dim. Avr 14th, 2024

Contrairement aux Bucks ou aux Celtics, mais comme les Cavaliers, les Knicks ou le Heat, les Bulls ont décidé d’opter pour la continuité cet été. Un choix qui a le don de surprendre, sachant que la saison dernière l’équipe n’a même pas atteint les playoffs. Dans la troisième année du trio DeMar DeRozan – Zach LaVine – Nikola Vucevic, les dirigeants de Chicago restent convaincus que ce « Big Three » n’a pas encore exprimé tout son potentiel. D’autant qu’ils ont dû se passer de Lonzo Ball, déjà out pour l’ensemble de l’année 2023/24 ( voire au-delà )….

Sans le meneur de jeu qui les avait propulsés vers un excellent début de saison 2021/22 (27-13 avant sa blessure en janvier 2022), les Bulls de Billy Donovan n’auront d’autre choix que de continuer avec les habituels, en espérant relever le niveau :  » Ce dont nous avons parlé, c’est de garder le même groupe mais de proposer quelque chose de différent, parce qu’on ne peut pas faire la même chose et s’attendre à des résultats différents « , explique le coach de Chicago, conscient qu’il devra d’abord se réinventer pour obtenir un meilleur résultat.

Dans un souci de cohésion et de changement, DeMar DeRozan a insisté pour que le camp d’entraînement des Bulls se déroule en dehors de l’Illinois pour la première fois depuis… 1985. Cela a obligé les joueurs à se rapprocher les uns des autres, même s’il y a eu peu de changement entre l’effectif de la saison dernière et celui de cette saison. Renforcé notamment par Jevon Carter et Torrey Craig, Chicago espère que cette dernière saison sans playoffs, et terminée lors du play-in contre Miami, ne sera qu’un simple accident de parcours, notamment parce que le contrat de l’ancien arrière de Toronto arrive à échéance et que les rumeurs d’échange sur Zach LaVine ne semblent pas s’atténuer.

Lire aussi:  A1 Coppa Italia - Reyer quatrième contre Fila jeudi à Campobasso

« Nous devons retourner en playoffs », prévient Zach LaVine. « Nous l’avons fait la première année. [di DeMar DeRozan]mais nous n’avons pas été bons au premier tour. Chacun fixe ses propres attentes, individuellement et collectivement. Pour nous, en tout cas, c’est la constance et la certitude de jouer au-delà du 82e match [della stagione]. Nous avons tous fait de bonnes saisons, mais nous n’avons pas réussi à nous imposer en tant qu’équipe. C’est l’année où nous devons prouver des choses. Trois ans, c’est long pour montrer ce que l’on a [nello stomaco]. »

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *