mer. Avr 17th, 2024

Antonio Fazio, ancien gouverneur de la Banque d’Italie de 1993 à 2005, économiste keynésien, avait depuis longtemps un projet : suivre les traces de son « inspirateur ». C’est chose faite, à l’âge de 87 ans, avec un livre, Les conséquences économiques de l’euro » (édité par Oikonova pour Edizioni Cantagalli 110 pages, 15 euros ; il est aujourd’hui présenté à Mantoue à la Casa del Mantegna), une référence évidente dans le titre à « The Economic Consequences of the Euro », qui en 1919 était l’un des ouvrages les plus célèbres de John Maynard Keynes, le père de la macroéconomie. Un livre, celui de Fazio, qui, près d’un quart de siècle après l’adoption de la monnaie unique, retrace et justifie les raisons de ses « euro-doutes » historiques.

Fazio, quelles sont donc, 24 ans après son adoption en 1999, les conséquences économiques de l’euro ? 

En voici quelques-unes, que nous déduisons des données. La stabilité de la nouvelle monnaie aurait dû, à moyen et long terme, nous protéger de l’inflation et favoriser la croissance économique. Au lieu de cela, les objectifs ont été inversés avec l’instrument : l’économie devait soutenir la monnaie, le développement – au moins de certaines économies pas si petites de la zone – a été sacrifié pour garantir le cadre monétaire. La Grèce et, à des degrés divers, l’Italie, mais aussi d’autres États, ont été soumis à des sacrifices et leur faible capacité à suivre s’est confirmée. En 2019, avant la pandémie, le PIB de l’Italie était inférieur de 4,5 % au niveau de 2007, la dernière année avant la grande récession ; en 2023, nous sommes encore en dessous. Je rappelle qu’en 1939, les niveaux précédant le krach de Wall Street de 29 avaient déjà été retrouvés. En ce qui concerne les prix, parlez du niveau d’inflation actuel. Et l’objectif du plein emploi a toujours été loin d’être atteint.

Vous voulez dire que, sur le plan économique, l’euro est un échec substantiel ? 

Pas pour tout le monde. Les inégalités se sont accrues. Les systèmes économiques les plus performants augmentent – certes selon leurs propres mérites – leurs excédents commerciaux avec l’étranger. Bref, le discours de fond, toujours caché, c’est que l’euro a surtout profité à certains, je pense in primis à l’Allemagne et aux Pays-Bas. Pour l’Allemagne, toujours animée par la terreur historique de l’hyperinflation de Weimar, la consistance des excédents accumulés depuis plus de deux décennies dépasse largement 20 % du produit national annuel de la zone euro : il s’agit de plus de 3 000 milliards d’euros accumulés par Berlin. Cette situation a longtemps eu un effet déflationniste sur la zone. Mais c’est là que l’Union était vraiment nécessaire.

Que voulez-vous dire par là ? 

Cette situation a contraint les autres États membres à équilibrer leur balance commerciale, sans alimenter au maximum la demande intérieure. Les excédents des pays les plus performants auraient dû être partiellement investis dans le reste de la zone, afin d’assurer une plus grande homogénéité. Les déséquilibres entre les pays n’ont pas été traités. Et aujourd’hui, les difficultés des pays les plus faibles, exacerbées par la pandémie et les guerres, infectent les économies les plus riches.

La BCE a-t-elle adopté la bonne politique monétaire au fil des ans ? 

Pour réduire propagation ont rendu la masse monétaire galopante, ce qui rend également plus difficile la réduction de l’inflation. Ils ont mené la même politique que les États-Unis. Cependant, alors qu’aux États-Unis, la Assouplissement quantitatif était une aide pour soutenir la demande intérieure, les rigidités de la zone euro ont fait qu’elle a été utilisée pour acheter des obligations publiques. Je me souviens qu’en Italie aussi, au milieu des années 1990, il y a eu une crise des obligations publiques, mais elle a été résolue en stimulant les achats par les banques – qui ont alors également réalisé d’importants bénéfices – mais dans un contexte de restriction monétaire. Paradoxalement, le Qe, l’extraordinaire expansion monétaire visait à maintenir la stabilité de l’ordre monétaire, mais elle n’a certainement pas profité au pouvoir d’achat de la monnaie elle-même.

Puis vint l’inflation, exacerbée par la guerre. 

C’est là que la BCE a commis une énorme erreur. Elle aurait dû relever les taux d’intérêt immédiatement avant que l’inflation ne se déclenche, mais elle a attendu jusqu’en juillet 2022. Après avoir dépassé les 10 % par an, l’inflation se situe toujours à 5,5 % en moyenne et la BCE sera contrainte de maintenir les taux à un niveau élevé pendant encore un certain temps. C’est la même erreur qui a été commise aux États-Unis, où la Banque centrale européenne (BCE) a maintenu ses taux à un niveau élevé pendant un certain temps.Economist a publié en première page un portrait de George Washington se couvrant le visage de honte. La BCE présente également un défaut structurel : les petits pays, qui représentent une faible part du PIB de la zone, ont proportionnellement trop de voix. Le contrôle monétaire est donc plus difficile.

Même la dette publique, confiée aux traitements du Pacte de stabilité, ne s’est pas améliorée ? 

Non. En Italie, le ratio dette/PIB, qui était de 103,5 % en 2007, a explosé pour atteindre 140 % aujourd’hui. La récession et la pandémie pèsent certes lourd, mais le fait de s’en tenir aux politiques suggérées par la Commission européenne a également aggravé la situation. L’erreur logique de l’austérité est que, lorsque le niveau initial de la dette est supérieur à la production, les réductions recommandées du déficit tendanciel ont un effet multiplicatif qui fait chuter encore plus le produit national. On ne veut pas le comprendre à Bruxelles où règne une certaine improvisation ; il faut réfléchir davantage.

Tout faux, tout à refaire, pour citer Bartali ? 

La monnaie unique présente sans doute de nombreux avantages, sans parler des aspects de l’union politique. Il n’en reste pas moins qu’elle a été imposée à un système trop inégalitaire, ce qui a réduit la demande dans les pays les plus faibles, entraînant du chômage.

A propos, le débat sur le salaire minimum fait rage ici. Qu’en pensez-vous ? 

Ce serait un conditionnement supplémentaire que de l’introduire par la loi au lieu de le négocier entre les parties. Entre-temps, il y a de plus en plus d’entreprises dans notre Sud qui ont des problèmes, également conditionnés par un manque d’infrastructure et un manque de légalité. Il serait peut-être préférable d’adopter des formes de participation des travailleurs aux bénéfices, une des forces de l’Allemagne, ainsi qu’une participation à certains choix stratégiques de l’entreprise. Plus que les bas salaires, les politiciens italiens oublient que le vrai problème est la faible productivité : dans le secteur privé, entre 1995 et 2020, son augmentation n’a pas atteint 15 %, alors qu’elle a été de 35 % en France et de plus de 40 % en Allemagne. Le Clup (coût du travail par unité de produit, éd.) galope à +1,7% par an. C’est surtout cela qui nous fait perdre en compétitivité. Depuis les années 1990, il est devenu tabou de parler de différenciation salariale entre les régions du pays. Pourtant, je tiens à rappeler que cette ligne a été adoptée dans le passé avec le soutien de syndicalistes de la trempe de Giuseppe Di Vittorio et Giulio Pastore.

Pour conclure : Bankitalia se prépare à un changement de direction, passant d’Ignazio Visco à Fabio Panetta le 1er novembre. 

C’est le meilleur choix possible. Panetta a travaillé avec moi, il a une excellente expertise monétaire et financière. J’ai confiance en lui.

© reproduction réservée

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *