ven. Avr 19th, 2024

Abstraction faite des opinions (plus ou moins fondées sur les goûts ou sur des critères dévotionnels, artistiques et pastoraux), sans aucun doute Le 8 décembre 2024 restera sans aucun doute dans les annales de la religiosité populaire du diocèse de Séville. Il s’agit d’un fait indéniable, dû au « simple » et inévitable fait de réunir, dans le plus grand temple gothique de toute la chrétienté, une série de dévotions qui, depuis des siècles, constituent l’épine dorsale non seulement de la foi d’un peuple, mais aussi de sa manière de s’exprimer et de se manifester en tant qu’entité collective.

Ce jour-là, fête de l’Immaculée Conception, une grande procession de clôture est prévue (nous hésitons encore à attribuer honnêtement le terme magna à une liste de huit participants, alors qu’il y a jusqu’à vingt pasos ou tronos à Grenade, San Fernando ou Malaga) à l’occasion du IIe Congrès international des confréries et de la religiosité populaire, dont le programme complet sera annoncé dans les mois à venir. Cette procession particulière et historique réunira des dizaines de milliers de personnes dans la ville, car les grandes dévotions de la capitale et une série de représentations de la province convergeront dans le même espace : Setefilla, Consolación de Utrera et Valme. Cependant, À quand remonte la dernière fois que la ville a participé à un événement de cette envergure, ou du moins de ce format ?



Les générations actuelles n’en savent rien, bien sûr, mais peut-être nos grands-parents le savent-ils. Il faut remonter à près de huit décennies, pour être précis, au 1946. En juin de cette année-là, un télégramme de la Secrétairerie d’État du Vatican parvint à Séville, annonçant que S.A. Pie XII avait proclamé la Virgen de los Reyes comme patronne principale de Séville et de son archidiocèse. C’est pourquoi, le 24 novembre, une procession a eu lieu dans le centre de la ville, à laquelle ont participé les images suivantes, parmi lesquelles des dévouements notables de gloire (absents dans la procession de 2024) : la Virgen del Pilar de San Pedro, l’Amargura de San Juan de la Palma (qui est sortie pour la première fois sans baldaquin), la Reina de Todos los Santos de Omnium Sanctorum, la Virgen del Valle (également sans baldaquin, comme le Jeudi saint 2022), la Virgen del Amparo de la Magdalena et l’Esperanza Macarena.

La procession, qui a commencé en début d’après-midi, est partie de la porte San Miguel, s’est terminée à la mairie de la Plaza Nueva, puis est revenue à la cathédrale. Certaines images, comme la Reine de tous les saints et le Pilier, ont été portées dans le rosaire de l’aube. Ce fut, bien sûr, la dernière fois qu’une telle procession fut organisée. sans compter les processions générales du Santo Entierro Grandequi a été le moyen historique par lequel la ville a répété ce record, en augmentation ces dernières années dans différentes régions d’Andalousie.

Plus loin, nous atteignons presque un siècle de différence, lorsqu’en 1929 fut célébré le couronnement canonique de la Vierge de la Antigua.. À la fin de la cérémonie, dans l’après-midi du 24 novembre, une procession a eu lieu – qui n’est pas du tout semblable à une magna, mais dont le format est similaire – à laquelle ont participé le Rosaire de Montesión, la Vierge de la Paix de Santa Cruz et la Reine de tous les Saints. C’était en novembre, et en mai de la même année, une autre procession mariale a été organisée pour clôturer la Semaine de la Paix. Congreso Mariano Hispano AmericanoIl s’agissait d’un événement vraiment extraordinaire en raison de la nature exceptionnelle des images invitées et de leur contexte historique, en raison de la relation avec les dédicaces à l’époque de la découverte de l’Amérique : parmi elles, la Victoria de Santa Ana (devant laquelle Magellan a prié), le Buen Aire du Palais de San Telmo, l’Inmaculada de San Buenaventura ou des simpecados comme celle de Rocamador ou de la Virgen del Coral.

Les splendeurs

On pourrait sans doute aussi ajouter à ce catalogue les célèbres Esplendores et la Magna Hispalensis de 1992, qui était particulièrement importante pour les confréries sévillanes à l’occasion du 5e centenaire de l’évangélisation du Nouveau Monde. Cette exposition (il ne s’agissait pas d’une Magna à proprement parler), organisée par Luis Becerrea et sous la présidence de Rodríguez-Caso au Conseil, rassemblait dans des lieux tels que l’église de San Juan de Dios les images de la Virgen del Amparo, de la Reina de Todos los Santos, de la Salud de San Isidoro, Madre de Dios del Rosario, de l’Alegría de San Bartolomé, de la Virgen de La Luz de San Esteban, de la Divina Enfermera, de la Divina Pastora de Santa Marina et de la Virgen de los Reyes de los Sastres de San Ildefonso.

Juste en face, au Salvador, le Señor de Pasión et le Cristo del Amor cohabitent également à la mi-juillet, les pasos de l’Exaltation et de la Présentation au peuple de San Benito et les pasos de la Virgen de la Victoria et du Dulce Nombre. La procession du crucifix des Misericordias de Santa Cruz et le paso de palio de la Virgen de la Candelaria ont marché jusqu’à la cathédrale, créant de manière inattendue une petite Semaine Sainte au milieu de l’été.

Quoi qu’il en soit, nous une occasion inestimable de nous affirmer en tant qu’outils d’évangélisation. et, par notre façon d’être et de nous exprimer, de diffuser la dévotion de tout un diocèse et de toute une ville dans l’ensemble du monde catholique. Ce sera en décembre 2024. Et probablement nos yeux ne verront plus jamais rien de tel.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *