ven. Juil 19th, 2024

Avec la fin de la pandémie, le nombre d’aides ménagères et de soignants réguliers diminue et repasse sous la barre des 900 000. Alors que le nombre de travailleurs illégaux est estimé à près d’un million. Après les augmentations enregistrées entre 2020 et 2021 en raison de la régularisation spontanée des relations de travail afin de permettre aux travailleurs domestiques d’aller travailler pendant le lockdown et avec l’entrée en vigueur du décret sur la relance, qui a également réglementé l’émergence de relations irrégulières au cours de la première année du Covid, la barre baisse à nouveau. Les femmes restent majoritaires (86,4 % du total). Les étrangers (69,5 %) sont plus nombreux que les Italiens et viennent principalement d’Europe de l’Est. La photo est tirée du rapport Tout est régulier ? Aides ménagères, soignants et baby-sitters en Italie, produit par leObservatoire de l’Inps . Ainsi, en 2022, il y aura 894 299 travailleurs domestiques cotisant à l’Institut de sécurité sociale, soit 7,9 % de moins qu’en 2021 (-76 548). La diminution du nombre d’aides domestiques est plus importante (-9,9% par rapport à l’année précédente, à 464 873), mais le nombre d’aidants est également en baisse (-5,6%, à 429 426). Près des trois quarts des travailleurs domestiques réguliers déclarent moins de 10 000 euros par an, tandis que 27,7% seulement sont payés plus de 10 000 euros. 14,6% avaient un salaire d’au moins 13 000 euros par an. Dans ce secteur, les femmes ont en moyenne un salaire plus élevé que les hommes. 39,7% sont en dessous de 5.000 euros par an contre 46,5% de leurs collègues. Le Nord-Ouest est la zone géographique qui compte le plus grand nombre d’agents (30,8%). La première région est la Lombardie (19,5%), suivie du Latium (13,8%), de l’Emilia Romagna (8,8%) et de la Toscane (8,7%). Un peu plus de la moitié des travailleurs domestiques en Italie sont concentrés dans ces quatre régions. L’objectif est de répondre aux besoins des familles et d’augmenter le nombre d’emplois réguliers. Nous devrions encourager l’émergence du travail non déclaré par le biais de la législation, avec des allègements fiscaux et des réductions de cotisations. Mais il faut aussi une formation spécialisée », souligne le directeur général de l’Inps Vincenzo Caridi . La déductibilité des cotisations Inps pour les travailleurs domestiques « est une question que nous ne manquerons pas d’introduire dans la loi de finances », déclare le ministre du Travail Marina Calderone Elle précise que c’est aussi un élément qui permet de raisonner sur le nombre d’heures de travail déclarées et donc régulières dans le cadre de contrats tout aussi réguliers. Il est nécessaire « d’aider les familles avec des mesures durables, surtout dans le domaine fiscal, qui facilitent l’embauche des aidants », souligne la présidente de l’association Nuova collaborazione. Alfredo Savia . « Il est préoccupant de constater leur déclin, un chiffre qui contraste avec celui de l’année dernière. tendance qui décrivent un pays confronté à un « hiver démographique » sans précédent. Elle suggère une augmentation concomitante du travail non déclaré », déclare le président d’Assindatcolf. Andrea Zini . La composition des travailleurs par nationalité montre une forte prédominance des travailleurs étrangers, bien qu’en 2022 le nombre de travailleurs étrangers ait diminué de 8,4% par rapport à l’année précédente. On observe également une diminution du nombre de travailleurs italiens (-6,6 %). Le Pakistan, la Géorgie, la Chine, l’Égypte, le Bangladesh et le Sénégal sont les pays d’où provient la plus forte augmentation de nouveaux travailleurs domestiques. La plupart des travailleurs domestiques (316 817 travailleurs, soit 35,4% du total) viennent d’Europe de l’Est ; ils sont suivis par 272 583 travailleurs de nationalité italienne (30,5%), ceux d’Amérique du Sud (7,8%) et ceux d’Asie de l’Est (6,8%). Le type de travail « aide domestique » prédomine avec 52% du nombre total de travailleurs, contre 48% pour le type « soignant ». Le premier type de travail est prédominant parmi les travailleurs italiens et presque tous les travailleurs étrangers, à l’exception de ceux originaires d’Europe de l’Est, d’Asie du Moyen-Orient et d’Amérique centrale, où le type de travail « d’aide familial » prévaut. Le rapport révèle également un changement dans la tranche d’âge des nouveaux employés. Le groupe des 50-54 ans est le plus fréquent parmi les travailleurs domestiques, représentant 17,2% du total, tandis que 21,4% sont âgés de 60 ans ou plus et que seulement 1,9% ont moins de 25 ans.

Formation pour soutenir les familles et les travailleurs 

En Italie, il est de plus en plus difficile de trouver du personnel compétent et fiable à qui l’on peut confier sereinement la prise en charge de ses proches ayant atteint un âge avancé. Dans notre pays, la population vieillit de plus en plus en raison de la baisse du taux de natalité et de l’allongement de la durée de vie. En effet, selon les données de l’Istat, au début de l’année 2022, les résidents de notre pays âgés de 65 ans et plus étaient plus de 14 millions, soit environ trois millions de plus qu’il y a 20 ans ; on estime qu’en 2042, ils seront près de 19 millions. Depuis plus de dix ans, rappelle Assindatacolf, les quotas dédiés au secteur domestique dans les décrets de flux sont insuffisants et ne sont pas calculés sur la base d’une mesure exacte des besoins. . En conséquence, de plus en plus de familles éprouvent des difficultés à trouver du personnel prêt à s’occuper des personnes âgées et handicapées. En 2020, l’association estime qu’un une pénurie de plus de 60 000 travailleurs à domicile pour la combler, il faudrait que 10 000 personnes entrent en Italie chaque année jusqu’en 2025. Il convient également de garder à l’esprit que le vieillissement de la population italienne s’accompagne d’un vieillissement des personnes qui s’occupent de nos aînés : en effet, les aides familiaux de moins de 30 ans ne représentent que 7 % du total, tandis que 57 % ont entre 30 et 54 ans et 35 % ont plus de 55 ans. « Le travail domestique a très souvent été relégué au second plan de l’agenda politique. Au contraire, il commence à devenir central, comme l’a également indiqué le ministre Calderone. Pour le gouvernement actuel, le travail des aides ménagères, des soignants et des baby-sitters nécessite un changement culturel important pour en faire un travail respectable. Le travail domestique est un travail comme un autre, ce n’est pas un travail marginal. J’insiste également sur le fait que ce type de profession nécessite une formation adéquate pour pouvoir travailler au sein d’une famille. Nous devons reconnaître la valeur du professionnalisme des personnes qui font ce travail. Nous avons souvent parlé des amortisseurs sociaux classiques et je pense qu’il est juste qu’ils existent. Il faut aussi dire que les véritables amortisseurs sociaux dans notre pays ces dernières années ont été les familles, et il est clair que la politique doit y contribuer. Les familles doivent être protégées. La sécurité, qui doit également s’appliquer au travail domestique, doit être prise en considération ». Ainsi, dans une note, le président de la Commission du travail de la Chambre des députés Walter Rizzetto  (Fdi). Au cœur du débat se trouve la proposition d’un programme de formation des migrants au travail d’assistance, également de manière préventive grâce à la création de centres d’immigration dans les pays d’origine – grâce à des accords bilatéraux avec les autorités locales et les représentations consulaires et diplomatiques – afin de permettre la délivrance de permis de séjour à des fins de travail, avant le départ pour notre pays, et un cours de formation professionnelle adéquat. L’information et la formation sur les attentes des familles en matière de coopération familiale, mais aussi sur les droits et les devoirs de ceux qui vivent et travaillent au cœur des écosystèmes parentaux, sont importantes pour le bien-être des familles et des immigrés. « La formation est nécessaire car dans ce secteur, il n’y a pas d’apprentissage, dès son entrée au domicile, l’assistant familial est en contact direct et sans intermédiaire avec l’élément constitutif de la société : la famille », affirme la présidente. Api-Colf national  Antonia Paoluzzi.  -. La coopération familiale peut être un terrain d’essai pour promouvoir l’intégration des flux migratoires dans notre société, puisqu’elle est souvent le premier débouché professionnel des immigrés et qu’elle met la personne migrante directement en contact avec les traits culturels et les modes de vie propres au pays d’accueil (langue, habitudes alimentaires, rythmes de vie, échelle de valeurs, etc.) Pour tenter de soutenir les familles italiennes dans cette situation complexe, il existe également St. Anna 1984 une coopérative sociale spécialisée dans les soins à domicile pour les personnes âgées ou malades, active à Rome et à Milan, qui aide aujourd’hui environ 200 familles avec ses opérateurs. Le personnel de la coopérative est formé en interne afin qu’ils soient en mesure de faire face de manière professionnelle et humaine aux différents problèmes qui peuvent survenir avec le patient. Chaque opérateur est soigneusement choisi en fonction des caractéristiques de la personne dont il s’occupe, notamment en termes de caractère, de personnalité et de niveau culturel. Sant’Anna 1984 est ainsi en mesure de fournir des services de soins à domicile de la plus haute qualité. Sant’Anna 1984 collabore également très étroitement avec les services de soins à domicile de l’Union européenne. les aidants familiaux en leur apportant également un soutien psychologique grâce aux tuteurs de l’entreprise, diplômés en psychologie, qui sont à la disposition des familles et des aidants eux-mêmes. Enfin, les familles ne sont jamais laissées seules : outre les inspections mensuelles des responsables techniques qui vérifient que tout se passe bien, les membres des familles reçoivent des rapports quotidiens via Whatsapp sur leurs proches et leurs activités quotidiennes, y compris les moyens mnémotechniques et l’activité physique.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *