mar. Oct 3rd, 2023

La coopération entre la Chine et les Etats-Unis est « essentielle » pour financer la lutte contre le changement climatique : c’est ce qu’a déclaré la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, au deuxième jour de sa visite à Pékin destinée à apaiser les tensions, notamment commerciales, entre les deux pays. Je pense que la poursuite de la coopération entre les États-Unis et la Chine sur le financement de la lutte contre le changement climatique est essentielle », a souligné Mme Yellen, rappelant que les deux pays sont « les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre au monde et les plus gros investisseurs dans les énergies renouvelables » et qu’ils ont donc « à la fois une responsabilité partagée et la capacité de montrer la voie à suivre ».

En bref, le climat pourrait être un domaine clé de coopération avec Pékin pour Washington, invité à soutenir des institutions multilatérales telles que le Fonds vert pour le climat. La visite de Mme Yellen dans la capitale chinoise intervient quelques semaines seulement après celle du secrétaire d’État américain Antony Blinken, dans le cadre de la tentative de l’administration Biden de renouer des contacts physiques avec Pékin après trois années d’isolement presque total de la Chine. L’été dernier, Pékin a suspendu les négociations sur le climat pour protester contre le voyage à Taïwan de l’ancienne présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi. Aujourd’hui, des signes d’apaisement apparaissent, à tel point que l’envoyé spécial des États-Unis pour le climat, John Kerry, est attendu en Chine dans quelques jours pour discuter de la coopération en matière de changement climatique.

Lire aussi:  La comparaison. Travail domestique, stratégies d'émersion

En ce qui concerne les relations commerciales entre les deux pays, le premier ministre chinois Li Qiang a adopté un ton optimiste à l’égard de la visite de la secrétaire américaine au Trésor, Mme Yellen. « Hier, lorsqu’elle est arrivée à notre aéroport et qu’elle est descendue de l’avion, nous avons vu un arc-en-ciel », a déclaré M. Li après avoir rencontré l’ancienne présidente de la Fed dans le Grand Hall du peuple. « Je pense que cela peut également s’appliquer aux relations entre les États-Unis et la Chine : après avoir connu un cycle de vents et de pluies, nous pouvons définitivement voir un ciel dégagé », a ajouté le premier ministre. Mme Yellen a pour objectif stratégique de tenter de stabiliser les relations bilatérales qui sont tombées à des niveaux historiquement bas et a assuré que les États-Unis « recherchent une concurrence saine qui ne soit pas celle du gagnant, mais qui, basée sur un ensemble de règles équitables, puisse bénéficier aux deux pays au fil du temps ».

Washington, a souligné Mme Yellen, s’efforce de « réduire les risques » liés à la Chine en limitant son accès aux technologies avancées fabriquées aux États-Unis, qui sont considérées comme cruciales pour la sécurité nationale des États-Unis. Toutefois, bien que les États-Unis doivent « dans certaines circonstances mener des actions ciblées pour protéger leur sécurité nationale, nous ne devrions pas permettre qu’un désaccord conduise à des malentendus qui détériorent inutilement nos relations économiques et financières bilatérales ». La Chine espère, a répondu le Premier ministre chinois, « que les États-Unis adopteront une attitude rationnelle et pragmatique et coopéreront dans la même direction pour remettre les relations bilatérales sur les rails dès que possible ».

Lire aussi:  Comment acheter des actions LVHM en février 2023 ?

En représailles au resserrement du marché des puces électroniques par les États-Unis, Pékin a annoncé, la veille de la visite de Mme Yellen, des contrôles à l’exportation sur les métaux rares gallium et germanium, essentiels pour les produits de haute technologie tels que les puces électroniques et les panneaux solaires, et ce pour des raisons de sécurité nationale. Nous sommes préoccupés par la répression, dont nous sommes encore en train d’évaluer l’impact », mais l’affaire a renforcé l’objectif de « chaînes d’approvisionnement résilientes et diversifiées », a commenté le secrétaire américain au Trésor, assurant que les États-Unis et leurs alliés réagiraient contre ce qu’il a appelé les « pratiques économiques déloyales » de la Chine. Mais il a également précisé qu' »un découplage entre les plus grandes économies du monde serait déstabilisant pour l’économie mondiale » et « virtuellement irréalisable ».

Le ton était généralement cordial lors de toutes les réunions tenues hier par Mme Yellen, qui a également rencontré l’ancien responsable du dossier économique, Liu He, un collaborateur de confiance du président chinois Xi Jinping. La véritable attente concerne une éventuelle rencontre en tête-à-tête avec Xi Jinping : si elle devait avoir lieu, la mission de quatre jours à Pékin qui s’achève demain serait un franc succès pour Mme Yellen et une récompense pour son extrême détermination à « être franche et claire » avec la Chine, « en désaccord mais en préservant les canaux de communication ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *