jeu. Avr 18th, 2024

Née en Latine, Romaine d’adoption, Serena Ionta est l’une des deux mille protagonistes de L’économie de Francesco.  et elle tient à parler non pas d’elle, mais de la communauté et de l’appel du pape aux jeunes économistes et entrepreneurs du monde entier en 2019, leur demandant de l’aider à construire un monde au service des personnes et de la création.
Serena parle de son engagement dans la foi, de son appartenance à une Église en mouvement. Et de fait, cette étudiante de 29 ans se trouve aujourd’hui à Lisbonne, le lieu par excellence où l’Église est appelée à devenir communauté et à proclamer la Parole pour les jeunes. Serena, qui termine son doctorat à l’Université de Rome3, étudie l’économie au niveau agrégé, la structure économique des États, leur performance sur les marchés et utilise cette expression particulière pour définir sa présence parmi les volontaires des JMJ et du programme Économie portugaise de François qui se déroule ces jours-ci dans la capitale lusitanienne. « Il y a eu ce que j’aime appeler une coïncidence divine. – Je me suis retrouvé à Lisbonne pour des raisons professionnelles. Dans le domaine de la recherche scientifique, Ionta est accueilli par l’École d’économie de Lisbonne et travaille aux côtés de l’économiste portugais António Afonso. « Je suis ici du 1er mars à la fin du mois d’août. Évidemment, j’avais déjà Mais en restant ici, j’ai pu aider la section locale portugaise de l’EoF à organiser des événements avec des experts, des professeurs et de jeunes économistes, toujours dans l’idée de pouvoir construire cette âme pour l’économie, comme François nous l’a demandé. « .

Tout a commencé en 2019 avec la réponse à l’appel du Pape « qui dans ma vie est arrivé à un moment particulier, parce que je terminais mes études de master et que je n’avais pas encore décidé de me consacrer à la recherche académique ». Dans sa lettre de 2019, François a demandé à pouvoir « rencontrer ceux qui aujourd’hui se forment et commencent à étudier et à pratiquer une économie différente, une économie qui fait vivre et ne tue pas, qui inclut et n’exclut pas, qui humanise et ne déshumanise pas, qui prend soin de la création et ne la pille pas ». Serena, comme des milliers d’autres jeunes entrepreneurs et acteurs du changement dans le monde, s’est sentie attirée, voyant finalement dans le choix de son doctorat le moyen de concilier la dimension de la foi et son choix de vie éthique et professionnel. « J’ai réalisé que je voulais étudier, approfondir l’économie, parce que l’économie est le premier échange, la première rencontre avec l’autre, et dans l’économie de Francis, nous travaillons et nous nous confrontons à cette complexité, en l’abordant de manière pluridisciplinaire ».
Revenant sur le lien avec les JMJ, l’économiste romain est convaincu que Lisbonne peut être l’occasion de dire aux jeunes que lorsque nous parlons d’économie, nous ne parlons pas de choses ennuyeuses, mais de belles choses telles que l’attention et l’environnement.

Et de ressentir intérieurement ce que Serena Ionta appelle un « chemin de bonheur, où je suis satisfaite et où je n’ai pas de sentiments négatifs à l’intérieur », ma tâche est d’essayer de générer des processus. Mon bonheur est d’être génératif, d’entrer en relation avec l’autre, l’autre qui peut être mon frère, mon ami, l’autre qui peut être une communauté « . En ce sens, si d’une part « EoF aux JMJ peut donner une nouvelle rencontre de découverte de l’économie qui n’est pas cette chose ennuyeuse « . « , d’autre part, « dans le cadre des JMJ en tant qu’économie de François, nous pouvons certainement avoir une plus grande opportunité de nous faire connaître, une visibilité différente « . . J’étais à Assise, tous les continents étaient présents. Mais ici, Lisbonne peut encore nous donner une opportunité supplémentaire, surtout dans la confrontation avec la pastorale des jeunes, qui nous a parfois fait défaut. Beaucoup de bonnes choses sont faites dans l’Eglise, mais avec des mouvements différents : je suis scout, tu es de l’Action Catholique. En fin de compte, nous faisons tous les mêmes choses, mais parfois nous ne nous connaissons pas, nous n’arrivons pas à nous parler même si nous utilisons la même langue », a conclu Ionta. Les JMJ pourraient être un moment où nous nous regardons vraiment les uns les autres et où nous apprenons à nous connaître ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *