sam. Mai 25th, 2024

Il y aura peut-être un jour où le mobilité  sera tout électrique et il sera également possible de dire que « tout le reste est ennui », comme le chantait Franco Califano, poète inconfortable et controversé des sentiments dans la musique. Mais aujourd’hui la voiture électrique  doit encore se confronter à la réalité : si d’un côté c’est l’amour, ce sont les choix de l’Europe du Nord qui ont prêté serment d’allégeance à la voiture électrique. propulsion tout électrique EV  (mais les réactions des clients allemands à l’arrêt des mesures d’incitation à cet égard sont un signe), en Italie, la voiture électrique est la culture de quelques-uns  comme le confirment les chiffres. Mais il y a ceux qui ont pris le virage électrique comme une opportunité de croissance, une manifestation d’une culture différente.

Sous le signe de Hyundai  par exemple, est né en Salerno  le premier poteau électrique pour les voitures électriques,  un futur HUB de mobilité construit à l’intérieur Autosantoro . Au-delà des activités traditionnelles de vente, de service et autres, le centre électrique de la concession de Salerno est devenu un lieu de rencontre et d’échange d’expériences. point de référence pour les clients du sud de l’Italie et de l’étranger Nous avons créé un véritable HUB pour la diffusion de la culture électrique dans l’un de nos sites », explique Vincenzo Santoro, qui a tracé de nouveaux horizons pour l’entreprise. Autosantoro Concessionnaire Hyundai  ouvert par son père en 1968 – où nous étions déjà les précurseurs de la mobilité alternative, avec la conversion au GPL et aux plantes à l’époque. Aujourd’hui, nous sommes un avant-poste vert innovant, car nous croyons profondément au défi de l’électricité ».

Alors que la présence d’infrastructures dans le centre et le sud de l’Italie reste insuffisante, le pôle électrique de Salerne offre beaucoup, notamment parce que la côte amalfitaine, et en tout cas la région du Cilento, enregistre chaque année une présence massive de touristes : « Et en particulier de clients étrangers qui rechargent ou demandent des voitures électriques de location. Chez nous, ils trouvent l’assistance et la location, mais surtout la recharge ultra-rapide 24 heures sur 24 : nous avons 9 lignes, 6 ouvertes au public jour et nuit, et 2 avec 300 kWh pour la recharge rapide. Avec les nouvelles Hyundai et Kona  EV  nous offrons des autonomies allant de 350 à plus de 500 km, jusqu’à plus de 600 km sur des trajets urbains et une conduite appropriée ».

Hyundai Italia a choisi le pôle de Salerne pour le lancement du nouveau Kona tout électrique, né d’un projet EV dédié à la nouvelle mobilité, étendu par la suite au reste de la gamme. « L’électricité a du mal à s’imposer ici, mais ce n’est pas seulement une question de choix, de culture et de coûts, c’est peut-être un peu de tout », explique le directeur général de Hyundai Italia. Andrea Crespi président et directeur général de Hyundai Italie -. Après les difficultés de Covid, notre marché se redresse avec une croissance régulière, nous sommes la septième marque italienne même si nous aurions espéré une plus grande part de marché, dont nous conservons plus de 3%. Une difficulté liée à l’après-Covid, aux aspects opérationnels, notamment logistiques, car nous avons été ralentis dans les livraisons : un problème lié au déchargement, les navires ont été contraints d’attendre de manière inattendue et de changer de port pour éviter de rallonger les délais. Les transporteurs ne pouvaient pas perdre des jours à attendre le déchargement des marchandises. Souvent, on changeait de port, ce qui entraînait des retards, des retards, des difficultés de timing, et une augmentation inévitable des coûts ».

En outre, l’approche italienne de l’électricité n’est pas la plus facile… 

« Nous sommes à la traîne, même dans la transition vers les voitures électriques : en un an, le marché est passé de 3,7 à 3,9 %, soit 46 000 unités. Nous n’avons pas de petites voitures qui relèvent de l’Ecobonus, le mild-hybrid devrait être considéré de la même manière qu’un moteur thermique. Le marché électrique en Italie indique que plus d’une voiture sur quatre est une Tesla, un peu plus d’une sur cinq se trouve dans le segment A ».

Sommes-nous au point mort ? 

« Nous sommes en fait à un point de basculement, car les entreprises ont beaucoup investi dans l’évolution électrique requise au niveau réglementaire. Elles ne peuvent pas tout abandonner et revenir en arrière. Il s’agit de changer les mentalités, de créer une culture de l’électricité, d’encourager la reconversion d’une chaîne de production : ce qui empêche l’Italie d’être un leader, dans la conception comme dans les composants pour lesquels nous avons toujours été très bons. Il est évident qu’il ne faut plus produire des valves mais faire autre chose ».

Que faut-il faire maintenant ? 

Il est nécessaire de tout changer et, pour ce faire, nous devons accompagner le consommateur dans la compréhension de la transformation électrique et le soutenir par des services et des incitations. Nous avons besoin de planification, sinon les grandes villes iront dans un sens et les petites dans l’autre : nous avons besoin d’une stratégie sans ambiguïté sur cinq ou six ans, d’un soutien politique. À l’étranger, mes collègues savent déjà ce qui les attend dès le premier jour de 2024, quelles sont les incitations et les réglementations, alors qu’ici nous naviguons à vue pour l’année prochaine ».

Quels sont les scénarios envisageables ? 

« Nous n’avons pas besoin de regarder en arrière ou vers des carburants qui n’existent pas, nous regardons vers l’avenir pour être un leader dans la gestion de cette transition, puis il faut du temps pour accompagner les consommateurs à passer à l’électrique, peut-être à l’hybride complet. Mais il faut de la stratégie, parce que là où il y en a, ça marche. Je suis très confiant, les produits avancent à pas de géant, le service aussi, il suffit de voir l’augmentation significative des points de recharge depuis un an, impensable il y a quelques années. Nos voitures se rechargent dans des temps ridiculement courts, sur l’autoroute on peut recharger 350 km en un quart d’heure, ce sont des messages positifs : Hyundai d’abord, mais aussi tous les autres constructeurs ont ce qu’il faut pour mettre sur le marché des produits qui nous permettront de faire cette transition ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *