dim. Avr 21st, 2024

La hermandad de la Divina Pastora, de la ville de Cantillana, attend l’arrivée du mois de septembre avec joie et enthousiasme, où sont célébrées les fêtes en l’honneur de la Sainte Vierge, dont le point culminant sera atteint le 8 septembre avec la procession de l’image dans les rues de la ville. Ces derniers jours, la corporation pastorale a publié quelques détails et événements qui anticipent ces festivités de gloire.

Le 24, le dévoilement de l’image une œuvre de l’artiste Ricardo Gil, pleine de symbolisme et d’avant-garde, a été dévoilée. Réalisée en techniques mixtes (collage, peinture en aérosol et huile) sur panneau, l’affiche s’inspire du Psaume 99, « Nous sommes ton peuple et les brebis de ton troupeau » – également la devise de l’année jubilaire que la Confrérie de la Divina Pastora a célébrée à l’occasion de son troisième centenaire de fondation. Devant un ciel nocturne, qui recrée l’une des premières toiles utilisées pour l’autel du culte pastoral, où l’on peut voir l’église paroissiale et l’ermitage de la Divina Pastora, la Vierge est représentée en train de couronner une falaise. Ce cadre nocturne de l’œuvre représente, selon l’auteur, « l’heure à laquelle la Divine Bergère part à la rencontre de son troupeau chaque 8 septembre ». Derrière la Vierge se trouve un rosier auquel est suspendu un chapelet, prière qui est à l’origine de la corporation.



La Divine Bergère apparaît avec tous les éléments de son iconographie, tels que le chapeau et le bâton, ainsi que la médaille d’or de Cantillana. Elle est assise sur une falaise symbolique, comme celle de son autel de culte du XIXe siècle, le seul de ce type à avoir été maintenu parmi les confréries pastorales depuis le XVIIIe siècle. Cette falaise – qui pour la neuvaine est en liège – dans cette représentation est construite avec le village, ses maisons, ses rues et ses places, et est représentée en rose, la couleur qui dans l’Église représente la joie pendant les temps liturgiques de l’Avent et du Carême, et que la Divine Bergère porte dans les œuvres primitives, comme le père Fray Isidoro de Séville l’a vue lors de l’apparition.

Le gala simpecado, qui apparaît dans les chapelets de la Víspera et le dernier jour de la neuvaine ; la Plaza del Palacio, où la Vierge est sortie en pandémie pour clôturer l’année jubilaire, et l’architecture du rocher sur lequel elle procède au paso, qui se confond avec l’architecture de la ville elle-même. Avec tout cela, la falaise d’où est représentée symboliquement la Vierge, bergère des âmes, « bergère de son peuple de Cantillana tous les jours de l’année », selon la confrérie.

Un record avec les coplas

De même, la société a récemment sorti un disque intitulé « A ti, Pastora amada », qui compile de nombreuses coplas interprétées dans la neuvaine de la Vierge, composées pour la plupart dans le XIXe siècle. Ce álbum est interprété par la soprano Leonor Bonilla en tant que voix principale et soliste, chanteuse sévillane de renommée internationale. L’album rassemble une sélection de 16 de ces coplas composées expressément pour la Pastora cantillanera. De toutes ces coplas, la plus remarquable est la Plegaria a la Divina Pastora (Pèlerinage à la Divine Pastorale)par Joaquín Turina. Il s’agit de sa seule création consacrée exclusivement à une image de Cantillana. Le musicien et compositeur sévillan était fils et petit-fils de bergères, et sa mère était membre du chœur de femmes qui chantait lors des offices religieux, d’où le lien de Turina avec la confrérie et la dédicace de cette pièce.

Son premier vers, À toi, bergère bien-aiméedonne le titre à l’enregistrement qui comprend, entre autres, la Copla a la Divina Pastora. Por ser Tú, Madre querida d’Evaristo García Torres, maître de chapelle à la cathédrale de Séville dans la dernière moitié du XIXe siècle et professeur de Turina ; Pensando en ti. Quiero vivirdu compositeur italien Francesco Paolo Tosi ; le Copla a la Divina Pastora. Oye la trova de Patricio Beneyto, organiste valencien de la cathédrale de Baeza et Guadix au début du XXe siècle ; la Hymne à la Divina Pastora de Pérez-Ayala ou l’aria Mille foisd’un compositeur anonyme mais composé « sur des motifs de l’opéra ‘Le Somnambule’ de Vicenzo Bellini ».

Sur ce disque, dirigé musicalement par Rafael Ruibérriz de Torres, Bonilla est accompagné par le groupe de chambre Santa Cecilia de Séville, avec les sopranos Ana Alonso, Carolina de Alba et Sandra Romero ; la soliste María Ogueta ; Aida et Alicia Naranjo en tant qu’altos ; María Vizcaino en tant que violoniste et Santiago Sampedro en tant qu’organiste. La pianiste de renommée internationale Cristina Lucio-Villegas, également originaire de Séville, participera également à l’événement.

Le disque sera présenté en concert le 1er septembre à 21h00, dans l’église paroissiale de Cantillana et devant le Risco de la Divina Pastora, l’autel monumental que la confrérie érige dans la chapelle principale de l’église pour la célébration de la neuvaine. Ce concert ouvrira les principales festivités pastorales qui, bien qu’elles aient commencé la veille avec la Neuvaine de la Divina Pastora, se poursuivront jusqu’à la fin de l’année. le transfert de la Divina Pastora au Risco à onze heures du soir.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *