mer. Mai 29th, 2024

Ce sont des jours d’effervescence, d’effervescence et d’expériences partagées dans la vie de tous les jours. Santa Catalina. La paroisse et le quartier attendent avec impatience l’un de leurs événements les plus importants. jours les plus importants du calendrier : le 16 juillet.qui est célébrée avec enthousiasme par ses frères et voisins depuis le XIXe siècle. Depuis quelques jours, la Virgen del Carmen préside l’autel principal de l’église pendant les services préparatoires à la procession.

Il s’agit de l’une des Les entreprises lettriques les plus emblématiques de la ville. En 1865, deux voisins de Corral del Conde, Juan Velasco et José Martínez, organisent une fête en l’honneur d’un tableau de la Vierge du Carmen qui les a sauvés d’une épidémie de choléra qui frappait la population sévillane à cette époque. Ils se sont installés dans l’église paroissiale », a déclaré Jesús Romanov, archiviste de la corporation, à l’émission Sentir Cofrade de PTV Séville, les membres de la confrérie ont mandaté José Gutiérrez Cano de réaliser l’image cinq ans plus tard, en 1870. La confrérie a été fondée en tant que confrérie carmélitaine par l’ordre de Carmen Calzado, et plus tard le cardinal Marcelo Spínola a approuvé ses règles et s’est fait frère protecteur.



Au fil du temps, la confrérie a bénéficié de bénédictions royales : en sa liste de frères comprenait les noms suivants comme Isabelle II, Alphonse XII, Marie-Christine… Par la suite, la confrérie a fusionné avec la confrérie des saints patrons de l’église, dont la patronne était la Vierge du Rosaire. Le processus, bien qu’entamé dans les années 1970, s’est concrétisé au début de ce siècle et, depuis lors, la corporation dispose de ces deux dévotions si profondément enracinées dans la dévotion populaire sévillane.

Cultes

La confrérie fête, durant cette semaine, le triduum en l’honneur de la Vierge. Mardi dernier, le 11, Manuel Vales Palma, délégué aux gloires du Conseil, a prononcé la proclamation à la Sainte Vierge. Comme une curiosité attachante, et à la demande expresse du pregonero, le texte est resté sous le manteau de la Vierge toute la nuit précédant l’événement, comme une bénédiction. De mercredi dernier à vendredi prochain, la corporation consacre un triduum à la Vierge, tandis que le 15, il y aura une messe et des félicitations à la Vierge à la veille de sa fête.

Le 16, dimanche, la Grande Fonction de l’Institut sera célébrée et à neuf heures et quart du soir commencera la procession à travers la paroisse, qui se terminera vers une heure et quart du matin le lundi. C’est la seule image carmélitaine de la ville qui est portée en procession le jour même.

Procession et premières

La Sainte Vierge du Mont Carmel crée plusieurs pièces au cours de tous ces services. Tout d’abord, la coiffe, réalisée en dentelle aux fuseaux d’or par sa serveuse Amparo, qui a mis un an et demi à la terminer. L’image porte également de nouvelles boucles d’oreilles en or, un cadeau de son habilleur José Javier, qui fait ce travail depuis qu’il a seize ans. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une nouveauté, cette année, la parure d’orfèvre est celle réalisée par Manuel de los Ríos en 2006 pour le Pregón de las Glorias, d’après un dessin de Sánchez de los Reyes. La couronne de sortie correspondante sera placée pour la procession du 16.

Les éléments suivants ont également été restaurés les chaussures de l’Enfant Jésus, portées pour la première fois en 1920 et fabriquées par un bijoutier dont le nom s’est perdu dans le temps. Il portera ses extraordinaire brodé par Patrocinio López en 1880, l’un des rares trousseaux marials conservés dans la ville par ce génial dessinateur et brodeur, avec le manteau de la Vierge de la Salud et celui de Montserrat. Un manteau qui reprend les motifs du XIXe siècle : bordure périmétrale, tige d’où émergent des roses et des feuilles et chardons avec les armoiries des carmélites. Curieusement, ce manteau a été réalisé pour une image de Sainte Thérèse qui a été en procession jusque dans les années 1920.

La Vierge procèdera sous son caractéristique paso de palio (1973), héritage de son contexte historique, lorsque l’esthétique des confréries pénitentielles a été transférée à certaines images de gloire. Cependant, il n’est pas du tout inconvenant qu’une Vierge glorieuse défile sous un dais, car cet élément est un symbole de royauté et de divinité, et la Vierge porte le Roi des Rois qu’est Jésus. Portez une attention particulière au piédestal de la Vierge et à ses dimensions : Il a les mêmes dimensions et formes que le piédestal en argent du monument paroissial, qui n’existe plus. Il existe des photographies de la Vierge du Carmen sur ce piédestal primitif, bien que le piédestal actuel soit fini sur tous les côtés.

Telle est l’incomparable richesse des gloires de Séville, qui cachent une infinité de secrets et survivent avec leur pureté et leur popularité malgré le passage du temps. Ce dimanche, rendez-vous incontournable à Santa Catalina avec la Virgen del Carmen.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *