mar. Juin 18th, 2024

« Le travail occupe une place marginale dans l’horizon symbolique des jeunes d’aujourd’hui. Il est certes important, mais il doit pouvoir être combiné et relié à d’autres aspects de la vie ». C’est ce qui ressort de deux études réalisées par Federmeccanica . « 66,9% des personnes interrogées estiment que la recherche de la satisfaction au travail (ainsi qu’une organisation différente du travail) est plus importante que le fait d’avoir un emploi stable et bien rémunéré. Une fois de plus, la dimension qualitative, comme l’aspect immatériel, du travail l’emporte ». Le travail représente « un élément d’identification sociale, y compris pour les jeunes générations, tant pour sa valeur expressive (40,2%) en ce qu’il donne un sens à la vie, permet d’avoir des satisfactions et de réussir, que pour sa valeur instrumentale (24,9%), comme moyen de gagner un salaire et comme sacrifice inévitable », selon les résultats de la recherche. La part de ceux qui envisagent de changer d’emploi est de 37,6 % (en baisse par rapport aux 45,1 % enregistrés en 2022). « Il est plausible, lit-on dans l’étude, de supposer qu’il s’agit d’une baisse due à l’incertitude accrue de l’économie et aux problèmes auxquels sont confrontées les familles. Ce qui ne change pas, en revanche, ce sont les motivations qui se rapportent, une fois de plus, à des critères de qualité : concilier travail et espace personnel, avoir plus d’opportunités de progresser dans la croissance professionnelle, ainsi que la possibilité d’utiliser ses passions personnelles, plutôt que la flexibilité dans l’organisation des horaires de travail ». 59,2 % des Italiens « ont une image totalement négative des aspects du travail ». « La méfiance est le sentiment qui imprègne la vision du travail dans notre pays, au point que pour 54,4 % d’entre eux, il est juste de s’éloigner de chez soi si l’on veut faire le travail que l’on souhaite. Un travail harcelé par la fiscalité : plus des quatre cinquièmes (84,4%) le jugent trop taxé, 70,9% le jugent trop cher pour les entreprises ». Entre-temps, une nouvelle « campagne culturelle » de Federmeccanica visant à diffuser la valeur et les valeurs de l’industrie est en cours : Génération mécatronique,  destiné aux jeunes et à la société civile pour leur faire comprendre les opportunités de travail et d’évolution professionnelle dans les usines du futur et comment l’industrie a profondément changé par rapport aux canons de l’usine fordiste ».

Le plan de croissance du groupe Adeo 

Le Groupe Adeo, présent en Italie sous les enseignes Bricocenter, Leroy Merlin et Tecnomat  dédié à l’amélioration, l’embellissement et la rénovation de la maison et du jardin, partage son nouveau plan triennal de croissance et de développement qui vise à atteindre un chiffre d’affaires consolidé de six milliards d’euros d’ici 2026, contre 4,3 milliards en 2022. A plus long terme, l’ambition du groupe est d’atteindre un chiffre d’affaires de dix milliards d’euros et prévoit pour cela d’investir un milliard d’euros en Italie. Avec le nouveau plan de développement, Adeo entend consolider sa présence dans le pays et répondre de manière toujours plus ciblée aux besoins des clients et du marché en accélérant les services aux clients, y compris les services de conseil avec l’ajout de architectes  qui peuvent développer pour le client des projets complets de rénovation, de conception, de pose et d’installation. Les principaux domaines d’intervention seront le renforcement d’une approche omnicanale, le renforcement des produits B2C et volumineux, le lancement de nouveaux formats et la relance de la formule de franchise pour Bricocenter, ainsi que la révision de la structure informatique et logistique, qui sera renforcée par de nouveaux centres de livraison du marché et des points de redistribution régionaux. Afin d’assurer une plus grande capillarité sur l’ensemble du territoire, le groupe Adeo en Italie a prévu la mise en place d’un réseau de distribution en Italie.l’ouverture d’environ 50 nouveaux points de vente dans les différents formats et dans les trois marques au cours des trois prochaines années . Environ la moitié d’entre eux seront dans les différents formats de l’enseigne Leroy Merlin et viendront s’ajouter aux 53 magasins existants. Toujours dans le cadre de cette expansion, leGroup en Italie prévoit la création d’environ 2 500 emplois sur une période de trois ans, dont la moitié dans l’enseigne Leroy Merlin. 

Angelini investit en Italie et en Amérique du Nord 

Investissements de 600 millions d’euros en Italie sur le site industriel de San Giovanni Teatino (Chieti) et en Amérique du Nord, avec la construction d’une nouvelle usine.  De nouvelles embauches sont également prévues. La recherche est déjà en cours pour ingénieurs  à rejoindre l’entreprise. Les perspectives de développement de Angelini Industries division en particulier Angelini Technologies par l’intermédiaire de sa filiale Fameccanica ont été expliquées par la direction. « L’acquisition en 2022 par Angelini Industries de la totalité des actions de Fameccanica, qui était auparavant une coentreprise avec Procter & Gamble », explique le PDG d’Angelini Industries. Marullo di Condojanni  – et la naissance d’Angelini Technologies, dont la mission est de développer un écosystème d’entreprises actives dans la technologie des processus industriels, s’inscrivent dans une trajectoire de développement stratégique pour notre groupe. La technologie industrielle et la mécanique de précision sont des secteurs dans lesquels notre pays a toujours excellé au niveau mondial. Nous sommes convaincus qu’en tant que groupe et système d’entreprises, nous pouvons contribuer activement au renforcement de ce leadership : au cours des dix prochaines années, nous visons à augmenter considérablement le poids de l’activité technologique sur le total ». « Face aux défis et aux changements du monde industriel et de la production, ajoute le PDG d’Angelini Technologies et de Fameccanica, nous avons l’intention d’augmenter considérablement le poids de l’activité technologique sur le total ». Alessandro Bulfon  – nous voulons offrir une nouvelle vision technologique et innovante. Si dans le secteur historique, la production de machines industrielles, nous nous concentrons sur l’efficacité, la numérisation et la durabilité, dans les nouveaux domaines tels que l’automatisation et la robotique, nous nous concentrons sur la flexibilité et la productivité. Grâce à ces investissements, nous pensons pouvoir construire un pôle technologique et d’ingénierie italien reconnu dans le monde entier ». Angelini Industries emploie 5 800 personnes dans 21 pays et réalise un chiffre d’affaires de deux milliards d’euros. Angelini Technologies, par l’intermédiaire de sa filiale Fameccanica, opère dans le domaine de la technologie industrielle avec plus de 600 employés en Italie, aux États-Unis et en Chine et plus d’un millier de brevets déposés : les investissements viseront à renforcer les activités traditionnelles liées à la production de machines industrielles dans le secteur de l’hygiène (production, par exemple, de biens de consommation tels que les couches et les serviettes hygiéniques) et le développement d’un nouveau domaine d’activité, la robotique et l’automatisation industrielle, principalement appliqué à la logistique de la distribution organisée et du commerce électronique, un secteur qui connaît une croissance forte et continue à l’échelle mondiale.

École de formation en entreprise 

Leroy Merlin recherche de jeunes talents pour les accompagner dans un parcours de développement et de formation.  En octobre, le premier L’école des ventes  pour former de futurs experts en vente dans le domaine de la décoration d’intérieur. Vous pouvez poser votre candidature dans la section prévue à cet effet sur le site web de l site web . C’est de là que viendront les éventuels futurs employés de Leroy Merlin, pour lesquels lel 16 octobre à Corsico (Milan)  les portes de la première promotion de l’École de vente s’ouvriront. Le talent idéal a entre 20 et 27 ans, est récemment diplômé du lycée ou de l’université, et est doté d’aptitudes numériques, de curiosité et de proactivité, de capacités de communication et de relations interpersonnelles, de motivation et de passion pour le monde de l’ameublement et de l’aménagement de la maison, même sans expérience préalable dans le secteur. L’objectif est en effet de former des vendeurs experts pour les produits et services qui feront partie des différents Project Worlds de Leroy Merlin (salle de bain, revêtements de sol et de mur, portes et fenêtres). L’école – la première en Italie pour Leroy Merlin – comprend un module de formation initiale de trois mois en immersion totale, avec des cours de huit heures par jour (du lundi au vendredi) entre la salle de classe et le poste de travail (en magasin). Les étudiants acquièrent leurs connaissances et leurs compétences auprès des collaborateurs de Leroy Merlin (managers, vendeurs) et des professionnels du réseau de partenaires que l’entreprise a mis à leur disposition pour cette formation en entreprise, qui n’a encore jamais été réalisée en Italie. Une fois placés, ils seront suivis par des tuteurs certifiés et leur apprentissage sera constamment contrôlé : les étudiants pourront tester leurs progrès, en s’engageant dans des défis et des concours qui leur permettront d’évoluer en tant que professionnels de la conception de nouveaux espaces pour la maison. Après la première phase, l’observation en magasin commencera par une initiation en tant que vendeur junior, suivie d’un contrat à durée déterminée finalisé après six mois jusqu’à l’emploi permanent en tant que vendeur expert. Les 16 futurs employés travailleront dans les magasins de Corsico, Rozzano (Milan), Carugate (Milan) et Lissone (Monza Brianza).

L’Émilie-Romagne investit dans les cours post-diplôme 

La région Emilie-Romagne  renforce son investissement dans les cours de formation post-diplôme, basés sur la collaboration avec les entreprises pour permettre aux participants d’alterner entre la formation en classe et les périodes de formation pratique sur le lieu de travail. Telle est l’offre du Réseau Polytechnique, planifié par la Région avec des ressources totales de 31,5 millions d’euros pour fournir aux jeunes et aux adultes les compétences techniques et scientifiques requises par les entreprises d’Émilie-Romagne pour soutenir les processus d’innovation, de spécialisation intelligente, de transition écologique et numérique et pour augmenter l’attractivité des investissements. Le réseau polytechnique comprend les parcours de deux ans des Fondations des instituts techniques supérieurs (Its), les parcours d’un an de l’enseignement et de la formation techniques supérieurs (Ifts) et les parcours plus courts menant à des qualifications professionnelles hautement spécialisées (enseignement supérieur). Les cours sont financés par la Région avec des ressources nationales et du Fonds social européen Plus. Le Conseil régional a approuvé l’offre de formation que les sept fondations Its de l’Émilie-Romagne – qui comprennent des entreprises, des universités, des organismes de recherche, des établissements d’enseignement, des organismes de formation professionnelle et des autorités locales – pourront lancer au cours de l’année de formation 2023/2024. Il s’agira de 56 cours de deux ans qui, avec une dotation d’environ 18,5 millions d’euros, permettront à environ 1 200 personnes d’acquérir un diplôme technique supérieur, dans les disciplines les plus variées allant de la mécanique et de la mécatronique à la mobilité des personnes et des biens.

La région des Marches prolonge l’appel à l’innovation 

La date limite de soumission des candidatures à l’appel est prolongée jusqu’au 16 octobre Recherche et développement pour innover Marche.  C’est ce qu’a annoncé le conseiller régional en charge des activités de production Andrea Maria Antonini :  « Nous avons accepté les demandes des entreprises intéressées qui préparent d’importants programmes d’investissement pour introduire de nouveaux produits et des technologies innovantes dans les chaînes d’approvisionnement locales », souligne M. Antonini. L’appel à propositions, lancé par la Région, encourage « les entreprises à concevoir et à expérimenter des idées et des solutions innovantes capables de répondre concrètement aux besoins technologiques qui émergent du territoire et aux nouvelles opportunités de marché. Des projets capables d’apporter une contribution substantielle à la croissance économique, au développement durable, à la centralité et à la sécurité de l’individu, ainsi qu’à l’inclusion sociale ». Les ressources disponibles, grâce aux fonds du PR Fesr Marche 21-27, s’élèvent à 45 millions d’euros. Les idées de projet seront développées par des entreprises appartenant aux principaux domaines de production de la région des Marches, tels que l’habitat (maison, mobilier et environnements de vie), l’habillement (mode et personnel), la mécanique et l’ingénierie, l’agroalimentaire, l’économie des services et du tourisme, et les produits et services pour la culture, l’éducation et la santé. Les projets doivent être cohérents avec les objectifs de la stratégie régionale de spécialisation intelligente. Les subventions varieront entre 35 et 75 % du coût des projets, en fonction de la forme de participation (individuelle ou agrégée), de la taille de l’entreprise et du type d’activité (recherche industrielle ou développement expérimental). Des incitations seront également accordées aux entreprises qui embauchent du personnel qualifié et lancent des initiatives visant à améliorer le bien-être de l’entreprise et des travailleurs.  La contribution, pour chaque entreprise, ne dépassera en aucun cas 500 000 euros.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *