ven. Avr 19th, 2024

La croissance en glissement annuel des prix du « chariot de supermarché » ralentit, s’établissant en septembre à +8,3%. C’est ce que constate l’Istat dans son estimation provisoire de l’inflation. Le ralentissement concerne en particulier, en termes tendanciels, les prix de l’alimentation, de la maison et des soins personnels (de +9,4% à +8,3%) et ceux des produits à fréquence d’achat élevée (de +6,9% à +6,6%).

En septembre, en général, l’inflation a enregistré « un nouveau ralentissement, quoique léger », à +5,3 % en glissement annuel, contre +5,4 % le mois précédent : il s’agit du chiffre le plus bas depuis janvier 2022. L’indice des prix à la consommation a augmenté de 0,2 % en rythme mensuel. L’inflation acquise pour 2023, c’est-à-dire la croissance moyenne qui se produirait si les prix restaient stables jusqu’à la fin de l’année, est de +5,7 % pour l’indice global et de +5,2 % pour la composante de base (hors énergie et produits alimentaires frais).

En ce qui concerne la zone euro, Eurostat indique que le taux d’inflation annuel de septembre est provisoirement estimé à 4,3%, en forte baisse par rapport au taux de 5,2% enregistré en août. La baisse est plus importante que le consensus, c’est-à-dire la moyenne des attentes des analystes. Sur une base mensuelle, les prix à la consommation ont augmenté de 0,3 % par rapport à août. L’inflation de base, c’est-à-dire celle qui exclut les composantes les plus volatiles (alimentation, énergie, alcool et tabac), a également diminué plus que prévu, passant de 5,3 % en août à 4,5 % en septembre ; l’augmentation en glissement annuel a été de 0,2 %.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *