jeu. Avr 18th, 2024

D’une manière ou d’une autre, avec plus ou moins de profondeur, dépassant même le plan de la religion et des croyances…. Tous les arts et les sciences, toutes les branches du savoir humain s’en sont rapprochés, par leur renommée et leur signification, à la figure sans équivoque et sans réplique du Cachorro de Triana. Le Saint Christ de l’Expiration, au-delà d’être un emblème de la Semaine Sainte à Séville et de la religiosité populaire de la ville, est en lui-même une icône visuelle et plastique. C’est plus qu’une sculpture représentative de la personne la plus influente de tous les temps, plus qu’un outil direct pour atteindre la divinité et la présence de Dieu : c’est l’identification de la fragilité de la vie humaine, c’est la clairvoyance qui nous amène à la fin de nos jours.

En effet, le Puppy est quelqu’un qui ne ressemble à rien d’autre.Il est vraiment unique. C’est une valeur incalculable de la fête qui, grâce aux miracles et aux habitants de Triana, est restée vivante et palpitante dans les limites de la rue Castilla. Et il y a plusieurs raisons qui confirment cette singularité à tous les niveaux : artistique, historique, social et anthropologique. Nous ne dévoilerons rien dans ces lignes, mais nous esquisserons un semblant qui rassemble toutes ces raisons. Une création déterminante d’une ville et de l’être humain au service de l’art et de la transcendance.



Légende et mythe

Son propre nom, son surnom universel, est en soi presque une entité indépendante de l’invocation elle-même. Son origine se perd au fil du temps, jusqu’à ce que la printemps 1682 lorsque le contrat pour l’exécution d’un crucifix expirant pour la confrérie du Patrocinio fut attribué. Ruiz Gijón, sculpteur originaire d’Utrera et disciple d’Andrés Cansino et de Pedro Roldán, se voit confier la réalisation d’une œuvre qui entrera non seulement dans l’histoire de la Semaine sainte, mais qui clôturera également un cercle académique irremplaçable dans l’art hispanique.

Le mot Cachorro, dont la première attribution est impossible à établir, est confronté à la dichotomie de la légende et de la certitude. Ou, du moins, à la version « technique » et théologique la plus proche possible : l’identification du Christ comme le lionceau du lion de Judaqui est Dieu, comme le dit la Genèse 49:9. D’autre part, la fameuse légende qui fait partie de l’imaginaire de la ville : ce gitan de la cava, surnommé El Cachorro, mortellement poignardé et dont l’agonie a inspiré un Ruiz Gijón cavaleur en mal de modèles. Quoi qu’il en soit, son surnom a dépassé les limites du titre de la confrérie, de sa chapelle séculaire et de son quartier. Il suffit de dire que le Cachorro pour concentrer un tout indivisible composé d’une infinité d’arêtes.

Le chef-d’œuvre

C’est ainsi que d’innombrables experts l’ont décrit tout au long des presque 350 ans de vie – quel paradoxe – du Cachorro dans son voisinage. Parce que le Christ de l’Expiration, dès sa bénédiction et sa création, a été consacré comme le chef-d’œuvre de l’histoire de l’humanité. l’œuvre définitive de toute l’école baroque andalouse. et, pourquoi pas, espagnole dans l’art de l’image. De cette transition maniériste à l’excellence des gouges de Mesa et Montañés, en passant par les ensembles harmonieux et ondulants introduits par les références du Bernin et de Rubens dans l’œuvre de Roldán. Tout ce baroque atteint son apogée, sa mort et son éternité, dans le Cachorro.

Car, comme le souligne l’historien Ramses Torres, le Cachorro est le baroque intégral parce qu’il exprime le mouvement en lui-même, il est le gérondif. des temps verbaux : c’est ce qui se passe, c’est-à-dire ce qui meurt. Ce n’est ni l’instant d’avant l’agonie, ni l’agonie confirmée : c’est la transition entre ce qui vit et ce qui meurt. Et tout cela est accentué par les moyens géniaux mis en œuvre par Ruiz Gijón dans son chef-d’œuvre : le linceul à trois nœuds, tourmenté, en plein Golgotha et aux plis infinis, la cage thoracique gonflée à bloc, la peau adhérant à des côtes infinies qui abritent le dernier souffle, et bien sûr le visage. Les yeux du chiotl’asymétrie absolue, la demi-pupille sous la paupière droite, la direction perdue et déviée, les cheveux comme de vrais zigzags avec lesquels le vent trace sa rébellion. Et la bouche, légèrement ouverte, les dents taillées, par lesquelles l’air ne reviendra plus.

Le professeur Francisco Huesa souligne les le parallélisme entre la bouche du chiot et celle de Daphné dans la sculpture du Bernin. Tous deux cherchent la mort comme unique échappatoire à la souffrance : l’un à l’amour, l’autre à la souffrance, au martyre, à la passion. Gijón réinterprète le mythe et offre au chiot cette transe finale qui, en vertu du christianisme, est censée être la rédemption de l’homme. Du baroque à l’état pur, en somme.

Le chemin de l’éternel

Outre l’image du Cachorro lui-même, sa signification artistique et le halo magnétique provoqué par la légende, il y a aussi le fait qu’il appartient à un quartier comme Triana, également chargé de particularités sociales et anthropologiques, ce qui conduit à l’identification avec ses habitants. Un quartier avec sa propre semaine de PâquesUn quartier avec sa propre Semaine Sainte, avec une religiosité forgée sur la base de sa génétique insaisissable et de sa façon d’exprimer la vie. De la musique à la littérature, des gitans aux civils, le fleuve comme frontière invisible sur les eaux duquel on s’approche pour mourir… De Pali à Aquilino Duque, de Rolando Campos à Manolo Cuervo… Et tous ceux qui l’ont chanté : les Mairenas, les Rerre, Juan Lara, Centeno…

Et sans Triana, on ne pourrait pas comprendre El Cachorro, mais son universalité est telle que nous rêvons déjà de l’inscrire dans l’étreinte rocailleuse de San Pedro. Le Christ éternel dans la ville éternelle. Baroque sur baroque. Du Bernin à Gijón. L’Occident en un souffle. L’histoire de l’homme méditerranéen -grave, sereine, infinie- en un clin d’œil.

C’est précisément dans l’un des vers qu’Aquilino – poème inaccessible – dédie au Cachorro que l’on saisit la déchirure d’une ville entière et la question qu’elle éveille dans l’air au moment de son passage : Qui a pu rendre votre transit interminable ? C’est la clé et l’inconnu qui bouillonne à l’intérieur, qui nous martèle et nous tourmente. C’est pour cela qu’elle est unique : parce qu’elle nous interroge, elle interagit directement avec les profondeurs de l’esprit. Ce sont vos yeux qui pleurent pour vous… Et c’est dans cette attente de la mort que nous vivons tous. Comme si nous attendions nous aussi notre dernier adieu. Que nous noierons aussi un jour pour qu’il continue à vivre.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *