mer. Mai 22nd, 2024

Le thème de la voitures électriques  s’impose et a ouvert un débat qui génère un énorme flux d’informations sur le web et les réseaux sociaux, où l’on trouve souvent de nombreuses informations sur les voitures électriques. fake news et les nouvelles brutes qui peuvent modifier les choix des conducteurs. Essayons d’y voir plus clair.

En Italie, il n’y a pas assez de stations de recharge 

Faux.  Le nombre de bornes de recharge devrait toujours être lié au nombre de voitures électriques en circulation. Aujourd’hui, l’Italie compte plus de 45 000 points de charge publics (soit une augmentation de 28 % par rapport à l’année précédente) et 25 000 colonnes dans 16 557 stations. Le nombre de voitures électriques en circulation aujourd’hui est de 209 000, une proportion qui réfute complètement l’affirmation selon laquelle il n’y a pas assez de points de charge. Même sur les autoroutes, où les bornes de recharge sont peu répandues, le réseau s’équipe rapidement. Il est vrai, cependant, que le pourcentage de colonnes de grande puissance, qui équipent désormais presque tous les modèles et garantissent une charge de 20 à 80 % de la batterie en moins de 30 minutes, est encore faible par rapport au total.

Les voitures électriques ne sont pas rentables parce qu’elles coûtent beaucoup plus cher que les voitures à essence et diesel 

Vrai .  La disproportion des tarifs est évidente. Aujourd’hui, une Fiat 500 électrique sans mise à la casse coûte 29 950 euros sur la liste, contre 17 800 euros pour une hybride à essence. Les prix des voitures électriques s’égalisent, mais pas assez rapidement. Et sans incitations, leur marché serait nul. Des estimations crédibles prévoient la parité avec les voitures conventionnelles d’ici sept ans. Il faut cependant considérer que même si elle coûte plus cher à l’achat, une voiture à moteur électrique permet d’économiser sur plusieurs postes, de la taxe de circulation à l’assurance, de l’entretien au stationnement.

Recharger une voiture électrique coûte très cher 

Vrai et faux.  Il est vrai que les prix élevés de l’énergie ont augmenté le coût de la recharge cette année (entre 5 et 50 % pour la recharge en accès public), mais le prix des carburants traditionnels a également fortement augmenté ces derniers mois. Le prix d’un « plein » d’électricité varie fortement en fonction du type de borne de recharge. Les plus puissantes sont très rapides mais aussi très chères. Cependant, aujourd’hui, toutes les entreprises qui exploitent des bornes de recharge proposent des forfaits et des abonnements pour fidéliser leur clientèle, des offres qui permettent de réaliser d’importantes économies. Il faut aussi considérer que le coût du plein d’une voiture électrique est nul si elle produit sa propre énergie à la maison, par exemple grâce à un système photovoltaïque.

L’élimination des batteries pose de gros problèmes 

Faux.  Les fabricants et les entreprises spécialisées prennent le problème en main. Les batteries des voitures électriques peuvent être (et sont déjà) récupérées, recyclées et réutilisées, par exemple pour créer des unités de stockage d’énergie pour les systèmes photovoltaïques, prolongeant ainsi leur cycle de vie sous d’autres formes. Une batterie usée pour déplacer une voiture contient encore suffisamment d’énergie pour d’autres utilisations.

Les voitures alimentées à 100 % par des batteries n’ont pas assez d’autonomie pour un trajet moyen/long. 

Faux.  La technologie en la matière progresse à pas de géant, et vite. Si l’on fait abstraction du fait que les Italiens parcourent en moyenne moins de 43 km par jour et que 90 % des personnes qui conduisent ne dépassent jamais 80 km par jour, une voiture électrique garantit aujourd’hui une autonomie moyenne de 400 km avec une charge complète, et il existe de nombreux modèles qui atteignent les 500 km réels. Il est vrai que l’autonomie déclarée ne tient pas compte de variables importantes telles que la vitesse, la conduite agressive, le type d’itinéraire et même la température extérieure, qui influencent grandement la consommation.

Les voitures électriques prennent feu plus facilement que les autres 

Faux.  Il s’agit de la fake news la plus répandue sur le net ces jours-ci, manifestement liée à la tragédie du bus de Mestre. Les véhicules électriques présentent le même risque d’incendie que les voitures à moteur à combustion, et la présence d’une batterie au lithium n’alimente en rien la possibilité d’incendie. Les voitures électriques sur le marché, comme les autres véhicules, doivent passer des tests spécifiques rigoureux, dont certains concernent même les exigences en matière d’incendie, avant d’être mises en vente. En fait, les moteurs qui présentent le plus de risques d’incendie sont les moteurs hybrides, car ils comportent beaucoup plus d’éléments mécaniques et électroniques. Ce qui change, c’est le temps technique nécessaire pour éteindre les flammes, qui, selon des études étayées par des expériences réelles, est considérablement plus long dans le cas d’une voiture dont la batterie au lithium s’enflamme.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *