mer. Fév 28th, 2024

Les économies ont disparu, et s’il n’y avait pas les 378 euros par mois garantis par l’allocation unique pour enfants, la maison disparaîtrait également. « Nous payons notre hypothèque, jusqu’à présent nous n’avons pas manqué un seul versement », explique Gabriella, 43 ans, au téléphone depuis une petite ville de Medio Campidano, en Sardaigne. C’est l’histoire d’une pauvreté « ordinaire », celle décrite par l’Istat dans ses rapports et incarnée par les difficultés d’une famille ayant deux enfants de 10 et 3 ans à élever et des emplois de plus en plus précaires.

« Tout a commencé il y a sept ans et demi. Mon mari et moi étions employés dans une boulangerie familiale. Je servais les clients au comptoir, Luciano conduisait le camion pour distribuer les produits. Nous avons grandi dans cette entreprise. Lorsque l’entreprise a fait faillite, nous avons immédiatement cherché un emploi, mais nous ne savions rien faire d’autre que cela. Et rien, nous ne trouvions pas de place pour nous. Nous étions désespérés. C’est alors qu’est venue l’idée : comme l’entreprise devait beaucoup d’argent au couple, Gabriella et Luciano ont repris, avec une partie du crédit, l’équipement et l’ameublement du magasin. « Nous avons décidé de tenter l’expérience en ouvrant une petite épicerie. Nous avons bien démarré, Covid ne nous a pas fait de mal, au contraire, il a donné un coup de pouce aux livraisons à domicile. Nous étions heureux. » Gabriella est tombée enceinte pour la deuxième fois, le bébé est né en 2020 pour le plus grand bonheur de la famille.

Mais vint l’après-Covid, avec les augmentations généralisées qui, comme le dit le rapport Istat lui-même, firent déraper les comptes de la famille. « Tout a augmenté, des produits aux factures. Imaginez qu’en un mois d’été, au lieu des 400/500 euros mensuels habituels, nous nous sommes retrouvés avec des factures de 1 200 euros. Les revenus ne suffisaient plus pour acheter les produits à vendre et payer les impôts. C’était le début de la fin. Nous avons commencé à envisager de démissionner pour chercher un salaire sûr ». Le 30 septembre 2023, le magasin a fermé ses portes. Gabriella a obtenu un contrat de remplacement de quelques semaines en tant que caissière dans un supermarché. Luciano a trouvé un emploi à court terme jusqu’à la fin de l’année. « Les économies ont disparu, heureusement nous avons des familles derrière nous qui nous aident en cas de besoin, et les enfants ne manquent de rien. Nous sommes une famille avec peu de besoins, nous ne prenons pas de vacances, nous n’allons pas au restaurant. Nous vivons dans une ville de campagne, où les légumes sont cueillis dans le jardin. Nous continuons à espérer, avec deux enfants en bas âge, c’est indispensable ».

Lire aussi:  Données. Zone euro, indices Pmi toujours en dessous des estimations. Allemagne mauvaise

Gabriella s’est adressée à Caritas ces derniers jours : pour l’instant, elle ne veut pas demander d’aide matérielle, mais elle avait besoin de conseils pour élaborer un programme d’études. Le manque de compétences autres que celles de vendeuse fait partie du problème.

L’une des difficultés les plus graves que nous rencontrons dans mon diocèse, celui d’Ales Terralba, mais plus ou moins dans toute la Sardaigne », déclare Don Marco Statzu, directeur de la Caritas diocésaine et régionale, interrogé sur les données fournies par l’ISTAT, « est l’abandon scolaire et la pauvreté en matière d’éducation et de formation. Nous intervenons non seulement par l’assistance, mais surtout par la formation, pour les rendre autonomes afin qu’ils n’aient plus à demander de l’aide. Nous constatons également une augmentation des difficultés pour les familles avec des enfants mineurs et pour les personnes âgées vivant seules. La pauvreté est très présente. En Sardaigne, encore plus ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *