mer. Mai 22nd, 2024

A l’ère du renoncement, et en attendant que la campagne de communication du gouvernement sur les charrettes tricolores nous apprenne à faire des économies, de nouvelles données arrivent pour signaler la crise économique et sociale des familles. En août, en effet, les ventes au détail ont de nouveau baissé par rapport au mois précédent, non seulement en volume (-0,5 %) mais aussi en valeur (-0,4 %). L’Istat note que les ventes de produits alimentaires (-0,2 % en valeur et -0,7 % en volume) et les ventes de produits non alimentaires (-0,3 % et -0,4 % respectivement) sont en baisse. En bref, si jusqu’à présent les Italiens achetaient moins et dépensaient plus, c’est désormais le solde des dépenses lui-même qui est en baisse. Certes, par rapport à l’année dernière, les ventes au détail affichent encore une hausse de 2,4 % en valeur et une baisse de 4,1 % en volume, mais la tendance semble claire.

Pour essayer d’économiser un peu, les Italiens se réfugient de plus en plus dans la grande distribution (où les ventes au détail ont augmenté de +4,8% en valeur en août, grâce surtout au secteur alimentaire, +7,1%), dans les ventes en dehors des magasins (+1,3%) et dans le commerce électronique (+1,4%), tandis que les entreprises opérant sur de petites surfaces sont en baisse (-0,2%). Les discounters alimentaires ont connu une forte progression, leurs ventes ayant augmenté de 8,6% en valeur d’une année sur l’autre, soit plus de trois fois plus que le chiffre national.

Selon une analyse de Coldiretti portant sur l’ensemble de l’année 2023, les prix élevés réduisent de 4,5 % la quantité de produits alimentaires achetés par les Italiens, qui sont toutefois contraints de dépenser 6,9 % de plus en raison des augmentations dues à l’inflation. Les familles, souligne Coldiretti, réduisent leurs achats et recherchent les prix les plus bas, même en slalomant entre les points de vente, en changeant de magasin, de supermarché ou de magasin discount, à la recherche de promotions sur différents produits. Pour Codacons, « les données sur les ventes au détail démontrent une fois de plus l’impact dévastateur des prix élevés et de l’inflation sur les dépenses des Italiens ». « Si l’on ne tient pas compte de l’inflation et des dépenses de consommation des ménages, poursuit Codacons, les achats diminuent en volume d’un total de 31 milliards d’euros par an, ce qui correspond à une moyenne de 1 199 euros par an et par famille.

 »Les données confirment la poursuite d’une situation caractérisée par la faiblesse de la consommation, avec une évolution des volumes de vente, surtout dans le secteur alimentaire, qui reste négative », souligne également Carlo Alberto Buttarelli, président de Federdistribuzione, selon lequel  »la confirmation de cette tendance est également préoccupante en raison de l’impact prévu pour le dernier trimestre de l’année et les fêtes, compte tenu de l’importance de cette période pour l’économie des entreprises de FMCG et de la distribution moderne ».

Le 1er octobre, le trimestre anti-inflation a démarré, l’initiative impliquant des milliers d’entreprises avec des centaines de produits à prix réduits ou bloqués jusqu’au 31 décembre. Il est cependant peu probable que cette initiative suffise à relancer les ventes et la consommation.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *