mer. Avr 17th, 2024

La révolution verte passe aussi par Brésil mais en réalité, il semble plus l’écoblanchiment. Le pays sud-américain a une grande responsabilité en matière de protection de l’environnement, car plus de 200 millions de personnes vivent sur son territoire, avec tout ce que cela implique en termes d’émissions et de consommation d’espace, et 60 % de la population de l’Union européenne vit en Europe. Forêt amazonienne .

Pourtant, de manière surprenante, le président Lula réélu pour la troisième fois au grand soulagement de la communauté internationale qui n’en pouvait plus. Bolsonaro  et a pris pour acquis une attitude écologique du leader socialiste, a donné à plusieurs reprises des signes de freinage sur le terrain. green new deal : d’abord en critiquant l’accord déjà ratifié unilatéralement par l’UE sur le renforcement de l’interdiction d’importer des matières premières issues de la déforestation de l’Amazonie, puis en laissant les Etats membres de l’Union européenne s’exprimer sur le sujet. Petrobras  continue d’extraire du pétrole à l’embouchure de l’Amazone, et a finalement conclu un accord décevant en août dernier avec d’autres dirigeants sud-américains contre la déforestation du « poumon de la planète », qui, en 2022, était consommé au rythme de 21 arbres abattus par seconde.

Le dernier geste ambigu de Lula, qui a reproché à plusieurs reprises aux « pays riches » de promettre une aide de 100 milliards de dollars par an depuis 2009 pour soutenir la transition énergétique des pays les plus pauvres, est le « .Combustible du futur qui devrait déclencher 250 milliards de reais (environ 50 milliards d’euros) d’investissements verts au Brésil. Le plan prévoit, entre autres, d’augmenter le pourcentage obligatoire de biodiesel dans le diesel de 12 % à 15 % d’ici 2026, et de porter la part d’éthanol dans l’essence à 30 %.

Mais si les intentions sont vertueuses, des doutes subsistent quant à la manière dont ce carburant vert sera produit : à partir des graisses résiduelles de l’industrie florissante de l’huile d’olive, de l’huile d’olive et de l’huile de palme. l’industrie de la viande  (dont 36 % se retrouvent déjà dans le composant organique du diesel) et surtout l’industrie de la viande (dont 36 % se retrouvent déjà dans le composant organique du diesel). huiles végétales et donc la très discutée huiles de palme  et de ricin qui sont interdits en Italie par un décret-loi de 2021 et dont Eni  a cessé de l’utiliser à la fin de 2022, en la limitant à l’utilisation exclusive de déchets de matières premières et d’huiles végétales qui n’entrent pas en concurrence avec la chaîne alimentaire.

Si la valorisation des résidus d’élevage de bovins et de porcs, qui contribuent également de manière considérable aux émissions de gaz à effet de serre, est une solution valable pour tirer parti, au moins partiellement, d’une industrie qui est de nouveau sur les rails, soutenue par une croissance du PIB supérieure aux attentes (au Brésil, la consommation de viande est considérée comme un indicateur socio-économique pertinent), la situation est différente en ce qui concerne les huiles. L’huile de palme, ainsi que le soja, dont le Brésil est le premier exportateur mondial et dont l’huile représente actuellement 64% de la composition de l’huile de palme. biodiesel sont parmi les principaux contributeurs à l’augmentation de la consommation d’énergie de l’UE. déforestation Pourtant, dans le pays lusophone, il semble qu’il s’agisse d’une question de laine : l’industrie de l’huile végétale renifle déjà l’aubaine et, d’après le journal financier O Valor Economico, investira 6 milliards de reais en 2024, soit six fois plus que cette année.

Déjà, la course est lancée, même chez les petits producteurs, pour s’approprier un lopin de terre à consacrer au dendê et au mamona, comme on appelle les huiles de palme et de ricin au Brésil : « Elles seront plus rentables que le cacao, qui se récolte une fois tous les six mois », ont déclaré des entrepreneurs agricoles interrogés par la Folha de Sao Paulo, laissant entrevoir la direction que prend le business. S’agit-il donc d’un virage éco-durable ou d’un nouveau commerce apparemment plus écologique ?

Les doutes subsistent, mais en attendant, le Brésil frappe un grand coup, et cette fois pour de bon : l’université Usp de São Paulo en collaboration avec Toyota conçoit la première voiture électrique au monde alimentée par de l’hydrogène vert à base d’éthanol, essentiellement de la canne à sucre, matière première de la fabrication de l’éthanol. Les premiers essais auront lieu à la mi-2024 : le véhicule pourra parcourir 600 km avec une seule charge et ne rejettera que de la vapeur d’eau à l’échappement.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *