jeu. Avr 18th, 2024

« L’Italie a besoin de protection contre les risques, de cohésion, de conciliation, de redressement démographique, de certitudes dans le domaine de la santé. Planifier l’avenir est notre travail et je suis certain qu’il est possible de trouver des formules par lesquelles nous pouvons nous mettre au service du pays, d’une manière qui soit durable pour les familles, y compris les moins fortunées, ainsi que pour les finances publiques ». C’est ainsi qu’a débuté Maria Bianca Farina présidente de l’Ania-Associazione nazionale fra le imprese assicuratrici, s’exprimant lors de l’assemblée générale annuelle. Les compagnies d’assurance peuvent compter sur une solidité sous-jacente, confirmée en 2022 malgré une baisse de la rentabilité sous la pression de l’inflation. Et les investissements s’élèvent à 900 milliards d’euros. Les dépenses privées totales pour compléter les prestations publiques telles que les pensions, la santé et les soins dépassent 100 milliards d’euros. Parmi ces dépenses des ménages, 46 % sont consacrées à la santé et 34 % à la prise en charge des personnes dépendantes. Et surtout, ces dépenses ne feront qu’augmenter dans les années à venir. « Est-ce juste ? Est-ce durable ? – demande le président de l’Ania – Non. Il est temps de réfléchir à d’autres stratégies. En définitive, l’Italie a aujourd’hui besoin d’un modèle d’aide sociale innovant, capable d’intégrer l’utilisation des ressources publiques et privées de la manière la plus équitable et la plus efficace possible. Il est possible de combiner plus étroitement le système public de protection sociale avec l’assurance privée, qui a déjà démontré son efficacité en matière de partage des risques et de promotion de la prévention ». L’intégration des ressources de l’État et des ressources privées – sous contrôle public – pourrait permettre de créer un système de protection plus inclusif et capable de répondre efficacement aux besoins des citoyens : « Nous avons déjà demandé à des universitaires et à des experts de formuler des scénarios, afin de concrétiser une manière italienne de combiner au mieux les ressources publiques et privées dans les domaines de la protection sociale, des soins de santé, de la gestion de la non-autosuffisance et de la défense contre les dommages causés par les catastrophes naturelles. Nous mettrons toutes les études que nous avons réalisées à la disposition du gouvernement, du Parlement et des autorités ».

En ce qui concerne les risques liés au changement climatique, par exemple, les conséquences macroéconomiques qui peuvent résulter d’événements météorologiques extrêmes sont de plus en plus évidentes. Toutes les recommandations internationales faisant autorité identifient l’assurance contre les catastrophes comme un outil essentiel pour limiter les pertes. « Elle facilite le financement rapide de la reconstruction et encourage l’atténuation des risques », souligne-t-il. Dans un message du Président de la République aux participants de l’assemblée annuelle de l’Ania, Sergio Mattarella  souligne que « la protection par l’assurance joue un rôle crucial dans le paysage socio-économique du pays, en générant des avantages individuels et collectifs qui contribuent à la cohésion sociale et à l’atténuation des risques ». « Dans l’interaction basée sur le principe de subsidiarité entre le public et le privé pour satisfaire des besoins tels que l’aide sociale complémentaire, les soins de santé complémentaires, la protection des risques pour les citoyens, il est important d’affirmer, toujours, les critères de l’objectif général. La réduction des risques, poursuit le chef de l’État, est un facteur essentiel pour générer des sociétés dans lesquelles la protection des droits garantis par la Constitution est concrète. Les compagnies d’assurance sont également un élément essentiel, en tant qu’investisseurs à long terme, pour la stabilité financière, en aidant à soutenir les secteurs qui sont cruciaux pour la croissance du pays ». Le secteur de l’assurance joue « un rôle stratégique dans la société et dans la croissance durable de l’économie nationale ». C’est ce qu’écrit le Premier ministre dans un message adressé à l’assemblée de l’Ania. Giorgia Meloni pour qui la protection par l’assurance « est un élément essentiel de la planification financière d’une famille ou d’une entreprise, permettant d’atténuer les pertes et de promouvoir la stabilité financière et les activités commerciales qui, à leur tour, se traduisent par une croissance et un développement économiques ». De même, pour Adolfo Urso ministre de l’Entreprise et du Made in Italy, « nous avons besoin en Italie que davantage d’entreprises et de familles s’assurent contre les risques catastrophiques, comme ceux de la récente inondation qui a frappé l’Émilie-Romagne et les régions environnantes » et « pour cette raison, dans le projet de loi que nous avons approuvé en Conseil des ministres il est prévu la certitude du paiement pour les entreprises qui se sont assurées contre les risques catastrophiques, avec une avance significative d’au moins 30 % pour permettre aux entreprises, mais aussi aux familles, qui ont eu cette disposition, de pouvoir utiliser immédiatement les ressources pour redémarrer leur activité ou pour remettre leur maison en état. Cette avance que nous avons prévue dans le projet de loi organique qui définit les modalités d’intervention de l’État en cas d’événements catastrophiques, je crois que c’est aussi une incitation pour les entreprises et les familles », considérées comme telles avec « la certitude de recevoir la prime en avance, immédiatement après l’événement catastrophique, si celui-ci se produit, pour inciter d’autres personnes à le faire, afin que le système d’assurance puisse également mieux couvrir ce risque qui est malheureusement persistant dans notre pays ».

En fait, bien que l’Italie soit de plus en plus sujette à des événements climatiques extrêmes, seuls 5,3 % des foyers italiens sont assurés contre les tremblements de terre, les inondations et autres catastrophes naturelles. Selon les statistiques de l’Ania, au 31 mars 2022, il y avait un peu moins de 1,4 million de polices sur le marché avec l’extension aux catastrophes naturelles (il y en avait 1,4 en 2021, 1,2 million en 2020, 826 mille en 2019, mais seulement 440 mille en 2016), obtenues comme la somme des polices couvrant uniquement le risque de tremblement de terre (579 mille), uniquement le risque d’inondation (275 mille) et les deux désastres (496 mille). L’Italie alloue seulement 1,1% du PIB au secteur des dommages, contre les 2,3% de la moyenne européenne », souligne le secrétaire général de First Cisl. Riccardo Colombani  En ce qui concerne la protection sociale, il est clair que le vieillissement de la population entraîne une croissance exponentielle des dépenses de santé, de protection sociale et de non-autosuffisance. Dans les deux cas, une législation de soutien et un système de partenariat public-privé sont indispensables. L’affaire Eurovita a mis en évidence l’opportunité d’adopter des règles qui encouragent les investissements à moyen et long terme, mais la seule solution qui puisse réellement garantir les assurés est la création d’un « Fonds de garantie ». En attendant Luigi Federico Signorini,  président de l’Ivass-Istituto per la vigilanza sulle assicurazioni, a annoncé la décision de « créer un groupe de travail sur les assurances ». liste blanche, une liste de sites autorisés à promouvoir des produits d’assurance, qui sera bientôt disponible pour les consommateurs ». Pour la seule année 2022, 139 sites ont été fermés faux; cette année, Ivass a déjà fait l’objet de 300 signalements. Et un liste noire des opérateurs abusifs. Enfin, les Fulvio Furlan secrétaire général de l’Uilca, rappelle « depuis longtemps que le système économique et financier est au cœur de la vie du pays et nous pensons que le secteur de l’assurance peut favoriser le développement économique, la redistribution des richesses et le soutien aux territoires, tout en conservant sa présidence ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *