mar. Fév 27th, 2024

Pour assurer la transition vers une économie circulaire, l’Italie s’attaque à d’importantes réformes structurelles dans le secteur de l’environnement, notamment grâce aux ressources supplémentaires du plan national de relance et de résilience. Cependant, certaines questions critiques restent à résoudre, notamment en ce qui concerne l’achèvement de la mise en œuvre du plan de gestion des déchets. gouvernance local et la résolution du déficit d’infrastructures – qui pourrait accroître les distances entre le Nord et le Sud dans un avenir proche. C’est la photo prise par le Livre vert 2023le rapport annuel sur le secteur des déchets municipaux en Italie, promu par Utilitalia  et édité par Fondation Utilitatis , réalisé en collaboration avec Ispra  et avec la participation de Enea  e Ancitel Énergie et environnement.  En 2021, le chiffre d’affaires du secteur (en considérant un échantillon de 534 entreprises) a atteint environ 13,5 milliards d’euros, soit environ 0,8 % du PIB national, employant environ 100 000 travailleurs directs qui représentent 0,4 % du nombre total de salariés en Italie et environ 1,7 % des salariés du secteur industriel. L’analyse des appels d’offres pour l’attribution de services (publiés au cours de la période 2014-2022) confirme les difficultés et les retards dans la normalisation de la taille et du calendrier de l’attribution des services de gestion intégrée du cycle des déchets au niveau national. Aujourd’hui, la plupart des appels d’offres (87 % des 2 499 analysés) sont lancés pour confier le service à une seule municipalité ; en outre, 85 % des appels d’offres pour confier des services de gestion ont une durée de cinq ans ou moins. La plupart des appels d’offres (67%) sont localisés dans le Sud, en raison de la présence réduite de la gestion industrielle dans cette partie du pays. C’est précisément dans le Sud que persiste un important déficit d’installations qui ne permet pas de fermer correctement le cycle des déchets, ce qui contribue à l’écart entre les dépenses consacrées aux services d’hygiène urbaine. En effet, en raison du coût plus élevé du transport des déchets vers les usines situées en dehors de la région, le Sud enregistre le Tari (impôt urbain) le plus élevé du pays, avec 368 euros/habitant en 2022, derrière le Centre (335 euros) et le Nord (276 euros). Avec 60 % réservés aux régions du sud et les actions de réforme mises en place, le PNR-Plan national de relance et de résilience peut donner une impulsion importante pour combler le fossé qui caractérise le pays en matière de services. Les lignes d’investissement prévues visent à encourager la circularité des ressources et, en particulier, à améliorer les systèmes de collecte et de gestion des déchets dans tout le pays. Pour ces interventions, 2,1 milliards d’euros ont été affectés à des projets présentés par les entreprises pour un montant d’environ sept milliards d’euros : il s’agit donc de ressources qui servent de moteur aux investissements des entreprises, mais qui ne sont pas suffisantes pour répondre aux besoins nationaux du secteur. Selon une estimation d’Utilitalia pour 2023, qui ne tient pas compte des interventions financées par le PNR, pour atteindre les objectifs de l’UE, le besoin d’installations d’ici 2035 est estimé à 4-5 milliards d’euros pour le traitement de la fraction organique et pour la valorisation énergétique des fractions non recyclables ; à cela s’ajoutent 1,2 milliard d’euros pour l’augmentation de la collecte sélective, 600 millions d’euros d’investissements pour la mise en service d’installations dédiées à l’obligation de mise en décharge des 10% résiduels, et enfin 300 millions d’euros supplémentaires pour la mise en œuvre de la tarification ponctuelle

 

Des opportunités d’emploi croissantes 

Les opportunités d’emploi augmentent de 10 % pour tous les professionnels qui, à divers titres, sont concernés par toutes les activités liées aux questions ESG. À l’heure actuelle, les entreprises recherchent en particulier Consultant ESG et Responsable gouvernance ESG.  « Depuis un certain temps, et de plus en plus ces dernières années, explique le directeur général de l’Esg. Claudia Meazza , manager de la division Banking &amp ; Real Estate de Groupe Hunters  – l’engagement éthique et moral d’une entreprise vis-à-vis de l’environnement, de la société et de l’éthique de gestion est devenu une priorité. atout Les critères ESG (liés à l’environnement, à la société et à l’économie) sont des actifs stratégiques qui peuvent affecter directement les résultats des entreprises et, par conséquent, augmenter leur valeur. Les critères ESG (liés à l’environnement, à la société et à l’économie) sont des critères d’évaluation de la performance des entreprises. gouvernance) sont de véritables indicateurs pratiques qui permettent de classer et de sélectionner les entreprises qui poursuivent réellement la durabilité avec des projets et des solutions, et sont également les trois indicateurs clés utilisés pour mesurer les réalités vertueuses. Il n’est donc pas étonnant que les entreprises cotées en bourse, mais aussi les PME, commencent à rechercher des professionnels capables de les guider sur la voie de la durabilité. Le consultant Esg, qui dépend directement du responsable Esg, est chargé de soutenir la division Durabilité dans l’analyse et la mise en œuvre des stratégies de durabilité, du changement climatique et de la gestion des risques. engagement des parties prenantessoutien méthodologique pour la rédaction des rapports de durabilité, vérification de la conformité aux principes et lignes directrices internationaux en matière de durabilité, examen des rapports de durabilité, diligence raisonnable Esg. Le salaire annuel brut moyen de ce professionnel est de 35 000 euros. Le gestionnaire de la gouvernance de l’Esg, en plus de coordonner le consultant dans ses activités spécifiques, se concentre sur l’analyse des risques de durabilité, de l’impact économique, social et environnemental ; il soutient la compilation des indices de durabilité et est responsable de la définition des systèmes de mesure dans le cadre de l’investissement d’impactdéveloppement des politiques de durabilité dans les chaîne d’approvisionnement et la définition de politique et les systèmes de gestion concernant des questions telles que les droits de l’homme, l’environnement, la lutte contre la corruption et la protection de l’environnement. diversité. Pour ce professionnel, la ration moyenne est de 50 000 euros. Il s’agit d’une tendance qui concerne tous les types d’entreprises », ajoute M. Meazza. Même les PME, en effet, doivent être respectueux de l’environnementsurtout pour ne pas perdre leur compétitivité sur les marchés étrangers. Jusqu’à récemment, elles s’appuyaient sur des comptables ou des consultants externes, mais le temps est venu de se concentrer sur une expertise hautement qualifiée et hyper-spécialisée sur les questions d’EGH. Il est difficile pour ces entreprises, souvent de taille moyenne, d’embaucher ces professionnels ; dans la plupart des cas, il s’agit donc de consultants externes (qui viennent de l’UE). grandes entreprises ou des sociétés de conseil) travaillant pour plusieurs entreprises ». Enfin, l’attention portée aux questions ESG permet aux entreprises de croître plus rapidement et de devenir plus rentables : en trois ans, la croissance du chiffre d’affaires est supérieure de 5 % à celle des entreprises dont les employés sont moins satisfaits. Outre les principes de base que sont une rémunération équitable et la garantie d’un environnement de travail sûr, les avantages peuvent inclure la formation professionnelle, la santé mentale et physique, la garde d’enfants et les possibilités d’éducation, autant d’éléments qui augmentent la satisfaction des employés et, par conséquent, la productivité et la fidélisation.

Économie circulaire : l’Italie reste à la pointe 

Malgré les alertes sur les crises environnementales, le taux de circularité de l’économie mondiale diminue : en cinq ans, nous sommes passés de 9,1 % à 7,2 %. En d’autres termes, la planète recycle et réutilise moins. Parmi les cinq premières économies de l’Union européenne, l’Italie reste le pays le plus circulaire du Vieux Continent, bien qu’elle ait perdu des places au cours des cinq dernières années, alors que d’autres États accélèrent. Le taux d’utilisation de matériaux circulaires en Italie est de 18,4 %, il reste plus élevé que la moyenne de l’UE (11,7 %) en 2021, mais nous étions à 20,6 % en 2020 et à 19,5 % en 2019. En ce qui concerne la productivité des ressources, nous sommes, avec la France, en avance sur les autres principales économies européennes, avec 3,2 euros générés pour chaque kilogramme de matériau consommé, et en ce qui concerne le pourcentage de recyclage sur l’ensemble des déchets produits, spéciaux et urbains, nous sommes en tête avec 72 %. Dans le classement général de la circularité des cinq plus grandes économies de l’UE (Italie, Allemagne, France, Espagne et Pologne), nous restons donc en tête, mais nous perdons des places par rapport à la tendance des cinq dernières années : l’Espagne nous suit de près et évolue plus rapidement que l’Italie. Telles sont quelques-unes des données de la 5e édition de l’enquête sur la compétitivité et l’emploi de l’Union européenne. Rapport national sur l’économie circulaire, produit par le Réseau de l’économie circulaire  en collaboration avec Enea  et sous le patronage de Commission européenne, Ministère de l’environnement et de la sécurité énergétique et Ministère de l’entreprise et du Made in Italy.  Les données sur lesquelles se base l’analyse sont inquiétantes : l’économie mondiale brûle plus de 100 milliards de tonnes de matériaux par an. Accélérer la transition vers une économie circulaire contribuerait donc à améliorer l’état de la planète, car l’extraction de matériaux vierges pourrait diminuer de plus d’un tiers (-34 %) et les émissions de gaz à effet de serre pourraient être réduites en limitant l’augmentation de la température mondiale à 2 °C, sauvegardant ainsi des écosystèmes irremplaçables qui sont fondamentaux pour la vie de notre planète. Mais il y aurait aussi des avantages économiques substantiels. À commencer par une contribution importante à la lutte contre l’inflation alimentée par l’augmentation du coût des matériaux et de l’énergie : les stratégies visant à récupérer la matière et l’énergie ont un effet déflationniste évident. Le taux de recyclage des déchets en 2020 était de 53 % en Europe et de 72 % en Italie, l’un des taux de recyclage les plus élevés de l’UE.  Par rapport aux autres grandes économies européennes, l’Italie a consolidé son avance en 2020, dépassant l’Allemagne d’environ 17 points. Le taux de croissance au cours des dix dernières années est resté inchangé pour l’UE, alors qu’il a augmenté de 8 % en Italie et de 3 % en Espagne. En termes de valeurs par habitantL’Italie arrive en tête avec 969 kg/habitant par an envoyés au recyclage, suivie par l’Allemagne (921), la Pologne (726), la France (625) et l’Espagne (472). L’évolution du taux d’utilisation de matériaux issus du recyclage (le rapport entre l’utilisation de matériaux circulaires et l’utilisation totale, c’est-à-dire les matières premières vierges + les matériaux recyclés) est moins positive pour l’Italie. Dans l’UE en 2021, cette valeur était en moyenne de 11,7 %, soit une baisse de 0,1 % par rapport à 2020. En 2020, l’Italie, avec près de 24 000 entreprises exerçant des activités de réparation, occupe la troisième place parmi les cinq premières économies européennes, derrière la France (35 300 entreprises) et l’Espagne (29 100). Au cours des dix dernières années, cependant, nos entreprises ont diminué : 2 622 de moins qu’en 2011, soit près de -10 %. Elles diminuent également en Pologne, alors qu’elles augmentent en Espagne, en France et en Allemagne. Si l’on considère la valeur de la production générée par les entreprises, elle dépasse 2,1 milliards d’euros en Italie (+122 millions par rapport à 2011). Nous sommes derrière la France (4,5 milliards), à égalité avec l’Espagne et devant l’Allemagne (deux milliards). Le nombre de personnes employées dans les entreprises de réparation opérant en Italie en 2020 est de près de 10 800 (en baisse d’environ 1 500 par rapport à 2019 et d’environ 2 300 par rapport à 2011), tandis que l’Allemagne, l’Espagne et la France emploient plus de deux fois plus de personnes que l’Italie.

Lire aussi:  Contrat national. Aides ménagères et soignants : conflit ouvert sur les augmentations "automatiques".

Déchets de papier, de carton, de verre, d’électricité et de textile : nous pouvons faire mieux 

Selon une enquête menée par Cen et Legacoop  en collaboration avec Ipsos sur un échantillon représentatif de citoyens, l’intérêt des Italiens pour l’économie circulaire est confirmé. Au cours des trois dernières années, près d’un Italien sur deux (45% des personnes interrogées) a acheté un produit d’occasion et un sur trois (36% de l’échantillon) un produit reconditionné ou régénéré. Plus de 80 % des personnes interrogées pensent qu’il est important de réduire les emballages. Le leasing, la location et le partage sont plus utilisés que la moyenne (+ 10-11 %) par les 18-30 ans. Les moins de 30 ans sont toutefois les plus sceptiques quant aux propositions visant à encourager une approche plus circulaire des choix d’achat et n’ont guère confiance dans la capacité à améliorer la gouvernance du secteur. Par ailleurs, les pe renforcement et la modernisation des usines existantes, l’augmentation de la capacité de traitement des déchets cellulosiques et les avantages qui en découlent pour l’environnement, les terres et l’emploi en Italie seront les principaux résultats des 70 projets de la chaîne d’approvisionnement du papier financés par le PNR. Ces avantages sont au centre d’une étude promue par Comieco – Consortium national pour la récupération et le recyclage des emballages en cellulose  e Ministère de l’environnement et de la sécurité énergétique et réalisé par Nomisma.  Plus de 128 millions d’euros s’ajouteront aux investissements prévus par l’industrie papetière grâce au PNR, pour un total de plus de 466 millions d’euros, avec une contribution significative en termes de modernisation et de mise en œuvre de nouvelles installations. En effet, 46 projets d’usines de traitement des déchets de papier (22 nouveaux projets et 24 projets d’amélioration et d’expansion), 22 projets d’amélioration et d’expansion d’usines de papier (deux nouvelles usines et 20 projets d’amélioration et d’expansion) et deux nouveaux projets de traitement final des déchets de trituration seront financés. Les projets sont répartis entre 25 installations en Italie du Nord, 18 en Italie centrale et 27 en Italie du Sud, l’objectif étant de réduire le fossé infrastructurel entre le Nord et le Centre-Sud du pays, régions les plus en retard en matière de collecte sélective et de recyclage des déchets. Grâce aux investissements dans les usines de traitement du papier, l’étude prévoit une augmentation de la capacité de traitement de la chaîne de plus de 700 000 tonnes de papier et de carton, ce qui, ajouté à l’augmentation de la capacité de production des papeteries, permettra d’améliorer la qualité du papier récupéré et de gérer des volumes plus importants de collecte sélective des déchets que les municipalités italiennes peuvent encore collecter. « Un développement qui, en plus d’apporter des avantages territoriaux et environnementaux grâce à une plus grande efficacité énergétique et à une réduction conséquente des émissions de CO2, produira des avantages économiques en créant les conditions nécessaires à l’augmentation du nombre d’emplois », commente le ministre de l’environnement. Giulio Santagata En tenant compte du fait qu’entre 2013 et 2021, l’emploi dans les papeteries et les usines de traitement des déchets de papier a augmenté de 2,5 % par an, grâce aux investissements du Pnrr, ce taux s’élèvera à 3,5 % jusqu’en 2026″. Le recyclage du verre en Italie augmentera de 4,2 %, passant d’un taux de 76,6 % en 2021 à 80,8 % en 2022.  Les données présentées par le Coreve-Consortium pour la récupération du verre  soulignent ainsi une nouvelle étape franchie par notre pays dans le défi de l’économie circulaire, l’Italie confirmant non seulement pour la quatrième année consécutive qu’elle dépasse l’objectif de l’UE fixé pour 2030 (75 %), mais aussi qu’elle est en mesure de franchir le plafond de 2,5 millions de tonnes de verre collectées en un an. Les régions méridionales ont également enregistré une augmentation significative de la collecte, passant de 33,7 kg par habitant à 35,5 kg, ce qui réduit considérablement la quantité de verre qui finit dans les décharges. En outre, le Coreve finance un montant supplémentaire de huit millions d’euros en 2023 pour les appels d’offres, résultat de l’accord conclu avec Anci- Association nationale des municipalités italiennes pour améliorer la quantité et la qualité de la collecte sélective du verre en Italie. En 2022, 351 municipalités ont reçu un financement de plus de sept millions d’euros à titre de contribution non remboursable aux 122 projets soumis pour une valeur totale globale d’environ dix millions d’euros. Cela porte le budget total des appels d’offres en 2022-23 à 15 millions. Sur le site www.coreve.it  sous la rubrique Appels à propositions, vous pourrez télécharger le règlement et les annexes, puis vous inscrire et soumettre les documents requis. La structure technique de l’Anci-Conai est également disponible pour toute information : [email protected] . Pour atteindre les objectifs de l’UE en matière de circularité des ressources, ce ne sont pas seulement les fractions de produits que nous avons l’habitude de trier (parmi lesquelles la fraction organique est la plus importante avec environ 35 % des déchets municipaux produits) qui sont cruciales, mais aussi les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) et les textiles, en particulier dans les villes et les zones à forte densité de population. Ces dernières années, on a assisté à une augmentation des quantités de fraction organique à traiter dans toutes les régions du pays, ainsi qu’à un nombre croissant de projets de construction d’usines spécialisées, grâce également à l’impulsion du PNRW. Néanmoins, au niveau national, environ 1,3 million de tonnes sont traitées dans des installations situées dans des régions autres que celles de production. Avec la réalisation des objectifs de l’économie circulaire, l’estimation des besoins en installations à l’horizon 2035 pour le traitement des déchets organiques met en évidence l’autosuffisance de l’Italie du Nord et de la Sardaigne, tandis que le Centre, la péninsule méridionale et la Sicile présentent un déficit important. Les crises pandémiques et géopolitiques ont souligné la vulnérabilité des chaînes d’approvisionnement en matières premières critiques, fondamentales pour la transition énergétique et écologique. De ce point de vue, le recyclage adéquat des DEEE (environ 360 000 tonnes collectées en 2021) représente une opportunité pour réduire la dépendance vis-à-vis des pays tiers. Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de mettre en place des infrastructures et de rationaliser les procédures d’autorisation pour la construction d’usines : aujourd’hui, en Italie, environ six kg par habitant et par an de DEEE sont collectés, contre une moyenne européenne de dix kg/habitant et par an. L’obligation de collecte séparée des déchets textiles entraînera une augmentation de cette fraction, provenant en partie de l’industrie de la mode, qui devra être correctement gérée. Aujourd’hui, 72 % des municipalités italiennes collectent les textiles séparément, ce qui représente une quantité totale d’environ 154 000 tonnes en 2021. Des investissements dans de nouvelles technologies de tri et de recyclage sont nécessaires pour garantir la réalisation des objectifs de circularité. L’introduction d’un modèle de REP (responsabilité élargie du producteur) dans cette chaîne d’approvisionnement pourrait contribuer à générer des avantages environnementaux, sociaux et économiques à l’échelle européenne, avec une économie de 4 à 4,3 millions de tonnes d’émissions de CO2, la création de plus de 15 000 nouveaux emplois  d’emplois et un chiffre d’affaires compris entre 1,5 et 2,2 milliards d’euros. 

Ama recrute à Rome 

D’un peu plus de 1 500 aujourd’hui à un peu plus de 2 500 d’ici à 2025 : c’est l’objectif que s’est fixé l’Union européenne. progression de la main-d’œuvre  du service de nettoyage et de balayage sur lequel les Municipalité de Rome,  également en vue du prochain Jubilé, pour lequel des travaux de réaménagement et de mise en valeur d’une valeur de 1,8 milliard d’euros ont été entamés ou sont sur le point de l’être. Le renforcement du personnel se réfère à laAma Ama est l’entreprise municipalisée responsable de la gestion intégrée des services environnementaux comprenant le nettoyage des rues, l’assainissement et le lavage des zones d’intérêt historique et des grandes artères, ainsi que les activités liées à l’ensemble du cycle des déchets : collecte, sélection, traitement, valorisation et élimination. En ce qui concerne le personnel, la 1 000 recrutements, c’est 300 de plus que les 700  mentionnés lors de la présentation du plan industriel. Aujourd’hui, Ama compte un peu plus de 7 000 employés. En 2016, ils étaient près de 8 000. Donc, comme les syndicats l’ont souligné à plusieurs reprises, une grande partie des dysfonctionnements est due à cela. Les sélections porteront en grande partie sur les conducteurs , opérateurs  écologique  e travailleurs . Pour les conducteurs  Les principales exigences sont les suivantes : permis de conduire B ou, de préférence, C, expérience dans l’emploi et dans le portage, aptitude physique à la manutention de charges lourdes. Pour les opérateurs écologiques : diplôme de fin d’études secondaires (ex-certificat de fin d’études secondaires), également première expérience, permis de conduire B. Les procédures de concours devraient débuter entre fin septembre et la première quinzaine d’octobre . Si la procédure accélérée est utilisée, les nouvelles recrues pourraient être en service d’ici à mars de l’année prochaine . Pour plus d’informations : https://www.amaroma.it/lavora-con-noi .

Lire aussi:  10 raisons incontournables d'acheter des actions Vinci : les meilleures prévisions pour investir avec succès!

Entre prix, bonnes pratiques et maîtres 

Des bandes animées colorées, un Pac-man du recyclage, un dispositif de tri des emballages en verre directement dans les centres-villes, alimenté par l’énergie solaire : voici quelques-unes des idées créatives développées dans le cadre de l’Année européenne du recyclage. premier programme national dédié à l’économie circulaire du verre  et à sa durabilité : un projet innovant lancé par la Commission européenne. Coreve en coopération avec H-Farm.  Destiné aux élèves de écoles maternelles, primaires et secondaires  du pays, le projet a été mis en place pour sensibiliser les plus jeunes aux opportunités que représente l’élimination correcte des emballages, ainsi qu’à l’extraordinaire potentiel du verre, un matériau « immortel », puisqu’il peut être recyclé un nombre incalculable de fois. Pour gagner un dotation d’une valeur totale de 27 000 euros pour l’achat de matériel pédagogique Le prix a été décerné à des écoles de toute l’Italie, ce qui témoigne de la sensibilité du sujet dans le pays, parmi les plus vertueuses au niveau européen . En outre, urévèle que les Italiens sont les consommateurs européens les plus susceptibles de modifier leurs préférences en matière d’emballage afin de démontrer leur engagement en faveur du développement durable et de l’avenir de l’environnement. Selon 68 % des consommateurs italiens, le changement climatique est l’un des principaux problèmes qui affectent notre planète aujourd’hui (il s’agit du pourcentage le plus élevé parmi les cinq pays européens, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Italie). Plus de la moitié d’entre eux (56 %) se disent préoccupés par l’impact environnemental des emballages plastiques. 79 % des Italiens sont d’accord pour dire qu’il faut faire plus pour stopper les effets néfastes du changement climatique. L’étude, menée par Pro Carton, l’association européenne des fabricants de cartons et de papier-carton a analysé les attitudes de plus de 5 000 consommateurs européens à l’égard de l’environnement et de l’emballage, en explorant des aspects aussi divers que la déforestation, le transport, les problèmes mondiaux tels que la guerre en Ukraine, Covid-19 et la crise économique. En termes de décisions d’achat, 60 % des consommateurs italiens reconnaissent que l’impact environnemental de l’emballage d’un produit a beaucoup plus d’influence sur leur choix et 84 % sont en faveur d’emballages fabriqués à partir de matériaux naturels et renouvelables. Selon 69 % des Italiens, les marques font suffisamment d’efforts pour introduire des emballages plus respectueux de l’environnement. L’emballage joue un rôle clé dans la fidélité à la marque : 42 % des consommateurs italiens ont changé de marque uniquement pour des raisons liées à l’emballage utilisé, 49 % sont prêts à remplacer la marque ou le produit si l’emballage n’est pas recyclable, et 46 % ont clairement mentionné l’emballage en plastique comme motif de changement. 27 % sont prêts à payer 5 à 10 % de plus pour un produit conditionné dans un emballage ayant un impact réduit sur l’environnement. Cela s’explique par le fait que 82 % des consommateurs italiens déclarent savoir quels matériaux d’emballage peuvent être recyclés. La caractéristique la plus importante d’un emballage individuel est sa facilité de recyclage : 87 % des personnes interrogées déclarent qu’il est important d’avoir confiance dans le fait que l’emballage sera recyclé après utilisation. Dans cette catégorie, c’est le carton qui jouit des niveaux de confiance les plus élevés. 83 % des consommateurs italiens pensent que le carton sera recyclé en un nouvel emballage après utilisation. En revanche, les gobelets en plastique et les matériaux d’emballage souples suscitent des inquiétudes, puisque seulement la moitié des Italiens se disent convaincus que ces matériaux seront recyclés. Cela explique pourquoi 87 % des Italiens choisiraient un produit emballé dans du carton plutôt que dans du plastique et pourquoi plus de la moitié des personnes interrogées (57 %) pensent que l’utilisation de matériaux plus naturels et renouvelables est l’avenir. Réduire l’impact sur l’environnement, respecter les limites de la planète, éduquer aux questions de durabilité et promouvoir une économie conçue pour se régénérer : tels sont les principes qui sous-tendent le partenariat stratégique conclu entre l’Union européenne et l’Union européenne. Circularité une plateforme offrant aux entreprises des services de formation et de conseil stratégique et technique sur l’économie circulaire, et AWorld AWorld, une plateforme de gamification qui guide et incite les gens à vivre de manière durable en mesurant leur empreinte carbone et en proposant des actions correctives pour la réduire. Grâce au partenariat avec Circularity, AWorld sera en mesure d’offrir à ses entreprises clientes un ensemble de services allant de la mesure de l’empreinte carbone totale de l’entreprise aux études d’analyse du cycle de vie, en passant par le recyclage des déchets de production et la rédaction de rapports sur le développement durable. En trois ans d’existence, AWorld, avec plus de 500 000 utilisateurs actifs de l’application, a impliqué des personnes, des employés, des citoyens et des parties prenantes dans 171 pays et a comptabilisé un total de plus de 11 millions d’actions en faveur du climat dans le monde. En 2022, l’appli a enregistré plus de huit millions d’actions individuelles en faveur de la Planète, quintuplant en un an les résultats collectés au cours des quatre années précédentes de la campagne mondiale ActNow des Nations unies pour lutter contre le changement climatique et accélérer la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Enfin, il convient de noter que parmi les 13 start-up finalistes de Dock3 the start up lab, ie premier prix a été décerné à Rcoffee qui recycle et transforme le marc de café en granulés ; Edy  a remporté le deuxième prix avec une plateforme de gestion des infrastructures civiles par le biais de la réalité augmentée ; le troisième prix a été décerné à Iotilize.me un service qui utilise des capteurs pour mesurer la quantité de déchets produits par les entreprises. Le prix de la start-up dans le domaine de la durabilité décerné par le groupe international Green Horse a été attribué à Agrisky, une plateforme qui permet aux entreprises et aux citoyens de compenser efficacement leurs émissions de carbone grâce à l’agriculture verticale. Dock3 le laboratoire des startups est le laboratoire de start-up qui sélectionne chaque année 100 jeunes talents issus de plus de 50 universités. En cinq ans d’activité, il a formé et encadré 850 jeunes, les guidant dans la composition d’une équipe, la définition de l’idée et la vérification du potentiel du marché. Enfin, il convient de mentionner le master de premier niveau en Ecofashion | Design pour une mode circulaire et durable de l’Université de Florence a été créé dans le but de former des professionnels de haut niveau capables de gérer les défis lancés par le Green Deal européen dans les secteurs du textile et de la mode, en combinant l’économie circulaire et durable avec la transition numérique. Le master vise à fournir des connaissances et des compétences dans les différents domaines de la durabilité pour le secteur du textile et de la mode, allant de l’évaluation de l’impact, la gestion de la chaîne d’approvisionnement, les modèles d’affaires circulaires, l’utilisation de technologies innovantes pour la traçabilité et le contrôle de la production, la conception responsable selon la conception du cycle de vie et l’analyse du cycle de vie à la communication stratégique. Ecofashion est conçu pour les concepteurs, les techniciens et les gestionnaires des secteurs des produits textiles et de la mode, qui souhaitent travailler en tant que gestionnaires ou consultants en matière de durabilité dans les entreprises de produits textiles et de mode : de la conception responsable des produits au développement technologique, en passant par le contrôle analytique, le contrôle de la qualité et la certification. Le master se penchera sur les outils et les méthodologies de l’écoconception, en abordant le calcul des impacts environnementaux, les matériaux innovants, le contrôle de la qualité et la certification. technologie intelligente pour la traçabilité et la transparence. La formation alternera entre des conférences théoriques, des interventions de divers experts, des visites d’entreprises du secteur du textile, de l’habillement et des accessoires de mode, et des exercices pratiques qui convergeront vers deux ateliers organisés en collaboration avec d’importantes entreprises du secteur. La date limite de dépôt des candidatures est fixée à 20 novembre 2023 . Le cours de master durera neuf mois et débutera le 20 novembre. 18 janvier 2024.  Il y aura un nombre limité de 35 candidats, qui seront sélectionnés sur la base de leurs qualifications et de leur CV. Pour plus d’informations : [email protected] .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *