mar. Juin 18th, 2024

Du pétrole à l’électricité, même les cheiks changent.  La voiture n’est pas une fin en soi, mais un moyen de monter à bord. Tout comme le reste du monde semble vouloir (ou devoir) en descendre : investir même dans des véhicules à quatre roues est désormais officiellement la nouvelle frontière des pays arabes les plus riches . La stratégie est toujours la même : attirer les meilleurs chez soi, comme cela s’est déjà produit pour le football et d’autres formes de commerce. Rien n’est impossible ou trop cher pour eux. Pas même le transport de Genève dans le désert. 

C’est exactement ce qui se passe, puisque lee salon automobile le plus ancien et le plus prestigieux du monde, après quelques années de galère, d’inscriptions de plus en plus tièdes des constructeurs et d’annulations pour cause de Covid, a ouvert samedi à Doha son édition moyen-orientale, en attendant son retour en Suisse en février prochain . Le Salon de l’automobile de Genève (GIMS) au Qatar – qui sera organisé tous les deux ans et toujours en marge du Grand Prix de Formule 1 – n’est en rien un scandale mais un signe des temps, avec une variante fondamentale.

L’idée des pays du Moyen-Orient est de profiter du changement mondial en matière de mobilité et d’investir l’argent du pétrole et du gaz naturel dans les énergies renouvelables et les voitures électriques.  Dans de nombreux cas, le souhait est de soutenir une marque étrangère et de trouver un moyen de l’inviter à construire ses voitures dans les Émirats, contribuant ainsi à la croissance de l’économie locale.

Les riches hommes d’affaires arabes continuent d’acheter des voitures de luxe européennes pour s’exhiber au volant sur les routes des Émirats arabes unis. Corniche à Doha ou à la Marina de Dubaï, où les Ferrari et les Lamborghini, les Bentley et les Rolls-Royce circulent comme si elles étaient offertes en cadeau : les voitures traditionnelles construites sur mesure restent ici un symbole de statut social. Mais cet attrait, qui se reflétait aussi dans le niveau d’investissement des entreprises du Golfe qui achetaient des parts dans les marques traditionnelles, semble révolu. Aujourd’hui, avec la transition écologique, les fonds arabes se tournent de moins en moins vers l’Europe et de plus en plus vers la Chine, maître de la voiture électrique avec ses marques, encore peu connues sous nos latitudes mais très populaires ailleurs.

CYVN Holding, par exemple, a récemment signé un accord pour acheter 7% de NIO. Le fonds gouvernemental d’Abu Dhabi apportera ainsi une injection de liquidités (700 millions d’euros) à la société shanghaïenne. Le ministère saoudien de l’investissement s’est déclaré prêt à investir environ 5 milliards d’euros dans Human Horizons, une marque chinoise qui a récemment fait ses débuts en Europe avec deux voitures électriques haut de gamme sous la marque HiPhi.

Il ne s’agit pas seulement d’investissements en capital, mais aussi de production.  C’est ce qui s’est passé avec Iconiq Holding Limited, une startup fondée par l’entrepreneur chinois Allen Wu en 2016 et rachetée en 2022 par NWTN, une société basée à Dubaï et financée par Sultan Investments, un géant de l’immobilier des Émirats. NWTN a construit une usine en Chine et une autre à Dubaï où elle assemble des voitures en provenance de Chine. L’Arabie saoudite, qui s’apprête déjà à faire son entrée sur le marché avec Ceer, la première marque de la monarchie dans le cadre d’une coentreprise entre le fonds souverain Pif et la multinationale taïwanaise, est également le principal investisseur de l’entreprise américaine Lucid Motors, qui a reçu une commande de 100 000 véhicules sur dix ans de la part des autorités locales et qui produira ses véhicules fonctionnant à 100 % à l’aide de batteries dans une usine située près de Jeddah, sur les bords de la mer Rouge. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du programme lancé par le gouvernement de Riyad pour diversifier l’économie locale et atteindre un mix de ventes de 30 % de voitures à batterie d’ici 2030. 

Il est normal, dans ces conditions, qu’un pays comme le Qatar accueille le plus célèbre événement dédié au secteur, avec la participation de nombreux constructeurs chinois aux côtés de Toyota, Kia, Porsche, Volkswagen, Audi, Lamborghini, Mercedes et BMW qui ont évidemment apporté ici leurs modèles les plus luxueux (mais pas seulement) et 10 « premières » mondiales. Nous avons créé un festival automobile totalement nouveau, respectueux de la tradition genevoise mais avec un format innovant », explique Sandro Mesquita, CEO de GIMS, qui a signé un accord avec les autorités qataries pour cinq éditions au cours des dix prochaines années : « Il ne s’agit plus d’une simple exposition, mais d’essais dynamiques sur piste et dans le désert pour le public ».

Mais Doha se concentre sur des projets plus importants . « Pour notre pays », explique le ministre qatari du tourisme Saad Bin Ali Kharji, « le GIMS est l’expérience automobile la plus prestigieuse et la plus influente du Moyen-Orient. Il s’agit également d’une étape importante dans la stratégie qui nous aidera à devenir la destination à la croissance la plus rapide dans cette partie du monde d’ici 2030 ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *