mer. Avr 17th, 2024

Défendre le système des pensions, en tant que garantie pour les générations futures, dans un contexte qui a vu ces dernières années une spirale descendante sur les pensions de la classe moyenne, et éviter de nouvelles interventions qui retireraient davantage de ressources à ceux qui ont honnêtement payé des impôts et des cotisations. Tel est l’objectif de la réunion publique de ce matin à l’auditorium San Fedele de Milan, intitulée Nous sommes tous des travailleurs ! Défendre les pensions et rétablir l’équité. Adapter les pensions de la classe moyenne au coût de la vie, en particulier à un moment où l’inflation frappe les citoyens. C’est ce qu’affirme le Cida Cida est une confédération syndicale qui représente de manière unie les cadres, les dirigeants et les professionnels de haut niveau des secteurs public et privé au niveau institutionnel. Aujourd’hui, en Italie, 13 % des contribuables ont un revenu, provenant du travail ou des pensions, de 35 000 euros bruts ou plus et supportent environ 60 % de l’ensemble de l’Irpef.  Pourtant, au cours des 25 dernières années, les pensions des cadres et de tous ceux qui ont un revenu de retraite supérieur à 4-5 fois le minimum Inps ont subi cinq contributions de solidarité et dix blocs de péréquation et ont perdu, en 30 ans, plus d’un quart de leur pouvoir d’achat. En dix ans, les retraités ont été privés de 40 milliards d’euros, précisément à cause de la non-adaptation des pensions à l’inflation en 2023. « Nous voulons être constructifs et arrêter le processus d’appauvrissement qui affecte le pays, sans exclure personne. Le système économique et de sécurité sociale italien ne peut pas puiser dans les poches des cinq millions d’Italiens qui, en activité ou à la retraite, paient à eux seuls 60 % de l’Irpef. Alors que tous les autres dépendent presque entièrement de l’aide sociale. La durabilité réside dans la récupération résolue de l’évasion, qui s’élève aujourd’hui à environ 100 milliards par an. Et il ne peut y avoir de viabilité sans un élargissement de l’assiette des cotisations et de l’assurance par le biais d’investissements favorisant les travailleurs étrangers, l’augmentation des taux de natalité, l’extension du travail des femmes, l’augmentation des salaires, le retour des jeunes de l’étranger et la qualité de l’éducation », a-t-il déclaré. Stefano Cuzzilla Le président du Cida dans son discours. Organisé par le Cida et avec la participation de représentants du Forum des retraités, de l’Association nationale des magistrats retraités et de Sinpref, l’association des fonctionnaires préfectoraux, l’événement a pour but d’ouvrir un débat avec les institutions, mais aussi de présenter des propositions justes et prévoyantes visant à une croissance économique durable.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *