mer. Avr 17th, 2024

La mère de toutes les grandes processions. Le coup d’envoi du deuxième Congrès international des confréries et de la religiosité populaire, qui se tiendra à Séville du 4 au 8 décembre 2024, sera exceptionnel. La capitale andalouse, jusqu’à présent réticente à l’idée d’organiser des processions extraordinaires de ce type, si fréquentes dans d’autres villes, réunira dans un même cortège ses images les plus importantes, dont la dévotion s’étend, dans de nombreux cas, aux quatre coins de la planète. Après des semaines de spéculation, l’archevêque de la ville, Monseigneur Saiz Meneses, véritable moteur de la célébration, annoncera ce lundi soir les images invitées.

Elle se déroulera dans le cadre du début du cours du Conseil des Cofradías. L’archevêque donnera la conférence La piété populaire : appel à la sainteté et à l’évangélisation où il offrira sa vision du rôle et de la mission que les confréries doivent développer en ces temps. Le prélat a personnellement répondu à l’invitation faite aux confréries de participer avec leurs images. Même les personnes qui collaborent à l’organisation du congrès ne sont pas impliquées dans les arrangements. La plupart d’entre eux connaîtront les noms ce soir.



Il est clair que l’invitation a été adressée aux principales dévotions de la ville : le Señor del Gran Poder, l’Esperanza Macarena et l’Esperanza de Triana. Piliers de la dévotion à Séville. La participation de la Virgen de los Reyes, patronne de la ville et de son archidiocèse, n’est pas en reste. Quant aux images de la province, les plus importantes sont Consolación d’Utrera, Loreto d’Espartinas, Gracia de Carmona, Valle d’Écija, Setefilla de Lora, Valme de Dos Hermanas et Cuatrovitas de Bollullos.

Les images participantes se réunissaient dans la cathédrale pour la grande cérémonie de clôture du congrès. Avant ou après celle-ci, la procession se déroulait entre la cathédrale et l’hôtel de ville.

C’est à Rome qu’ils sont très bien informés sur le thème d’un événement aussi important. Ce n’est pas en vain que l’archevêque, avec d’autres membres du comité d’organisation, ; ont tenu d’importantes réunions au Vatican pour recevoir les indications et les conseils nécessaires.  .

Séville s’efforce de clôturer le congrès au-delà de la procession de la magna. Les conférences et les symposiums se tiendront dans la cathédrale et des orateurs internationaux de premier plan seront invités afin d’éviter la saturation locale et de donner à l’événement un air frais. Sur le plan culturel, plusieurs expositions seront organisées à la Fondation Cajasol et dans d’autres espaces tels que les Archives des Indes et le Couvent de Santa Clara.

Le calendrier saturé des processions extraordinaires

La grande procession de clôture du Deuxième Congrès International des Confréries et de la Religiosité Populaire sera encadrée entre une ; calendrier très saturé de processions extraordinaires   pour des anniversaires ou des couronnements canoniques, comme détaillé dans ce journal dimanche dernier. En outre, l’année 2025 et le 75e anniversaire du dogme de l’Assomption de la Vierge se profilent à l’horizon. Cet événement a été récemment identifié comme le ; idéal pour célébrer une magna procession avec des images de gloire.  . ; En 2025, l’Esperanza de Triana s’éteindra très certainement pour la même raison.  .

Jusqu’à présent, l’archevêché de Séville s’était montré très réticent à organiser de grandes processions, comme cela a été le cas dans de nombreux endroits en Andalousie et dans le reste de l’Espagne. Cette réticence a été rompue avec l’autorisation de célébrer le Santo Entierro Magno au cours de la dernière semaine sainte.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *