ven. Juin 14th, 2024

Son nom a été répété dans les médias ces derniers jours. Fuensanta de la Paz Calatrava est chargée de l’une des tâches les plus importantes du patrimoine de la religiosité populaire andalouse. Elle sera chargée de la restauration de la Virgen del Rocíoune image de dévotion universelle dans laquelle toute intervention antérieure a été effectuée dans la plus grande discrétion et sans être révélée au public. Cette responsabilité a été assumée dimanche dernier lors de la réunion du chapitre convoquée par le Conseil de l’Europe. Hermandad Matrizoù les habitants d’Almonte ont soutenu la proposition présentée par le conseil d’administration présidé par Santiago Padilla. C’était la première fois qu’une telle réunion était organisée pour discuter de l’état de l’icône mariale.

Presque un demi-siècle d’expérience dans le domaine de la restauration et de la conservation la consacrent comme l’une des principales professionnelles dans un domaine où les critères techniques et artistiques ont considérablement évolué depuis qu’elle a commencé à exercer sa profession. Fuensanta de la Paz vit au quotidien au milieu de peintures et de sculptures de très haut niveau. Elle est régulièrement citée dans des reportages sur la restauration et la recherche du patrimoine andalou.



En novembre 2017, ce journal a rendu compte de la restauration que cette professionnelle avait effectuée sur la peinture du;  Vierge de la serviette  l’une des œuvres les plus connues de Murillo. Il s’est acquitté de cette tâche en tant que responsable du département de restauration du musée des beaux-arts de Séville.poste qu’elle occupe depuis 1998.

Avec le Christ des calices

Deux ans plus tard, Fuensanta de la Paz a fait l’objet d’un autre article dans ce journal, lorsque la participation de l’Église catholique a été annoncée. ; Le Christ de la clémence   (également appelé de los Cálices) dans une exposition sur les Martínez Montañés qui se trouvait dans le musée susmentionné. Sur l’une des photos illustrant le rapport, on voit la restauratrice en train d’effectuer des travaux de nettoyage et de restauration sur ce crucifix (l’un des repères de l’imagerie du XVIIe siècle), vénéré dans la cathédrale. L’intervention sur les œuvres de Montañés a été une constante dans sa carrière professionnelle. Un travail qui a fait d’elle une spécialiste de l’héritage de ce génie baroque.

À 73 ans, elle poursuit son activité avec le même élan qu’au premier jour. Son nom apparaît dans les première promotion de restaurateurs diplômés de la faculté des beaux-arts de Séville.une contribution académique très importante dans les années 1970. Depuis, Fuensanta a été témoin de nombreux changements et améliorations dans sa profession. De nombreux critères appliqués lorsqu’elle était encore étudiante sont aujourd’hui remis en question et dépassés par ceux en vigueur aujourd’hui, ce qui a obligé les professionnels de son époque à s’adapter continuellement. Ses débuts dans la restauration d’images sacrées ont été un événement majeur : le Esperanza Macarenaen raison de son statut d’étudiante de Francisco Arquillo.

De nombreuses autres interventions de ce type ont suivi au fil du temps. Parmi celles-ci, il convient de mentionner sa participation à un certain nombre de restaurations sous la supervision de l’Institut d’architecture de l’Union européenne. Institut andalou du patrimoine historique (IAPH).comme celle qui a été entreprise au milieu des années 1990 sur l’image de l’église d’Andalousie. Jésus du silence dans le mépris d’HérodeCe travail n’a pas été sans controverse en raison de la blancheur avec laquelle le saint patron de la Hermandad de la Amargura a été restauré pour le culte. Fuensanta elle-même a reconnu plus d’une fois qu’elle n’était pas favorable à ce type de nettoyage en profondeur, qui élimine complètement la patine laissée par le temps sur les images destinées au culte.

La Chiquitita » de Triana

Dans le domaine du rociero, il a été chargé en 2017 de restaurer l’une des reproductions les plus importantes de la Blanca Paloma, celle qui préside au simpecado de l’église du même nom. Confrérie de Triana. Cette miniature – qui dans la banlieue sévillane de Triana s’appelle La Chiquitita– est l’œuvre d’Antonio Castillo Lastrucci. Ces travaux ont été supervisés par l’ISA.

Le lien entre Fuensanta et le saint patron d’Almonte ne date pas de sa récente nomination pour sa restauration. Il remonte à de nombreuses années, puisqu’elle a été l’experte à laquelle la Hermandad Matriz s’est adressée pour toute consultation ou supervision concernant l’état de l’image sacrée. Cette relation et sa grande expérience en tant que restauratrice d’œuvres d’art ont fait d’elle la spécialiste idéale pour assumer cette importante tâche. À son vaste curriculum vitae, il faut ajouter une autre qualité personnelle, la discrétion absolue qu’elle sait maintenir dans tous les travaux qui lui sont confiés. Une valeur qui, dans ce cas très particulier, est portée au cube.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *