sam. Mai 25th, 2024

Quatre-vingt-treize ans après sa bénédiction, le retable en céramique du Christ de l’Amour installé dans la rue Villegas a retrouvé sa splendeur d’origine. Avec l’enlèvement de la toile et le démontage de l’échafaudage qui couvrait l’œuvre depuis le début de l’intervention en mai dernier, les travaux de restauration ont été achevés le mardi 17 octobre. Les travaux de restauration du retable colossal ont été réalisés par une grande équipe multidisciplinaire dirigée par le conservateur-restaurateur du patrimoine culturel, Carlos Peñuela.

Comme l’indique la Hermandad del Amor sur son site web, les travaux ont consisté à nettoyer superficiellement et à passer l’aspirateur sur tout l’ensemble, aussi bien sur les panneaux carrelés que sur le carrelage, le plafond à caissons et les ferronneries décoratives ; à consolider et à fixer les différentes pièces détachées du toit, en remplaçant celles qui étaient cassées ou défectueuses ; et à nettoyer mécaniquement et chimiquement par voie aqueuse les panneaux carrelés et à les reconstruire volumétriquement et chromatiquement à l’aide de résines époxy et de pigments minéraux.



Un nettoyage chimique et mécanique a également été entrepris, ainsi que l’enlèvement et le décapage des différentes couches de peinture non originales appliquées sur les décorations en fer forgé, la poutre et le plafond à caissons en bois. Enfin, les fissures existantes ont été comblées, une réintégration volumétrique et chromatique a été effectuée et une protection finale compatible avec l’œuvre, réversible et adaptée à l’extérieur a été appliquée afin de résister aux intempéries et aux rayons ultraviolets.

Le frère aîné de l’entreprise Domingo de Ramos, Juan Cruzado Candau, a exprimé son soutien à l’entreprise Domingo de Ramos. « satisfaction et bonheur » devant le résultat des travaux de restauration.La ville récupère dans toute sa splendeur une œuvre qui fait partie de sa physionomie la plus centrale et, plus particulièrement, de la rue Villegas où elle rencontre la Plaza del Salvador ». « La confrérie couronne un processus de restauration d’une œuvre d’art unique, tant par sa taille que par sa qualité. L’œuvre d’art représente le Santísimo Cristo del Amor dans une exquise représentation grandeur nature. Un grand autel en céramique dans la même rue, devant lequel des dizaines de fidèles prient chaque jour et qui ne laisse personne indifférent.

Juan Cruzado a tenu à exprimer ses remerciements particuliers pour « la sensibilité de la Junta de Andalucía, par l’intermédiaire de la Consejería de Turismo, Cultura y Deporte[ministère régional du tourisme, de la culture et du sport]., ; dont le soutien a été essentiel   et qui a permis à toute la ville de profiter à nouveau aujourd’hui de cette œuvre magnifique ». Il a également félicité l’équipe dirigée par Carlos Peñuela « pour le grand professionnalisme dont elle a fait preuve et pour le soin et l’attention qu’elle a apportés aux détails de cette restauration ».

L’intervention a permis de sauver ce merveilleux retable. daté de 1930 et réalisé par le peintre céramiste Enrique Mármol Rodrigo en collaboration avec Manuel Cañas  . Installée sur la façade de l’église, à l’angle de la rue Villegas et de la place du Salvador, cette grande œuvre – de 3,75 mètres de large sur 4,80 mètres de haut – a été bénie le 18 novembre 1930, huit ans seulement après l’arrivée de la confrérie à l’église du Divin Sauveur.

Il s’agit de la le plus grand retable en céramique qu’une confrérie sévillane ait jamais dédié à son saint patron.L’image vénérée du Christ crucifié est représentée grandeur nature sur un fond simulé de tissu damassé bordeaux.

Sa réalisation n’aurait peut-être pas été possible sans le ferme soutien de Manuel Casana y Gómez, célèbre industriel du bois et, à l’époque, frère aîné adjoint de cette archiconfrérie, qui a payé le retable en céramique doté d’un toit en bois soutenu par des armatures artistiques.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *