sam. Mai 25th, 2024

Acheter un billet de train en ligne, louer une voiture avec une carte de crédit ou payer son café directement avec l’application Satispay sur son smartphone. La révolution du paiement numérique, impulsée par la pandémie de Covid-19, est aujourd’hui à nos portes,  montre à quel point nous nous sommes détachés de l’utilisation de l’argent liquide qui, par héritage culturel, mais aussi par la présence de l’économie « noire » dans diverses parties du pays, a toujours joué un rôle central.

Venons-en à quelques chiffres de laObservatoire des cartes de crédit et des paiements numériques : en 2022, la valeur totale des transactions par carte de crédit a augmenté, bien que le nombre absolu de cartes actives ait continué à diminuer depuis 2020 : en Italie, de 15,2 millions en 2021 à 13,4 millions en 2022, avec une valeur des transactions dépassant 101 milliards d’euros contre un taux de croissance de +20%. . L’utilisation de la fonctionnalité des cartes de crédit sans contact est également en hausse, 33 % des détenteurs de cartes l’utilisant plus de 6 fois par mois (ils étaient 25 % en 2022). La fréquence moyenne d’utilisation est également en hausse, à 4,5 fois par mois contre 4,2 fois un an plus tôt. Le système de paiement différé « Achetez maintenant, payez plus tard » a également enregistré un taux de croissance annuel à deux chiffres et devrait atteindre plus de 3 milliards en 2026.


Paiements de plus en plus numériques, augmentation de l’utilisation des cartes 

33% 
titulaires de cartes utilisant le paiement sans contact plus de six fois par mois

66 euros 
la valeur moyenne d’une opération de paiement effectuée par carte de crédit

13,4 
Des millions de cartes de crédit utilisées en Italie. En baisse par rapport aux 15,2 millions de l’année précédente.


Dans ce contexte numérique l’entreprise technologique italienne Satispay a joué un rôle disruptif en créant en 2015 une plateforme de paiement par téléphone reliée à un compte bancaire via le système de débit et de crédit automatiques. . Et avec un chiffre d’affaires net qui a doublé depuis l’année dernière pour atteindre 28 millions d’euros, elle a aujourd’hui relancé ses objectifs en présentant le service de Titres-Restaurant Satispay, premier pas pour entrer dans le système de l’aide sociale et le marché des avantages extra-légaux c’est-à-dire les « avantages en nature » qui accompagnent la rémunération principale du salarié.

Adopté comme instrument de bien-être par de nombreuses grandes entreprises, le titre-repas est encore trop peu répandu parmi les PME et les professionnels disposant d’un numéro de TVA. et en Italie, il souffre de dysfonctionnements et de déséquilibres du marché, pesant surtout sur les commerçants qui les acceptent et qui doivent faire face à des commissions élevées, de l’ordre de 12 à 15 % en moyenne, avec des délais d’encaissement pouvant aller jusqu’à 120 jours. Ces conditions les rendent peu attrayants pour les bars, les restaurants et les épiceries qui, s’ils ne les rejettent pas, limitent souvent leur acceptation à l’heure du déjeuner, à l’exclusion des heures du soir et des jours fériés, ce qui présente un inconvénient évident pour les travailleurs qui souhaiteraient les utiliser en permanence.

Grâce à l’efficacité de son réseau de paiement, Satispay a expliqué qu’elle ne facturera pas de frais supplémentaires aux petits commerçants pour les bons alimentaires, ce qui leur permettra d’encaisser la valeur en un seul jour ouvrable, selon le modèle habituel, et de payer les frais d’encaissement. tarification de Satispay : zéro commission jusqu’à 10 euros et seulement 20 centimes pour les montants supérieurs.  

Dans un souci de transparence et d’équité, « Satispay Titres-Restaurant change totalement les règles du jeu et vise à initier une transformation du secteur. L’objectif est de créer un outil apprécié à la fois par les utilisateurs et par les commerçants qui, en tant qu’acteurs clés du tissu commercial local, ne devraient pas avoir à supporter des commissions insoutenables, qui sont actuellement payées pour ne pas perdre de clients », a-t-il expliqué. Alberto Dalmasso, co-fondateur et CEO de Satispay . « Pour les entreprises qui l’adopteront, il s’agira également d’un choix éthique clair, visant à générer des retombées positives tant pour leurs employés que pour les entreprises voisines « conclut le PDG de Satispay, qui prévoit une part de 30% du marché des titres-restaurant dans les trois prochaines années.

Dès le 1er octobre, plus de 70 000 restaurateurs faisant déjà partie du réseau Satispay pourront accepter la nouvelle génération de titres-restaurant. . Parallèlement, certains partenaires de la grande distribution ont déjà été activés. Ainsi, la nouvelle génération de titres-repas pourra toujours être utilisée par les travailleurs, dans les restaurants lors des dîners ou des jours fériés, s’affranchissant ainsi des limitations définies par les établissements publics. Enfin, les titres-repas Satispay sont valables deux ans et la liste de tous les commerçants affiliés sera visible sur l’application Satispay.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *