mer. Avr 24th, 2024

Le La Cour Suprême (SC) a rejeté le recours introduit par Guillermo Baena contre le élections pour l’élection d’un frère aîné tenue dans la Confrérie de Montesión en décembre 2017. Il s’agit d’une question controversée qui est remontée jusqu’à l’Assemblée nationale. Vatican et dont la corporation du Jeudi Saint a toujours eu le droit, tant par l’État pontifical que par les différentes entités juridiques par lesquelles elle est passée.

Le dernier chapitre s’est déroulé en août 2021, lorsque le Tribunal supérieur a admis un recours extraordinaire pour vice de procédure formé contre la sentence du Tribunal supérieur de Séville, qui a rejeté le procès intenté par Guillermo Baena, qui demandait l’annulation de la décision de la Cour suprême de Séville. Les élections pour le frère aîné ont eu lieu en décembre 2017. La Cour suprême a indiqué dans une ordonnance que le recours était recevable « aucun motif juridique d’irrecevabilité n’étant apparent à ce stade ». Elle a également donné à la confrérie la possibilité de formaliser son « opposition au pourvoi ».



Dans l’arrêt rendu le 9 décembre 2020, la Cour d’appel de Séville a jugé que la Montesión n’avait violé aucun des motifs juridiques du recours. droit fondamental d’association lors des élections de 2017, que le liste électorale était correcte et a rejeté la demande de l’ancien frère Guillermo Baena, candidat dans ce processus.

La sentence de l’Audiencia

La huitième section de l’Audience a ensuite indiqué qu' »il n’y a aucune preuve d’une prétendue méconnaissance des principes constitutionnels en ce qui concerne les accords et les actions en cause dans le présent litige » et que les éventuelles irrégularités – Baena a dénoncé des anomalies dans le vote par correspondance – étaient « minimes et non imputables à un comportement délictuel particulier de la confrérie ».

Guillermo Baena a demandé la nullité de l’assemblée des élections pour l’élection du frère aîné et l’approbation des comptes tenue le 15 décembre 2017. Pour ce faire, il dénonce l’inclusion indue de membres, avec altération du recensement en incluant comme électeurs des frères qui n’avaient pas le droit de vote en raison de leur ancienneté, qui remplaçaient des membres décédés ou ayant quitté la confrérie.

Dans son arrêt, la Cour a confirmé qu’aucun droit du plaignant n’avait été violé, car Baena « a exercé son droit d’être élu et de faire partie des organes directeurs de la confrérie, en participant au processus électoral sans limites, conformément aux statuts de la confrérie ». « Il a pu assister à l’assemblée générale, être informé de la composition des organes de direction, être entendu avant l’adoption de mesures disciplinaires et contester les résolutions des organes de l’association », ajoute la décision du tribunal.

Le recours devant la Cour suprême

Le pourvoi contre cet arrêt formé devant la Cour suprême repose sur quatre motifs. Le premier est fondé sur la perte progressive de l’intérêt légitime du requérant, la confrérie estimant qu' »avec la perte de la qualité de frère du requérant, l’intérêt justifiant sa demande a disparu ». La chambre civile de la Cour suprême a rejeté la demande de clôture de la procédure au motif de la « perte progressive de l’intérêt légitime ». De même, elle a rejeté les trois autres motifs sur lesquels se fondait le recours de Guillermo Baena (vice de procédure, droit à la protection et empêchement de l’obtention d’une preuve fondamentale).

Sur la base de ces motifs juridiques, la Cour suprême, dans un arrêt daté du 17 octobre, auquel nous avons eu accès Diario de Sevillaa rejeté le pourvoi formé par Baena contre l’arrêt de l’Audiencia et a condamné le requérant aux dépens. payer les frais.

Comme mentionné plus haut, cette affaire a atteint le Vatican lui-même, qui a également donné raison à la Confrérie de la Montesión. Ainsi, le 2 octobre 2019, le Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie a décrété la validité de l’assemblée générale des élections qui s’est tenue le 15 décembre 2015. Il affirme également l’absence d’irrégularités dans le processus mené par la corporation de la rue Feria.

Lors de ces élections, ont été élus comme frères aînés Manuel Sotodont le mandat a pris fin en juin 2017. Il a depuis été remplacé par Alberto Balbontín.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *