chambre de Sainte ThérèseLes broderies et les ustensiles pour la pénitence corporelle, si fréquents dans la vie de la mystique d’Avila, sont également présents.

La dernière donation

A titre de curiosité, il convient de mentionner l’inclusion dans cette pièce d’un reproduction en terre cuite de la Vierge de la Consolation, patronne d’Utrera.. Il s’agit d’une image récemment donnée, attribuée à Cristóbal Ramosun imagier du XVIIIe siècle dont le musée possède plusieurs exemples de son travail. Il ne faut pas oublier que dans les premières salles – qui conservent un style plus classique dans leur présentation par opposition au style muséal des nouvelles salles – sont exposés les Niños Jesús des auteurs les plus divers : de ceux de la montagne à ceux sortis des ateliers de Roldán, Duque Cornejo et Astorga.

Le musée du Saint-Ange peut être visité Du lundi au samedi de 11h00 à 13h00 et de 17h00 à 19h00. Le prix d’entrée est de cinq euros. Les billets seront disponibles en ligne dans quelques jours. Les travaux réalisés cet été ont également permis d’adapter le site à la mobilité universelle.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *