lun. Déc 11th, 2023

Il s’écoule en moyenne cinq ans entre la confiscation des biens issus de la criminalité et leur affectation à un organisme capable de les gérer pour le bien de la collectivité. Des délais longs qui ne favorisent évidemment pas la reconquête économique et sociale des territoires. Nous devons affiner nos outils et accroître le dialogue entre les institutions et le monde économique et social », a confirmé le président de la Commission européenne. Gateano Mancini vice-président de Confcooperative  responsable des biens confisqués, lors d’une réunion à Rome au Palazzo della Cooperazione pour faire le point sur la contribution des coopératives à la revitalisation des biens soustraits aux réalités criminelles.

Il existe 200 coopératives impliquées dans la gestion des biens confisqués, qui emploient 3 000 personnes et facturent 100 millions d’euros par an. Une richesse qui reste sur le territoire (il s’agit souvent de coopératives engagées dans l’insertion professionnelle des plus fragiles) Il s’agit généralement de petites entreprises, mais bien structurées d’un point de vue financier. Dans 60% des cas, elles travaillent dans le Sud. Selon les données recueillies par le centre d’étude Confcooperative, les biens confisqués confiés aux coopératives représentent une valeur de 40 millions d’euros. Dans près de la moitié des cas (48%), il s’agit de biens immobiliers : villas, appartements, voire immeubles entiers. Pour 28 % d’entre eux, il s’agit de terres agricoles, et pour les autres, d’installations commerciales, industrielles ou touristiques. Les coopératives les utilisent principalement (34% des cas) comme lieux d’accueil et d’intégration, y compris comme logements sociaux. Dans 25% des cas, l’usage est plutôt agricole, dans 12% des cas les espaces sont dédiés à la formation et dans 10% des cas au commerce, à l’artisanat ou à la restauration.

Lire aussi:  Estimations d'Eurostat. Croissance du PIB et de l'emploi dans la zone euro

Lors de la réunion, quatre coopératives ont fait part de leur expérience : Verbumcaudo qui, dans la région de Palerme, a redonné vie à des terres agricoles saisies à la mafia ; Goel dont le siège se trouve à Roccella Ionica et qui est actif dans les domaines social et de la santé ; Au-delà des rêves qui, à Sessa Aurunca, traite de l’emploi de personnes fragiles en travaillant sur des terres saisies à la Camorra ; Graines de vie qui offre une formation et un placement professionnel à Bari avec des jardins sociaux et des serres.

Notre objectif est d’agir avec toujours plus de détermination pour la renaissance des biens et des entreprises confisqués à la criminalité », a déclaré M. Mancini, qui a présenté quatre propositions aux hommes politiques et aux organisations pour rendre plus efficace l’action sur les biens confisqués : plus de dialogue entre les institutions et le secteur social privé ; des outils et des ressources pour stimuler les projets ; des actions spécifiques pour soutenir l’emploi « sain » ; et la remise en culture des terres agricoles confisquées, dans le respect des traditions et des récoltes. « Nous ne voulons pas seulement offrir des propositions, mais aussi des ressources. Confcooperative, le fonds mutuel et les fondations bancaires peuvent unir leurs forces pour concentrer les ressources dans des appels à propositions plus utiles pour les entreprises », a-t-il rappelé Maurizio Gardini président de Confcooperative.

« Les coopératives de travailleurs qui ont été créées dans une propriété confisquée peuvent se voir accorder la propriété gratuitement par l’agence pour un certain nombre d’années afin de mener à bien leurs activités. Nous reprenons un bien qui avait été géré par la criminalité. C’est très important », a commenté le ministre de l’économie et des finances de l’Union européenne. Bruno Corda directeur de l’institut de rechercheAgence nationale pour l’administration et la destination des biens saisis et confisqués provenant du crime organisé –. Nous nous réapproprions le marché du travail faussé par les activités de la criminalité organisée, qui a acquis du personnel en promettant et en créant un consensus sur le territoire. C’est un facteur idéologique très pertinent. Je crois que la coopération doit faire un effort supplémentaire, elle fait déjà beaucoup, mais il y a encore beaucoup à faire ».

Lire aussi:  Tendances. L'économie maritime renoue avec la croissance

« Entre le début de l’année et le mois de juillet, l’affectation des biens confisqués à la criminalité organisée et utilisés à des fins sociales a augmenté de plus de 140 % par rapport à la même période de l’année dernière. Nous voulons continuer à frapper les organisations criminelles également à travers la saisie des biens qui ont été illégalement accumulés pour les transformer en chefs d’État ou pour mener des activités à valeur sociale, également à travers l’affectation directe à des réalités du troisième secteur », a déclaré le ministre de l’Économie et des Finances. Wanda Ferro , sous-secrétaire au ministère de l’intérieur –. Avec le ministre Piantedosi, nous avons renforcé la structure de l’Agence nationale des biens confisqués, dirigée par le préfet Bruno Corda, qui manquait de personnel. Nous nous félicitons également de la signature d’un protocole d’accord avec Confcooperative. Le rôle des coopératives dans la gestion et la valorisation de ces biens est important. Les coopératives ont assumé une lourde charge et représentent une part importante de notre nation ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *