sam. Juil 20th, 2024

L’Assemblée du Cnel, lors de sa séance de ce matin à Villa Lubin, à laquelle ont participé 62 conseillers sur 64, a approuvé le document final sur le travail pauvre et le salaire minimum. Le feu vert au texte a été donné à une large majorité, avec 15 voix contre.  C’est ce qu’a annoncé le Cnel à l’issue de l’Assemblée. Pour voter contre Cgil, Uil et Usb . Non également de la part des cinq conseillers nommés par le Président qui avaient présenté le matin la proposition, rejetée par l’assemblée, d’une expérimentation du taux de salaire minimum à accompagner d’une négociation salariale. Legacoop, en revanche, s’est abstenu lors du vote. Selon le président Simone Gamberini, les « contenus ont été relégués au second plan par rapport au débat politique animé par des visions instrumentales ».

Le document du Cnel opte en effet pour le renforcement de la négociation collective nationale  plutôt que l’inclusion pure et simple d’un salaire horaire minimum. Le Cnel a franchi à temps la ligne d’arrivée indiquée par le Premier ministre Giorgia Meloni, qui s’était fixé 60 jours pour préparer une proposition sur le salaire minimum, au centre d’un débat politique houleux à la lumière des projets de loi du Pd et du M5 qui parviendront à la Chambre des députés le 17 octobre. Mais lors du débat entre les conseillers de Villa Lubin hier, il a été question de la proposition de faire coexister un renforcement de la négociation avec une expérience de salaire minimum en faveur des jeunes, des femmes et des migrants les catégories les plus fragiles et exposées à des salaires indignes. Cependant, cette proposition a été rejetée par l’assemblée aujourd’hui.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *