mar. Mai 28th, 2024

Il aura fallu Barbie pour relancer les salles de cinéma, qui ne s’étaient pas encore remises de l’hémorragie pandémique. Dimanche, le distributeur Warner Bros a annoncé que les recettes mondiales du film sur la plus célèbre des poupées, sorti le 21 juillet, avaient dépassé le milliard de dollars.

Le réalisateur Greta Gerwig,  qui a eu quarante ans vendredi dernier, est la première femme à entrer dans le club très fermé de ceux qui ont réalisé un film à plus d’un milliard d’euros, qui comptait jusqu’à présent vingt-huit hommes, avec Steven Spielberg au sommet – bien sûr – en première place : une entrée qui a renforcé dans le monde réel le principal message sous-jacent du film, à savoir l’émancipation des femmes. « En tant que responsables de la distribution, nous restons rarement sans voix devant les performances d’un film, mais Barbillion (jeu de mots entre Barbie et billion, signifiant ‘milliard’, ndlr) a pulvérisé nos prévisions les plus optimistes », ont admis Jeff Goldstein et Andrew Cripps de Warner Bros. L’essentiel du box-office du film de l’été est bien sûr venu des États-Unis, où le film a été en tête des ventes pendant trois semaines consécutives, générant 460 millions de dollars de recettes. Les cinémas italiens, où le film a généré des recettes de 24,6 millions d’euros, sont également à la fête.

Rien que le week-end dernier, les familles italiennes ont dépensé 3,1 millions pour voir le film de Barbie, avec une recette moyenne de 7 423 euros pour chacun des 424 écrans où il a été projeté. Un succès qui a permis aux cinémas de clôturer le meilleur mois de juillet depuis plus de dix ans, avec 5,5 millions de spectateurs. Plus précisément, il s’agit du deuxième meilleur mois de juillet depuis 1995, année du début des enquêtes Cinetel, après celui de 2011, année de sortie du deuxième volet de Harry Potter et les reliques de la mort. Les spectateurs de juillet ont été 127% plus nombreux que l’an dernier et 67% plus nombreux que la moyenne 2017-2019, c’est-à-dire avant la pandémie.

Crédit à Barbie, mais pas seulement : au cours de ces deux semaines, le film de Gerwig a fait 2,5 millions de téléspectateurs en Italie, mais les nouveaux épisodes de la saga Indiana Jones (625 mille téléspectateurs) et Mission Impossible (538 mille) ont également contribué à ce mois de juillet record. Le film d’animation Elemental, la dernière production de Disney Pixar, y a également contribué (425 mille spectateurs).

Barbie a fait la différence dans les cinémas du monde entier avec un succès retentissant », a commenté Mario Lorini, président de l’association sectorielle Anec, « les chiffres pour l’Italie montrent que le marché est vivant, confirmant la reprise qui est en cours depuis le printemps dernier, avec une reprise décidée même dans les années à venir jusqu’en 2020 ».

Le mérite, rappelle le représentant du cinéma, en revient également à Cinema Revolution, la campagne promotionnelle lancée au début de l’été avec le soutien du ministère de la Culture pour offrir des billets à 3,5 euros. La sortie d’autres films ambitieux – comme Oppenheimer de Christopher Nolan, qui fera ses débuts en Italie le vingt-trois août, alors qu’il est sorti en juillet aux Etats-Unis et dans plusieurs pays – laisse présager une excellente année pour le secteur. L’année 2022 avait déjà montré des signes de reprise, avec des recettes de 306,6 millions d’euros, en hausse de 81% par rapport à 2021, année où les restrictions Covid avaient entraîné la fermeture des cinémas jusqu’au mois d’avril. Les niveaux d’avant la pandémie restent cependant très éloignés : les recettes annuelles moyennes entre 2017 et 2019 étaient de près de 600 millions d’euros.

Les résultats de Cinetel montrent clairement que les fermetures forcées de ces dernières années ont fait des victimes parmi les entrepreneurs : le nombre de cinémas étudiés en 2022 était de 1 121, avec 3 412 écrans, soit 65 cinémas et 94 écrans de moins que la moyenne d’avant la pandémie. Naturellement, ce sont les petits cinémas qui souffrent le plus, avec un revenu annuel moyen par écran d’environ 43 mille euros contre plus de 125 mille pour les grands multiplexes.

Cependant, le secteur semble avoir surmonté la phase la plus critique et peut-être aussi la plus risquée, celle de la concurrence du streaming. Il semblait que la diffusion de la TV à la demande et les plateformes contrôlées directement par les grandes sociétés de production hollywoodiennes pourraient marquer la fin des salles de cinéma, remplacées par les grands écrans de télévision. À tel point que Disney a lancé pour la première fois en 2009 l’une de ses productions majeures, le film d’animation Soul, directement sur sa plateforme de streaming, Disney+. Comme l’a rappelé Lorini dans une lettre polémique adressée à la Commission européenne, le film a été diffusé sur la plateforme de streaming Disney+. Corriere della sera d’il y a quelques jours, l’expérience de ces dernières années prouve que sans la vente de billets de cinéma, il est difficile pour les grandes productions cinématographiques d’être économiquement viables. L’industrie a besoin de spectateurs.

Et les spectateurs reviennent. Selon le dernier rapport Media &amp ; Entertainment Global Outlook du cabinet de conseil Pwc, les recettes cinématographiques atteindront 33 milliards d’USD cette année, reviendront aux niveaux d’avant la pandémie (40 milliards d’USD) en 2025 et dépasseront les 48 milliards d’USD en 2027.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *