jeu. Juin 13th, 2024

C’est l’un de ces circonstances exceptionnelles (en raison de leur symbolisme et de leur signification) qui, bien que passant généralement inaperçues, soutiennent et encouragent le naturel dans nos confréries et fraternités, une valeur qui est malheureusement en voie de dissolution. Dimanche dernier, nous avons célébré la de Santa Lucía dans le quartier de Santa Catalina, l’une des processions les plus glorieuses et les plus riches en saveurs de nos confréries et fraternités. de toute la ville. L’image de ce saint, attribuée à Ruiz Gijón, a parcouru les rues de la paroisse et de ses environs, de San Leandro à San Pedro, laissant des images d’un profond classicisme et de cette richesse historique qu’exsudent nos gloires.

Ils ne seraient pas des confrères qui ont été surpris lorsqu’ils ont entendu, alors que l’image passait par la rue Peñuelas après avoir visité San Román, la une sorte de pasodoble militaire. La partition se lit comme suit Capitaine Léonet a été composée par l’un des plus brillants créateurs du genre de la musique de procession : Manuel López Farfán. Cette composition n’a ni plus ni moins de cent ans, puisqu’elle a été composée en 1923. Alors, maintenant, où se situe la relation entre Sainte-Lucie, Farfan et cette marche au titre si significatif ?



Manuel López Farfán, fleuron de nos marches processionnelles, En 1923, il occupe le poste de maestro mayor de la musique du régiment de l’armée à Alcazarquivir, ville du protectorat espagnol au Maroc. Dans ces régions il rencontre Juan León León, capitaine de la compagnie de mitrailleuses. Les deux hommes partagent une grande amitié (due à la proximité de leurs villes natales) et López Farfán compose la partition en signe de respect et d’affection. Au fil des ans, le maestro de San Bernardo l’a jouée lorsqu’il était déjà à Soria 9 en tant que chef d’orchestre.

Cette « Capitaine Leon » était le grand-père du frère Juan Leon, l’actuel contremaître général. de la confrérie de Santa Lucía et du mystère de la Coronación de Espinas de la confrérie d’El Valle. León a récemment retrouvé la partition de ce pasodoble chez lui et a demandé à la Banda del Sol de l’assembler et de l’instrumenter. La satisfaction a été telle que cette marche-pasodoble fera partie du répertoire de ce groupe musical qui accompagne chaque année Santa Lucía dans sa lumineuse procession d’octobre.

Ainsi, cent ans après sa composition, plusieurs générations ont été à nouveau citées (en pratique et en mémoire) pendant quelques minutes des membres de la confrérie sévillane : Le capitaine Juan León, son petit-fils et son arrière-petit-fils, qui commandaient le passage de Santa Lucía au son de la partition que Manuel López Farfán avait écrite pour un capitaine au-delà du détroit.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *