mer. Mai 22nd, 2024

Nous n’avons pas l’intention de découvrir les l’œuvre de David Payán, dont l’œuvre rassemble un parfaite synthèse du concept de l’affiche : l’impact, message, esthétique, publicité. Parce qu’il est essentiel de discerner les deux termes, une affiche n’est pas la même chose qu’une toile ou qu’un tableau. Dans son souci constant d’évoluer et d’offrir des prismes différents, cet artiste de la Vega del Guadalquivir a su s’adapter à l’air du temps. nous surprend une fois de plus avec l’une de ses dernières œuvres, intitulée Esperanza Macarena. Un regard plus. Et la référence ne pourrait être plus juste : un autre des innombrables regards qui ont représenté l’une des dévotions universelles de notre ville. Car la Macarena, emblème de l’avant-garde et porte-drapeau de toutes les révolutions, s’adapte parfaitement à toutes les esthétiques.

Payán est une fois de plus fidèle à son style et combine dans cette affiche différentes techniques telles que l’acrylique, les feutres ou la peinture en aérosol sur différents types de papier. Il n’y a pas besoin d’un trait réaliste, naturaliste ou sympathique. Ici, l’artiste penche pour cela profusion de raisons et de sentiments mêlés que la Macarena éveille sur son passage.. Tout en elle est couleur : rouge, vert, jaune, des centaines de formes géométriques réparties en lignes noires sinueuses en forme de manteau et de sac. Cependant, les éléments fondamentaux demeurent : son visage, ses petits papillons et sa couronne, des icônes que le peuple reconnaît comme siennes et qui sont inhérentes à l’image.



Payán est un artiste courageux, dont la personnalité lui a déjà valu de nombreuses commandes d’affiches pour toute l’Andalousie, ainsi que des expositions dans différents lieux. Son œuvre picturale a été sélectionnée et primée lors du concours d’art « At the Fronts », à Venise (Italie). Il a également participé au Certamen de Creación Joven de Sevilla, au concours de peinture Gozos de Diciembre, organisé par la fondation Cajasol, et au concours d’affiches pour la passerelle du Salón Internacional de la Moda Flamenca (Salon international de la mode flamenca).

Récemment, il a été nommé concepteur de l’affiche du couronnement canonique de la Pastora de Málaga, un autre défi qu’il relève avec la plus grande responsabilité. On a pu voir son travail dans l’extraordinaire Medinaceli d’Almería, dans la Divina Pastora de Cantillana et dans la Semaine sainte de Huelva. Sans complexes, sans liens ni scandales. Parce que, précisément, celui de David Payán n’est qu’un regard de plus. Mais un regard nécessaire qui contribue, construit et éduque. Une semaine sainte pure, après tout.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *