ven. Juin 14th, 2024

Le Confrérie de la Bonne Fin vendra les images secondaires qu’il a sculptées Luis Álvarez Duarte pour son mystère antérieur à la confrérie almérienne de la Rosaire de la mer. Les deux sociétés ont rendu l’accord public lundi, après trois mois de négociations.

Rappelons que la corporation sévillane inaugurera la Semaine Sainte de l’année prochaine avec un ensemble sculptural de Darío Fernández ParraLa scène au cours de laquelle le Christ est autorisé à descendre de la croix est représentée une nouvelle fois. Elle comprend les images de Marie-Madeleine, d’un soldat romain, de Nicodème et de Joseph d’Arimathie.



Ce moment de la Passion a disparu au milieu des années 1990, lorsque la Confrérie du Mercredi Saint a décidé d’enlever les images secondaires qui accompagnaient jusqu’alors la Crucifixion et qui avaient été sculptées par Duarte au début des années 1970. Depuis lors, les Le Christ de la bonne fin est sorti seul dans son paso pendant la station pénitentielle.

L’ensemble vendu à la confrérie d’Almería est également composé de la représentation des Saints Hommes, d’un soldat romain et de la Madeleine. Ils accompagneront le Seigneur des douleurségalement sculptée par Duarte, qui a été distingué par la nomination de Frère aîné honoraire de la confrérie. Ainsi, comme l’expliquent les deux confréries dans un communiqué commun, le souhait des frères de la confrérie d’Almeria exprimé lors d’une réunion en 2016 est exaucé.

Un mystère complet sur Duarte

Lors de cette réunion, il a été décidé de créer un mystère avec des images de l’auteur du titre, une tentative qui a échoué avec la mort de l’artiste sévillan et qui est reprise aujourd’hui avec cet achat. La confrérie fait sa procession pénitentielle le jeudi saint.

La Confrérie du Buen Fin, pour sa part, avait également accepté en assemblée de vendre les images sculptées par Duarte. Ce groupe d’images, qui sera vendu dans son intégralité, a cessé d’être utilisé pendant la Semaine Sainte à Séville en 1997. L’une de ses dernières utilisations a été de constituer l’autel de la Semaine Sainte 2021, au cours de laquelle les confréries ne sont pas descendues dans la rue pour la deuxième année consécutive en raison de la pandémie de Covid (comme le montre la photo illustrant cette information). La première du mystère de Fernández Parra sera sans aucun doute l’un des ajouts les plus importants au patrimoine des confréries de Séville ces derniers temps.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *