mer. Mai 22nd, 2024

La grève des ouvriers de l’automobile aux États-Unis continue de s’étendre : 8 700 ouvriers supplémentaires ont décidé de croiser les bras. selon le Syndicat des travailleurs unis de l’automobile (Uaw) .

Les employés de l’usine de camions Ford Kentucky à Louisville ont rejoint les 25 000 autres travailleurs membres de l’UWLA en grève depuis un mois contre les trois principaux constructeurs automobiles. General Motors, Ford et Stellantis .

La décision du président de l’UAW, Shawn Fain, de fermer les chaînes de montage qui fabriquent les camionnettes Ford Super Duty et les grands SUV Lincoln Navigator et Ford Expedition est un coup dur pour Ford qui pourrait rapidement saper les bénéfices du constructeur pour l’ensemble de l’année.
L’usine de camions de Ford dans le Kentucky, son activité la plus rentable, génère un chiffre d’affaires annuel de 25 milliards de dollars. soit environ un sixième du chiffre d’affaires mondial de l’entreprise dans le secteur automobile. Les actions de la société ont chuté d’environ 2 % dans les échanges après les heures de bureau, après avoir clôturé en hausse de 0,4 % mercredi.

« Nous avons attendu assez longtemps, mais Ford n’a pas reçu le message », a expliqué le président de l’Uaw, Shawn Fain.
« Nous avons besoin d’un contrat équitable pour les travailleurs des trois grands », a-t-il ajouté.

La grève du Kentucky est également un avertissement à la société mère de General Motors et de Chrysler, Stellantis dont les offres de salaires et d’avantages sociaux sont inférieures à celles de Ford, selon les rapports des constructeurs automobiles et de l’UAW.
M. Fain a déclaré vendredi qu’il était prêt à faire grève dans l’usine d’assemblage de GM à Arlington, au Texas, qui fabrique des Cadillac Escalade, des Chevrolet Suburban et d’autres grands SUV coûteux.
Les cibles les plus lucratives de Stellantis sont les usines de pick-up Ram à Sterling Heights et Warren, dans le Michigan, ainsi que deux usines de SUV Jeep à Detroit.

En raison de la grève, les trois entreprises ont renvoyé environ 3 500 travailleurs chez eux au début du mois d’octobre. 

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *