mar. Avr 23rd, 2024

L’étude a été présentée à Cagliari Sardaigne, nuraghi et PIB. Une analyse qui certifie comment l’inscription des nuraghi sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, en plus de représenter une reconnaissance de la valeur universelle de cet extraordinaire patrimoine historique et archéologique, peut renforcer les flux touristiques, allonger la saison et déterminer un véritable saut qualitatif en termes de perception de l’île. Un milliard d’euros par an pourrait provenir des nuraghi pour le PIB de la Sardaigne, soit environ 2 500 euros par an dans la poche de chaque famille sarde.  Ce chiffre est appelé à augmenter dès que le patrimoine nuragique sarde, aujourd’hui inconnu de la moitié des touristes qui visitent la Sardaigne (47% n’ont jamais entendu parler des nuraghi et 30% de ceux qui en connaissent l’existence n’ont pas l’intention de les visiter, tandis qu’à peine 10%, principalement des étrangers, visitent des sites nuragiques), sera pleinement exploité. En résumé, la civilisation nuragique a un grand potentiel inexprimé et peut être un facteur décisif dans la construction d’une sorte de « marque sarde », en changeant radicalement le modèle de développement économique de l’île et en rendant l’image de la région reconnaissable dans le monde entier. Selon l’étude, l’augmentation possible du flux de visiteurs (1,5 à 2 millions de touristes par an) profiterait davantage aux « zones intérieures » qui paient aujourd’hui le plus lourd tribut à la crise économique et au dépeuplement. Telles sont les conclusions d’une analyse réalisée par OC&C, l’une des principales sociétés de conseil stratégique au monde spécialisées dans le tourisme, et Eumetra, une société italienne leader dans le domaine des études sociales et de marché. Un rapport qui, pour la première fois, met en corrélation « nuraghi et PIB » et qui, à partir de deux cas concrets, identifie la nécessité d’actions promotionnelles stratégiques, coordonnées et consolidées dans le temps, pour réaliser la première étape du projet de valorisation des monuments de la civilisation nuragique. Selon l’étude, l’adhésion à l’UNESCO peut considérablement renforcer la propension à visiter les sites archéologiques, mais elle ne suffit pas à elle seule. L’écart avec les grands sites historiques et archéologiques est trop important. Si Pompéi reçoit 3,6 millions de visiteurs par an, les Trulli d’Alberobello deux millions, les Sassi de Matera 1,9 million, les nuraghi s’arrêtent à 400 mille visiteurs. Selon l’étude, il est possible d’exploiter le potentiel inexprimé. Mais il faut un plan d’investissement adapté, un programme à long terme avec une orientation claire, la définition des rôles et des acteurs clés, la conception d’un modèle opérationnel pour la gestion des sites, un plan de développement économique, des investissements dans la communication, une étude de l’offre de base et de l’offre expérientielle par site avec des initiatives dans la région et le développement de forfaits événementiels.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *