lun. Juin 24th, 2024

Le secteur avicole est confronté à un scénario complexe, pénalisé d’une part par l’inflation et d’autre part par les effets de la grippe aviaire et des inondations en Romagne. La situation est aggravée par le tourbillon des directives européennes qui, derrière le bouclier de l’environnement et de l’animalisme, cachent d’importants intérêts économiques. L’assemblée de l’association nationale des viandes blanches qui s’est ouverte hier à Rome a été l’occasion de Antonio Forlini, président d’Unaitalia, de critiquer « l’hypertrophie réglementaire de l’UE ».  qui risque de mettre hors jeu la production italienne à un moment délicat. Parmi les mesures contestées figurent la réforme des règles sur le bien-être animal, la directive sur les émissions industrielles et celle sur les emballages.

La viande blanche, avec les œufs, est un aliment de base du régime alimentaire des Italiens, mais la production a subi un revers en 2022 : une baisse de 11,2% qui a mis en péril l’autosuffisance historique de l’Italie pour la première fois en raison des effets de la grippe aviaire qui a causé des dommages au secteur pour 262 millions d’euros d’octobre 2021 à mai 2022. À ces difficultés s’ajouteront les dommages causés par les inondations qui ont frappé l’Émilie-Romagne, l’une des régions à plus forte vocation avicole, qui sont estimés à 15 millions d’euros. Le poids de l’inflation, qui reste élevée (7,6 % en mai) et l’augmentation de 23 % des coûts de production pèsent également dans la balance. L’année dernière, 1,22 million de tonnes de viande de volaille et 11,8 milliards d’œufs ont été produits pour un chiffre d’affaires total de 7,4 milliards d’euros. . Forlini a proposé de créer un Pôle de recherche made in Italy dans le secteur agroalimentaire afin de « ne pas continuer à dépendre des études des centres de recherche et des universités, très souvent d’Europe du Nord, qui s’inspirent de modèles autres que les nôtres et qui sont pris comme référence dans le processus décisionnel européen ».

L’assemblée a été l’occasion de rappeler les progrès considérables réalisés par la filière avicole italienne, qui reste un modèle de production vertueux et emploie 64 000 personnes. De 2011 à 2020, le nombre d’antibiotiques utilisés a été réduit de 90%, tandis que les émissions de dioxyde de carbone ont été divisées par deux par rapport aux émissions mondiales. Enfin, 62 % de la production porte des informations supplémentaires volontaires sur l’étiquette pour guider les consommateurs. Paolo De Castro, député européen membre de la commission de l’agriculture du Parlement européen, a confirmé que la pression environnementale est forte à Bruxelles et que le poids des associations s’accroît. « Le climat a changé : tout le monde est contre la PAC, la politique agricole européenne, a-t-il déclaré, même dans des pays comme la France, il n’y a pas un jour où les journaux n’attaquent pas l’agriculture qui n’est pas biologique ou attentive à l’utilisation de produits chimiques. Il y a un risque que d’ici un an, il y ait sept ou huit nouvelles réglementations sur la durabilité et le bien-être des animaux qui seront difficiles à digérer, a déclaré M. De Castro.

Le jugement sur la politique agricole du gouvernement Meloni est plutôt positif. Les premières mesures sont bonnes », a souligné M. Forlini, « comme le signal politique sur la viande produite en laboratoire, le tournant sur la question des techniques d’évolution assistée (Tea), qui pourrait réduire la dépendance à l’égard des importations de matières premières pour l’alimentation animale, ou le projet de loi sur la « sonorisation de la viande » qui exploite les noms normalement attribués à la viande pour des produits à base de protéines végétales ». Unaitalia demande au gouvernement de protéger un atout stratégique du Made in Italy en Europe grâce à des mécanismes de réciprocité réelle à l’égard des importations extracommunautaires, à la défense de la sécurité alimentaire pour les consommateurs et à des périodes d’adaptation aux nouvelles règles. Parmi les demandes figurent également la réduction du coin fiscal et la réduction de la TVA à 4 % sur les produits de volaille définis comme « les protéines les plus démocratiques » dans le caddie afin de relancer la consommation.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *