mer. Avr 17th, 2024

Près de 2 millions de familles avec 1,4 million d’enfants mineurs vivent dans la pauvreté absolue dans notre pays. . Cette proportion est passée de 6,1 % en 2015 à 7,5 % en 2021 et l’inégalité entre les riches et les pauvres continue de se creuser ; en outre, les dépenses publiques italiennes en matière de santé et d’éducation sont nettement inférieures à la moyenne européenne ; le taux d’abandon scolaire est de 11,5 % (et atteint 36,5 % chez les très jeunes étrangers) ; le chômage des jeunes est de 23,7 % et 1,7 million de jeunes n’étudient pas et ne travaillent pas (Neet).

C’est la dimension sociale de la développement durable  et sur lesquels il y a encore beaucoup de travail à faire, que l’on peut trouver dans le huitième rapport « L’Italie et les objectifs de développement durable », produit par l’Institut de recherche sur le développement durable (IRD).Alliance italienne pour le développement durable (ASVIS) , un outil utile pour évaluer les progrès de l’Italie, de ses territoires et de l’Union européenne vers les 17 objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 de l’ONU, signé par les gouvernements de 193 pays le 25 septembre 2015, et les domaines dans lesquels nous devons intervenir pour garantir la durabilité économique, sociale et environnementale de notre modèle de développement.

Sur le plan environnemental, l’Italie enregistre une perte de 42 % des systèmes hydriques ; seuls 21,7 % des zones terrestres et 11,2 % des zones marines sont protégés ; l’état écologique n’est « bon » que pour 43 % des rivières et des lacs ; la dégradation des sols affecte 17 % du territoire national ; 80,4 % des stocks de poissons sont surexploités ; les énergies renouvelables ne représentent que 19,2 % du total, une part qui ne permet pas au pays d’entreprendre le processus de réduction nette des émissions auquel il s’est engagé au niveau de l’UE.
Alors qu’après la reprise post-pandémique, certains problèmes persistants de santé publique ont été résolus, le pays n’a pas été épargné par la crise. signes économiques de faible croissance : la composante du travail non déclaré reste forte (3 millions) ; des avancées ont été réalisées pour l’économie circulaire (la consommation de matières par habitant a baissé de 33% en dix ans) et le taux d’innovation a augmenté (+21% entre 2010 et 2018), mais de nombreuses entreprises montrent des résistances à investir dans la transformation numérique et écologique ; le pays a besoin d’investissements forts, notamment pour rendre les infrastructures plus résilientes face à la crise climatique. la finance évolue dans le sens de la durabilité, accompagnant l’évolution des préférences des épargnants. Du point de vue de la dimension institutionnelle de la développement durable  montre également qu’au cours des dix dernières années, les homicides volontaires et les crimes contre la personne ont considérablement diminué, mais que certains crimes contre la personne, tels que la violence sexuelle (+12,5 %) et l’extorsion (+55,2 %), ont augmenté. Il y a également eu une forte augmentation de tous les crimes informatiques, tels que la fraude et l’escroquerie (+152,3 % par rapport à 2012). La surpopulation carcérale est repartie à la hausse à partir de 2019.

Au cours des 8 dernières années, l’Italie n’a pas choisi l’Agenda 2030 de manière convaincue et décisive comme carte pour parvenir à un développement pleinement durable sur le plan environnemental, social, économique et institutionnel . « Ce qui a manqué », a expliqué le directeur scientifique d’ASVIS, Enrico Giovannini  – a été un engagement explicite, choral et cohérent de la part de toute la société, de tout le monde des affaires et de toutes les forces politiques qui se sont relayées à la tête du gouvernement pour transformer notre pays sous la bannière de la durabilité ».

Si l’Italie est loin d’atteindre les objectifs de l’Agenda 2030, et que seul un changement rapide des politiques publiques permettrait de rattraper le retard, la situation n’est pas meilleure dans d’autres pays. Selon l’ONU, seuls 12 % sont en passe d’atteindre les valeurs cibles.  Plus de la moitié sont « modérément ou gravement en retard » et environ 30 % n’ont fait aucun progrès ou sont dans une situation pire qu’en 2015.

D’après les données et les contenues dans le rapport ASviS 2023  plus d’un demi-milliard de personnes dans le monde vivront encore dans l’extrême pauvreté en 2030 ; plus de 80 millions de filles et de garçons n’iront pas à l’école et 300 millions ne sauront ni lire ni écrire Les émissions de gaz à effet de serre continueront d’augmenter ; la température moyenne, qui a déjà augmenté de 1,1°C par rapport aux niveaux préindustriels, atteindra la limite de 1,5° prévue par l’Accord de Paris dès 2034. En 2030, quelque 660 millions de personnes seront toujours privées d’électricité et près de deux milliards dépendront encore des combustibles fossiles et d’autres pratiques polluantes. « Pour rattraper le retard, il est essentiel d’adopter une approche politique et culturelle qui place la durabilité au cœur de tous les choix, publics et privés. Cette approche sous-tend la nouvelle stratégie nationale pour le développement durable, approuvée  par le gouvernement  il y a exactement un mois – revendiqué le président de l’ASviS, Pierluigi Stefanini  Dans les mêmes jours, le gouvernement s’est engagé devant l’Assemblée générale des Nations unies à préparer un « plan d’accélération » pour la réalisation des objectifs sur lesquels nous sommes le plus en retard, c’est-à-dire la quasi-totalité d’entre nous. Nos propositions peuvent être utilisées pour définir le contenu, les délais et les méthodologies de mise en œuvre de ce plan ». A cet égard, l’ASVIS a fait trois propositions au gouvernement : premièrement, confier à la présidence du Conseil la tâche de préparer le Plan ; le préparer d’ici mars 2024, afin qu’il puisse contribuer à la préparation du prochain Document économique et financier ; et enfin, impliquer la société civile et les autorités territoriales à travers le Forum pour le développement durable existant au Ministère de l’environnement et de la sécurité énergétique (Mase).

Pour savoir ce qu’est l’Alliance italienne pour le développement durable (ASVIS)

L’ASviS a été créée le 3 février 2016 à l’initiative de la Fondation Unipolis et de l’Université de Rome ‘Tor Vergata’ et s’engage à diffuser la culture de la durabilité à tous les niveaux et à sensibiliser la société italienne, les acteurs économiques et les institutions à l’importance de l’Agenda 2030 pour la réalisation des Objectifs de développement durable. L’ASVIS est un vaste réseau d’organisations de la société civile qui est rapidement devenu un point de référence institutionnel et une source d’information faisant autorité sur les questions de développement durable.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *